MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"

partages
commentaires
Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"
Par :
7 juin 2019 à 07:47

Le pilote Suzuki a réalisé une belle performance au Mugello, qui s’est ajoutée à un début de saison déjà positif, hormis un Grand Prix de France décevant. S’il accumule un peu de retard au classement général, il se montre confiant et optimiste pour la suite de la saison.

Depuis qu’il a mené la Suzuki sur la plus haute marche du podium à Austin, les top pilotes du MotoGP incluent Álex Rins dans les prétendants au titre de cette saison, et sa performance lors du Grand Prix d’Italie n’est venue que confirmer encore plus cette tendance. Malgré un point faible notable au niveau de la puissance de son moteur, le pilote espagnol note des points positifs sur sa machine et des progrès dans l’ensemble, même si certaines pistes lui résistent toujours.

Grâce à la formidable remontée qu’il a réalisée en course au Mugello et qui lui a permis de gagner neuf positions, il a ainsi terminé au pied du podium et consolidé sa place au championnat, alors que sa 13e place sur la grille pouvait initialement laisser penser à un nouveau Grand Prix compliqué, comme cela avait été le cas au Mans. L’étape française représente par ailleurs le seul point d’ombre du début de saison du numéro 42, qui n’explique toujours pas vraiment les problèmes qu’il y a rencontrés et qui l'ont fait terminer en dixième position. 

Lire aussi:

"Cela dépend des virages, c’est bizarre à expliquer", commente-t-il. "Par exemple, sur toutes les pistes sur lesquelles nous avons roulé depuis le Qatar, excepté Le Mans, j’étais fort sur les freins et capable de doubler beaucoup de pilotes au freinage. Au Mans nous avions beaucoup de mal dans les chicanes, mais [au Mugello] il y en a aussi, je ne sais donc pas comment l’expliquer. Nous avons bien entendu amélioré ces sensations, par rapport à ce que j’avais demandé lors de la pré-saison pour avoir un meilleur feeling avec l’avant, mais certaines pistes sont différentes, le tarmac, les températures…"

Il a cependant pu se rattraper en Italie, où il a toutefois souffert dans la ligne droite face aux puissantes Ducati et Honda. Bénéficiant d’un bon châssis, Rins a pu masquer cette différence en revenant au freinage, ce qu'il ne lui avait donc pas été possible de faire en France. Il a également profité des autres points forts de sa GSX-RR, à savoir une bonne traction et une bonne vitesse en virage, deux éléments importants pour compenser les points faibles, et tenter de jouer le titre face à la RC213V de Marc Márquez et la Desmosedici d’Andrea Dovizioso. Malgré son déficit de puissance, la Suzuki a battu sa V-max en Italie et Rins a atteint pour la première fois les 350 km/h, preuve des améliorations effectuées.

L’épreuve du Mugello passée, le Catalan va se concentrer sur son Grand Prix à domicile, qui se tiendra à Barcelone la semaine prochaine. Le tracé, disposant lui aussi d’une longue ligne droite, bénéficie en revanche de nombreux virages et n’affiche pas la même fluidité, ce qui devrait mieux convenir au pilotage de la Suzuki. "Je ne saurai pas tant que nous n’y serons pas", assure Rins. "Nous verrons donc comment cela se passera. Nous commencerons bien entendu à 100% et très motivés." 

Lire aussi:

Toujours peu atteint par la pression, le pilote espagnol a récupéré une partie du retard que sa prestation au Mans avait provoqué, et affiche désormais 27 et 15 points de déficit sur Marc Márquez et Andrea Dovizioso au championnat. Un écart qui le préoccupe peu, sachant que l'année dernière il était remontré extrêmement vite au classement général grâce à sa seconde moitié de saison. "Maintenant Márquez et Dovi s’échappent un peu. Nous avons 88 points, Dovi 103, mais la saison est encore longue, et lors de la deuxième partie nous sommes forts. Je veux donner le maximum à chaque course", conclut-il.

 

Article suivant
Une concurrence multiple pour Márquez, qui n'en sort que plus fort

Article précédent

Une concurrence multiple pour Márquez, qui n'en sort que plus fort

Article suivant

Espargaró : "Nous sommes comme en cristal, encore très fragiles"

Espargaró : "Nous sommes comme en cristal, encore très fragiles"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Alejandro Álex Rins Navarro
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Charlotte Guerdoux