Le règlement revoit les modalités de remplacement en MotoGP

partages
commentaires
Le règlement revoit les modalités de remplacement en MotoGP
Par : Léna Buffa
12 sept. 2018 à 12:40

La Commission Grand Prix a retouché le règlement sportif du MotoGP, notamment sur les remplacements de pilotes, et annoncé l'absence de wild-cards en Moto2 pour la saison prochaine.

Xavier Simeon, Avintia Racing
Franco Morbidelli, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Franco Morbidelli, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Jorge Lorenzo, Ducati Team en tête au départ
Xavier Simeon, Avintia Racing

La dernière réunion en date de la Commission Grand Prix, en marge du Grand Prix de Saint-Marin et de la Riviera de Rimini, le week-end dernier, a apporté plusieurs modifications au règlement sportif, avec effet immédiat.

L'un des thèmes abordés a été celui des pilotes de substitution, et ce à la suite du remplacement de Tito Rabat à partir de l'épreuve de Misano. Pour faire face à l'absence de l'Espagnol, en effet, l'équipe Avintia a confié sa GP17 à Xavier Siméon, son coéquipier habituel, tandis que la GP16 du Belge est revenue à un pilote habituellement non engagé en MotoGP, une solution qui a été préférée à l'option qui aurait vu le nouveau pilote remplacer véritablement Rabat en pilotant sa machine et en intégrant son staff technique.

Lire aussi :

"Des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que des équipes MotoGP puissent manipuler le règlement actuel pour échanger les motos au sein d’une même équipe ou avec une autre équipe, ce qui pourrait peut-être aider un pilote en passe de dépasser son allocation de moteurs", indique le compte-rendu de la Commission Grand Prix. "Compte tenu du fait qu'il existe beaucoup de scénarios possibles, le règlement sera modifié de sorte qu'un pilote de remplacement ne puisse pas être un pilote actuellement sous contrat dans le championnat, à moins d'être approuvé par la Commission Grand Prix."

Pas de wild-cards en Moto2 en 2019

Par ailleurs, il a été décidé de réduire d'un tour les courses annoncées sur le mouillé, compte tenu du fait qu'en cas de procédure de départ d'une courses déclarée "wet", "les équipes peuvent éventuellement rencontrer des difficultés pour remplir le réservoir au volume maximal".

Autre petite retouche, celle de la procédure d'annonce des pénalités impliquant un changement de position d'un pilote pendant une course, dont le panneautage durera non plus cinq tours mais trois, sachant qu'elles sont par ailleurs transmises au pilote via le tableau de bord et qu'il existe de fortes probabilités pour que les positions changent de toute façon en l'espace de cinq tours.

Enfin, il a été décidé qu'il n'y aurait pas de wild-cards en catégorie Moto2 en 2019, un choix qui s'appuie sur le manque de disponibilités du nouveau moteur qui sera utilisé dans ce championnat la saison prochaine et du fait qu'il pas de machines de cette spécification dans d'autres championnat. Cela devrait être une situation temporaire, revue pour 2020. 

 
Prochain article MotoGP
Moto2 ou Superbike en 2019 : Redding veut "un package qui peut gagner"

Previous article

Moto2 ou Superbike en 2019 : Redding veut "un package qui peut gagner"

Next article

Impuissant face à Crutchlow, Rins voulait surtout finir la course

Impuissant face à Crutchlow, Rins voulait surtout finir la course
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP , Moto2
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités