MotoGP
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
72 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
79 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
93 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
107 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
122 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
142 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
150 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
156 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
171 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
178 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
185 jours

Rins et Suzuki ont commencé à parler d'avenir il y a plus d'un an

partages
commentaires
Rins et Suzuki ont commencé à parler d'avenir il y a plus d'un an
Par :
24 avr. 2020 à 10:01

Prolonger leur union ne semblait être qu'une formalité, et cela se confirme puisqu'Álex Rins a révélé avoir entamé ses discussions avec Suzuki en mars 2019, afin d'évoquer un nouveau contrat portant sur 2021 et 2022.

Álex Rins est devenu il y a quelques jours le dernier en date à avoir pu annoncer la prolongation de son engagement en MotoGP, faisant suite aux quelques premières officialisations intervenues en début d'année. En dépit du confinement auquel lui et son équipe sont contraints, le pilote espagnol a signé un nouveau contrat de deux ans avec Suzuki, sans surprise au vu des déclarations d'intention faites par les deux parties depuis plusieurs mois.

Lire aussi :

Mais les discussions sont même plus anciennes qu'on pourrait le penser, puisque c'est avant d'avoir remporté sa première victoire, il y a un an au Texas, que Rins a pu commencer à parler d'avenir avec son équipe. "On a commencé à parler avec Suzuki en Argentine en 2019", a-t-il révélé lors d'une visioconférence avec la presse. "On a commencé à parler des deux prochaines années à ce moment-là, puis on a signé le contrat final il y a peut-être une ou deux semaines. D'une part, on a dû attendre l'usine japonaise, et puis le COVID-19 a changé les choses, bien sûr. J'aurais aimé annoncer la prolongation avec Suzuki lors d'une course, et si possible après un podium, mais la situation à l'heure actuelle est celle-ci."

Bien que courtisé très tôt pour son équipe, Álex Rins a également attiré d'autres constructeurs MotoGP, séduits par son potentiel. Pour autant, il assure ne pas avoir véritablement engagé de négociations avec eux : "On n'a pas rencontré d'autres équipes. J'avais d'autres options, bien sûr, et je peux dire que j'ai eu la chance en cela, mais on n'a rencontré personne d'autre et discuté avec aucune autre équipe."

Une deuxième famille

L'accord de base avait déjà été trouvé "il y a plusieurs mois", ainsi que l'a indiqué Davide Brivio, et c'était pour le pilote une évidence tant il se sent à l'aise avec son équipe tout en bénéficiant d'un soutien technique qui répond à ses attentes. Auteur pour le moment de huit podiums, il a mené la Suzuki deux fois à la victoire et s'est classé dans le top 5 du championnat ces deux dernières saisons. Il a désormais porté son engagement à six ans, de quoi lui permettre de consolider encore plus ses performances.

"J'ai signé avec Suzuki parce que c'est l'équipe dans laquelle je veux être, [je veux rester] avec les mêmes personnes, les mêmes mécaniciens. On est arrivé à un niveau qui fait que, quand je sors de chez moi pour aller courir, bien sûr la maison, ma petite amie ou mes chiens me manquent, mais ça n'est pas difficile pour moi parce que je retrouve ma deuxième famille. Nous avons vraiment une très bonne relation", explique le pilote espagnol.

Lire aussi :

"Ça, c'est une chose. L'autre, c'est qu'ils se développent en vue de 2020, et ce que j'ai testé pendant la pré-saison était ce que je leur avais demandé de développer. Je suis content de ça", poursuit-il. "Je suis super content de rester deux années de plus et de continuer à me développer avec cette grande marque. Je crois qu'on peut obtenir de bons résultats."

"Je ne sais pas si l'on a l'arme ultime, parce qu'on n'a pas encore disputé de course, mais j'ai confiance dans le fait que nous pouvons obtenir de bons résultats", souligne Álex Rins, qui réfute toutefois l'aisance prêtée à la GSX-RR : "Ça me gêne un peu quand on dit que la Suzuki est une moto facile à piloter. Certains disent que Rins et Mir sont devant parce que la moto tourne très bien et qu'elle est facile. Mais la Suzuki, il faut la mener à la limite. Il est vrai que les autres tournent un peu moins que nous dans les virages rapides, mais ils sont plus rapides dans les lignes droites."

Avec Germán Garcia Casanova et Oriol Puigdemont

Related video

Article suivant
Morbidelli tente de s'inspirer du style de Quartararo

Article précédent

Morbidelli tente de s'inspirer du style de Quartararo

Article suivant

Une Yamaha bien placée au départ et "la course prend une autre tournure"

Une Yamaha bien placée au départ et "la course prend une autre tournure"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Alejandro Álex Rins Navarro
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa