Rins/Zarco : "manœuvre stupide" pour l'un, "sous contrôle" pour l'autre

Protagoniste malheureux de leur passe d'armes du second tour du GP des Pays-Bas et condamné par la suite à une course difficile, Álex Rins digère mal la manœuvre jugée agressive de Johann Zarco.

Rins/Zarco : "manœuvre stupide" pour l'un, "sous contrôle" pour l'autre

Le pilote Suzuki Álex Rins a déclaré qu'une "manœuvre idiote" de Johann Zarco a "détruit" son Grand Prix des Pays-Bas, alors qu'il a été forcé de remonter depuis la dernière place après avoir fait une excursion hors-piste lors d'un dépassement du français.

Rins et Zarco se battaient pour la cinquième place au deuxième tour du GP des Pays-Bas, sur le tracé d'Assen, lorsque le pilote Pramac a observé une manœuvre agressive par l'intérieur en courbe. Le pilote Suzuki a été légèrement bousculé par Zarco et a dû poursuivre sa trajectoire dans les graviers, passant de la quatrième à la dernière place. Rins a ensuite été contraint de pousser pour remonter jusqu'à une méritante onzième place mais nourrit de grands regrets, estimant avoir disposé du rythme nécessaire pour signer le podium, comme l'a finalement fait son équipier Joan Mir.

 

L'incident a fait l'objet d'une enquête par les commissaires mais aucune sanction n'a été prise contre le dauphin de Fabio Quartararo au championnat.

"Que s'est-il passé avec M. Johann ? Je pense que tout le monde l'a vu", a commenté Rins, amer après la course. "Très, très malchanceux. Si je n'avais pas été là, peut-être qu'il serait allé large. Je ne m'attendais pas à ce dépassement et le problème est que son aileron a touché mon bras et que je l'avais en bas de mon bras. La seule chose à faire était donc de relever la moto pour l'éviter. Je suis allé sur le gravier, passé en dernière position et ai essayé de récupérer un peu de temps plus tard. Et [j'ai] été très malchanceux parce que les temps au tour étaient bons, le rythme était là ; pas pour gagner, mais pour finir dans le top 3, top 4. Mais il a détruit notre course…"

Lire aussi :

Régulier chez Zarco, selon Rins

Rins estime que ce type d'agression est courant chez Zarco depuis ses débuts en MotoGP en 2017 et estime qu'il s'agissait là d'une "manœuvre idiote" de celui qui a rallié l'arrivée quatrième.

"Depuis qu'il est arrivé en MotoGP en 2017, il est tellement agressif dans les dépassements", se plaint l'Espagnol. "Je veux dire, c'était une manœuvre idiote parce qu'il est là à se battre pour le championnat du monde. Donc, imaginez si nous nous étions accidentés ensemble : je veux dire [cela n'a] aucun sens".

Zarco a de son côté estimé que sa manœuvre de dépassement était "entièrement sous contrôle" et n'a pas réalisé que Rins était sorti du circuit.

"Je ne lui ai pas parlé et je ne savais pas qu'il était mécontent", a déclaré Zarco en réponse aux commentaires de Rins, sans présenter d'excuses ouvertement. "Oui, on a eu un contact mais ce n'est pas un virage facile et à ce moment de la course, je voulais rester avec le groupe de tête et les virages 9 et 10 étaient mes points forts. J'ai même essayé de doubler Viñales à cet endroit mais il était un peu plus rapide. Je suis sorti large. Avec Rins, on a eu un contact mais ce n'est pas facile de rester à l'intérieur en attaquant à cet endroit. Clairement, c'était totalement sous contrôle et je ne sais pas ce qui s'est passé, s'il est totalement sorti de la piste ou pas."

"Pour moi, à ce moment, j'étais plutôt content de l'avoir doublé et que personne ne nous double ensuite. Quelqu'un comme Mir aurait vraiment pu revenir vite parce qu'il double rapidement. Je ne lui ai pas parlé mais comme je l'ai dit, les gens peuvent venir me voir s'ils ont besoin de parler. C'est ce que je fais quand j'ai besoin de quelque chose et je suis certain qu'on peut le faire aussi avec Rins."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
Aprilia espère "convaincre" Maverick Viñales pour 2022

Article précédent

Aprilia espère "convaincre" Maverick Viñales pour 2022

Article suivant

Stats - Fabio Quartararo fait déjà mieux qu'en 2020

Stats - Fabio Quartararo fait déjà mieux qu'en 2020
Charger les commentaires