Rins et Mir motivés par l'afflux de pièces chez Suzuki

Joan Mir et Álex Rins ont salué les efforts consentis par Suzuki pour apporter de nombreuses pièces à tester en Andalousie en vue de la saison MotoGP 2022.

Rins et Mir motivés par l'afflux de pièces chez Suzuki

Le duo Suzuki a terminé la première journée d'essais à Jerez satisfait du nombre de nouvelles pièces apportées par Suzuki en vue de la saison MotoGP 2022.

La saison de l'équipe championne du monde 2020 ne s'est pas achevée comme espéré lors de la dernière course à Valence, où Joan Mir s'est avoué déçu par un manque de performance qui l'a empêché de se battre avec la Ducati pour le podium en dépit d'une bonne position sur la grille de départ, tandis qu'Álex Rins a fini à terre alors qu'il luttait justement pour une place dans le top 3.

Jeudi, la première journée de travail lors du test de pré-saison 2022 à Jerez a contribué à faire remonter le moral des deux pilotes espagnols, notamment par le ressenti d'un certain effort du constructeur japonais pour apporter une quantité importante d'introductions à tester en piste.

"De 2019 à 2020, ils n'ont pas apporté tant de choses", fait remarquer Mir, qui salue ainsi l'engagement pris la marque. "Il y a une réaction de Suzuki, et ça, pour un pilote, ça motive beaucoup. Si ce moteur a plus de potentiel, les tours rapides iront mieux. Mais il n'est pas encore prêt, nous devons encore l'ajuster pour la saison", a-t-il estimé après avoir bouclé 71 tours du circuit andalou et réalisé une meilleure marque à plus de huit dixièmes de la référence de Nakagami. "C'est le début, mais nous travaillons bien", poursuit-il prudemment. "J'essaie de faire une remise à zéro et de commencer comme si nous étions déjà en 2022."

Lire aussi :

Rins, quant à lui, est comme d'habitude plus optimiste que son coéquipier et décrit une très bonne première journée. Sixième temps de la journée de jeudi, à 0"497 de la meilleure performance de la Honda, le natif de Barcelone a été l'un des plus assidus en piste, avec 76 tours bouclés.

"Je suis heureux de la façon dont s'est déroulée la journée", commente-t-il ainsi. "Nous avons testé plusieurs choses et tout s'est bien passé. Nous nous sommes concentrés sur le moteur 2022 et il a un peu plus de puissance. Nous devons continuer à travailler, nous avons encore un châssis à assembler, que Joan a eu aujourd'hui et que j'aurai demain [vendredi], et aussi quelques carénages. On verra bien comment ça se passe."

Interrogé sur le ressenti d'un possible pas en avant entre ces tests et ceux réalisés à Misano, le #42 apporte un point de vue analytique. "A Misano, nous avions ce moteur et il est assez similaire. C'est une piste différente et c'est bien. Nous avons encore des choses à tester : il y a beaucoup de pièces prêtes dans le stand. C'est bon signe, nous ne sommes pas en tête en termes de chronos, mais je suis content de la régularité que nous avons pu avoir avec cette moto. Je pense que nous avons pris un bon départ."

Comme Mir, Rins s'avoue positivement impacté par le fait de voir Suzuki pousser sur le plan technique pour qu'autant d'introductions soient à tester en cette fin de semaine. "La vérité est que oui, je suis motivé. C'était le premier jour de 2022 et ça s'est plutôt bien passé. Je suis heureux", a-t-il conclu.

Lire aussi :

partages
commentaires
Remy Gardner a senti un "crac" au niveau des côtes
Article précédent

Remy Gardner a senti un "crac" au niveau des côtes

Article suivant

Test Jerez, J2 - Bagnaia large leader à la mi-journée

Test Jerez, J2 - Bagnaia large leader à la mi-journée
Charger les commentaires