Retour à la compétition peu probable en 2017 pour Folger

L'équipe Tech3 ne s'attend pas à un retour de Jonas Folger d'ici la fin de la présente saison, alors que les examens passés par l'Allemand semblent indiquer une mononucléose.

Après un passage éclair au Japon la semaine dernière, Jonas Folger a été rapidement rapatrié en Allemagne suite à des symptômes liés à une grande fatigue doublée d'une infection virale.

Le rookie a depuis lors été examiné à Munich, et après avoir passé la journée de mardi dernier à l'hôpital, le diagnostic des médecins semble se diriger vers une mononucléose, un virus que Folger avait déjà attrapé en 2012.

Vers une fin de saison prématurée pour Folger

Cela signifie que l'équipe est à présent à la recherche d'un pilote de remplacement pour les deux dernières manches de la saison, en Malaisie ainsi qu'à Valence, après avoir sollicité les services de Kohta Nozane lors du Grand Prix du Japon, et ceux de Broc Parkes ce week-end en Australie.

"Nous aurons les résultats [des examens] samedi", a déclaré le patron de l'équipe française, Hervé Poncharal, au micro de la chaîne Movistar. "Il est quasiment confirmé qu'il s'agit d'une mononucléose. Jonas ne peut pas s'entraîner, il ne peut que se reposer."

Alors qu'il fait partie des rookies cette saison, Folger a effectué un début de championnat prudent avant de monter en puissance jusqu'à un podium décroché sur ses terres lors du Grand Prix d'Allemagne.

Si ce résultat pouvait laisser espérer une hausse de la confiance et des performances du pilote Tech3, il a au contraire semblé emprunté lors de la reprise du championnat début août, ne marquant que 13 points en cinq courses, contre 33 pour son coéquipier Johann Zarco. Une baisse de compétitivité qui peut s'expliquer par l'incubation du virus sur cette période.

Reste que le délai de récupération pour ce type de maladie est en général très long, mettant l'équipe Tech3 face à un casse-tête pour trouver un pilote remplaçant sur chaque course. "Il va bien, il regarde la télévision, mais le problème c'est que la récupération pour ce genre de pathologie peut prendre jusqu'à trois mois", reprend Hervé Poncharal.

"Le fait d'être prêt pour Valence est presque impossible. C'est une situation difficile, car on ne s'en est rendu compte que le jeudi au Japon. Nozane nous a été proposé par Yamaha, et nous avons Broc ici, qui avait déjà testé la M1. C'est compliqué d'avoir un nouveau pilote à chaque course, mais c'est comme ça. Nous ne savons pas encore qui sera avec nous en Malaisie", indique Hervé Poncharal.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Jonas Folger
Équipes Tech 3
Type d'article Actualités