Remy Gardner a senti un "crac" au niveau des côtes

Remy Gardner a vécu un jeudi animé au test de Jerez, entre l'apparition d'une douleur au niveau des côtes et les reproches de Raúl Fernández, qu'il qualifie de "conneries".

Remy Gardner a senti un "crac" au niveau des côtes

Quatre jours après avoir assuré le titre en Moto2, Remy Gardner est devenu un pilote de MotoGP à Jerez. Après une première découverte lors du test de Misano organisé au mois de septembre, il était de retour sur la KTM de Tech3, pour qui il roulera la saison prochaine. Le fils de Wayne Gardner doit encore s'adapter au pilotage d'une machine deux fois plus puissante, notamment sur le plan physique puisqu'il s'est fait mal dans un tour rapide.

"Pour le moment, c'est encore dur au niveau des côtes, je me suis fait une petite frayeur et j'ai un peu mal", expliquait Gardner jeudi soir. "Physiquement ce n'est pas encore parfait. Je n'ai pas trop attaqué. Je ne veux pas tomber à ce stade, je ne souhaite pas passer l'hiver avec des blessures. Je suis certain que [l'adaptation] viendra lors du test l'an prochain, avant de vraiment faire des chronos."

"Mes côtes sont vraiment, vraiment douloureuses", a-t-il précisé. "Elles ont un peu craqué sur la moto. J'essayais de finir un bon tour et j'ai senti un 'crac !' en moi. J'ai vraiment mal. J'ai fini la journée avec une grosse douleur."

Cette dernière n'est pas venue gâcher une journée importante pour l'adaptation de Remy Gardner à la catégorie reine, y compris sur le plan physique puisqu'il n'a pas éprouvé d'autre difficulté particulière : "Sincèrement, avant le petit incident avec mes côtes, je me sentais assez bien sur la moto. Après le premier tour, on est toujours un peu secoué, quelle que soit la moto. En fait je me sens bien. Je faisais six ou sept tours puis ils me faisaient rentrer. Ce n'est pas trop mauvais. Il faut peut-être que je m'entraîne un peu plus."

Remy Gardner

Remy Gardner

Gardner compte justement sur les essais de cette semaine pour comprendre plus clairement les modifications à apporter à son programme d'entraînement, afin d'arriver fin prêt quand les essais reprendront à la fin du mois de janvier : "C'est sûr que les freinages sont beaucoup plus forts, mais aussi l'accélération, garder la roue au sol et son corps sur l'avant. Je suis certain qu'après vendredi, je saurai quels sont les muscles les plus touchés et sur lesquels je trois travailler. Plus on passe du temps sur la moto, moins on est stressé. Il faut contrôler la situation. Tout vient avec le temps."

Gardner s'est enfin exprimé sur les propos explosifs de Raúl Fernández, son coéquipier cette année et l'an prochain, qui a également été son rival pour le titre en Moto2. Fernández reproche au team Ajo d'avoir favorisé Gardner et ce dernier n'a pas réellement souhaité entrer dans la polémique, renvoyant l'Espagnol dans ses cordes.

"Qui est le Champion ?", a-t-il simplement commenté. "Il peut penser ce qu'il veut, mais je pense que l'équipe nous a donné des chances égales et que le meilleur a gagné en piste. Je ne sais pas. Pour moi ce sont des conneries ! [rires]."

Lire aussi :

partages
commentaires
Journée solide pour Zarco avant de découvrir le nouveau carénage
Article précédent

Journée solide pour Zarco avant de découvrir le nouveau carénage

Article suivant

Rins et Mir motivés par l'afflux de pièces chez Suzuki

Rins et Mir motivés par l'afflux de pièces chez Suzuki
Charger les commentaires