Rins désormais considéré comme "un adversaire pour le titre"

partages
commentaires
Rins désormais considéré comme "un adversaire pour le titre"
Par :
20 avr. 2019 à 07:45

Le pilote Suzuki montait en puissance depuis fin 2018, et a enfin concrétisé par une victoire à Austin. Désormais troisième du championnat, il est pleinement considéré comme un adversaire de taille par les top pilotes du MotoGP.

"Je pense qu'il est clairement un adversaire pour le titre, parce que ça n'est pas depuis une course mais depuis la deuxième moitié de la saison dernière qu'il est tout le temps aux avant-postes." C’est par ces mots que Valentino Rossi a commenté la performance réalisée par Álex Rins à Austin, lors de la conférence de presse d’après-course. Le nonuple Champion du monde a en effet dû s’incliner face au pilote Suzuki, qui a su prendre le dessus sur lui pour remporter la première victoire de sa carrière.

Toujours dans le coup

"Álex est un bon gars, il est drôle, et il pilote bien, et comme vous avez pu le voir l'an dernier c'était un ‘rocket man’. Bon an, mal an, il était très régulier, il est toujours là", a commenté Cal Crutchlow. "Je ne sais pas s'il fait le meilleur usage de la moto, mais je pense que celle-ci est très bonne. En tant que pilote, il n'a aucune pression pour faire bien, il est le gars en vue chez Suzuki, mais ils n'attendent pas de lui qu'il gagne, car Suzuki ne s'attend pas spécialement à gagner. Mais c'est un bon pilote qui est chaque année plus rapide." Et de conclure : "Il mérite la victoire."

Lire aussi:

Il est vrai que Rins affiche une régularité exemplaire depuis la fin 2018. Sur les sept dernières courses disputées l’an passé, ainsi que les trois premières de cette saison, il n’a jamais fini au-delà du top 6, et totalise notamment trois top 4, trois podiums, et maintenant une victoire. Lui qui avait connu un début d’année compliqué, avec pas moins de cinq résultats blancs, a complètement redressé la barre, et est ainsi remonté extrêmement vite au championnat pour terminer cinquième.

Cette régularité en course est d’autant plus saluée par ses adversaires que ses qualifications ont toujours été moins bonnes. "Il a un peu le problème opposé au mien : je suis toujours dans le coup en qualifs et j'ai du mal en course, or lui c'est l'inverse", a expliqué Jack Miller. "Comme on l'a vu [à Austin], s'il obtient une position correcte en qualifications, il arrive à se battre, quelles que soient les circonstances. Chaque fois que je fais un débrief avec mon team et qu'on fait les plans pour la course, on se dit toujours que Rins et Valentino seront là en course, peu importe où ils se sont qualifiés."

En effet, sur la même période, il n’a décroché qu’une première ligne et une cinquième place, et est toujours parti depuis la troisième ligne, voire au-delà. Sa gestion de la course et sa performance globale sont très observées par ses adversaires, à commencer par Rossi : "Il est toujours très rapide en course, même s'il est parfois en difficulté en essais – ce dont je suis très heureux, parce qu'on est plus ou moins dans le même bateau ! Souvent je vois ses temps et je me dis 'Ah, en voilà un qui est lent en essais !' Mais, à mon avis, il pilote de façon très intelligente, il est très fluide à tous les niveaux et c'est très important pour économiser les pneus. D'ailleurs, il est toujours fort pendant la seconde moitié de la course. Il est très difficile à battre."

Ne pas écarter le titre

Grâce à cette victoire et sa régularité, Rins occupe désormais le troisième rang du championnat, à seulement cinq points du leader, Andrea Dovizioso, et à deux du second, qui n’est autre que Rossi. Il devance également Marc Márquez de quatre points, ce dernier ayant perdu la première place en raison de sa chute. Regardé du coin de l’œil l’an dernier, le pilote Suzuki a commencé à être plus sérieusement pris en considération durant les tests de pré-saison, et est désormais redouté par ses adversaires directs.

"Comme je l'ai déjà expliqué avant le Qatar, je pense que Suzuki et Rins vont se battre pour le championnat, Valentino assurément et Marc bien sûr", a commenté Dovizioso. "Suzuki a progressé et Rins lui aussi par rapport à l'année dernière, j'ai déjà vu cela lors des tests." Un avis entièrement partagé par Márquez : "Rins est l’un des prétendants au titre, je l’ai dit avant que cela ne commence au Qatar, et il sera l’un de nos rivaux."

La considération des top pilotes à son égard n’étonne pas particulièrement Rins, qui se sent déjà à leur niveau depuis le début de la saison. "Je ne me sens pas inférieur à eux, donc nous allons continuer à tout donner", a-t-il expliqué. Le titre est donc plus à sa portée que jamais il ne l’a été auparavant : "Évidemment que nous n’écartons rien cette année. Nous avons gagné au Texas, et qui nous dit que nous ne pourrons pas nous imposer encore ?"

Bien qu’il s’estime être à la même hauteur que les autres, le pilote de 23 ans a reconnu que cette victoire avait une saveur particulière, puisqu’il l’a décrochée devant Rossi, son idole depuis l’enfance. "Je n'y crois plus !" a plaisanté ce dernier. "Ça m'inquiète même beaucoup, parce que ceux qui l'ont dit se sont ensuite révélés être mes pires adversaires et pires ennemis, du coup je n'y crois plus ! [rires] Mais, allez, ça fait plaisir."

À présent que l’élève a dépassé le maître, il ne lui reste plus qu’à continuer dans la même voie, dès le prochain Grand Prix : "Nous arrivons en Europe super motivés, et avons hâte d’être à Jerez. […] Une fois là-bas, il faudra suivre la même ligne que d’habitude, bien travailler dès le vendredi, bien se qualifier, et faire une belle course."

Avec Léna Buffa et Willy Zinck

 
Article suivant
Márquez "visualisait déjà ces 25 points" avant sa chute

Article précédent

Márquez "visualisait déjà ces 25 points" avant sa chute

Article suivant

Les débuts de Quartararo ont surpris son équipe

Les débuts de Quartararo ont surpris son équipe
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu