Rivola : Iannone peut être "une locomotive" pour Aprilia

partages
commentaires
Rivola : Iannone peut être
Par :
18 janv. 2019 à 16:30

Ne pas gâcher les opportunités et s'appuyer sur les forces en présence pour se développer, telles sont les missions que se fixe Massimo Rivola dans son nouveau rôle à la tête d'Aprilia Racing. Et, si les conditions sont réunies, il a déjà identifié son meilleur atout : Andrea Iannone.

Le choix de passer de Maranello à Noale n'était pas simple pour Massimo Rivola, qui admet avoir beaucoup réfléchi à la perspective quelque peu contradictoire de quitter le groupe Ferrari après avoir tant voulu l'intégrer. Mais maintenant qu'il assume ses nouvelles fonctions d'administrateur délégué d'Aprilia Racing, l'ancien directeur sportif de la Scuderia a bien l'intention de se retrousser les manches pour réussir son défi.

Car il en est convaincu : malgré les difficultés, parfois profondes, qui ont émaillé les dernières saisons, il ne manque finalement pas grand-chose à Aprilia pour réussir compte tenu des moyens mis en œuvre et des personnes impliquées. "À court terme, [il manque] seulement un bon résultat. Mais s'ils arrivent, cela intensifiera le suivi des sponsors, la crédibilité, la force de la marque", pointe Rivola dans une interview à La Gazzetta dello Sport. "Il y a l'envie de revenir au sommet de la part d'une marque qui a remporté 54 titres. Et les fans ont la même attente."

Lire aussi :

"Noale m'a impressionné", explique-t-il après ses premiers jours sur place. "Je suis Romagnol, j'ai travaillé chez Minardi, Toro Rosso et Ferrari, et j'étais convaincu que la Motor Valley était le top. Je ne m'attendais pas à la qualité, à la compétence, à l'amour du maillot que j'ai trouvés au département course. Certaines personnes y ont travaillé pendant 20 ans, c'est une base importante. Les ingrédients principaux pour bien faire, les personnes et les instruments, sont là."

"Aprilia est une petite entreprise, par rapport à Honda mais aussi à Ducati, cependant elle a la culture des choses bien faites et de l'efficacité. Il ne peut pas y avoir de gaspillage. Chez Minardi et Ferrari, j'ai vécu les extrêmes, mais les compétences que j'ai vues à Noale me rendent confiant. Ici je peux et je dois faire la différence. C'est une très belle sensation."

Iannone : "Le tour rapide dans le poignet"

Bien qu'il n'ait eu pour l'instant qu'un contact téléphonique avec les pilotes MotoGP, Massimo Rivola semble déjà séduit par le talent et la volonté du nouveau-venu, Andrea Iannone. "Andrea m'a fait une très bonne impression, j'ai perçu sa grande envie de travailler. En tant que fan, je peux dire qu'il est très rapide, il a le tour rapide dans le poignet, ce qui est rare. S'il est placé dans les bonnes conditions, il peut faire la différence et être une locomotive pour toute l'équipe", assure-t-il.

Massimo Rivola, PDG Aprilia Racing

"Je n'ai pas l'expérience de la gestion des pilotes moto, je crois que ce sont des 'animaux' différents de ceux de l'automobile. L'important c'est qu'on leur fasse sentir qu'ils font partie du projet, qu'on leur fasse comprendre que la faim, l'humilité et l'attachement peuvent être décisifs", souligne le patron des troupes.

Lire aussi :

Bien conscient des progrès attendus, Massimo Rivola veut s'appuyer sur la nouvelle organisation mise en place pour que le département technique ait les moyens de ses ambitions. "Ma tâche sera de mettre Albesiano en condition de pouvoir extraire 100% de la moto, qui sera beaucoup développée pendant la saison. Les tests hivernaux nous ont ouvert un monde, Iannone a donné des indications importantes. Ce qui sera essentiel, ce sera de ne pas gâcher les occasions qui se présenteront à nous", prévient-il.

"Au départ, mon attention sera portée sur le sport. Je suis dans le monde des courses depuis 21 ans et s'ils m'ont choisi, c'est pour ça. Aprilia a le 'fardeau' de devoir être compétitif, et ce aussi pour le produit. C'est le porte-étendard technologique du groupe Piaggio, en termes d'image et de savoir-faire", souligne l'Italien.

S'est-il fixé un objectif ? "Oui, mais je ne le dis pas. 2018 a été un pas vers la croissance, mais le groupe Piaggio a investi, a pris des techniciens importants, Iannone, a créé un test team : ce sont des signaux clairs qui montrent que l'on veut à nouveau être un moteur. Notre budget est le plus petit parmi les équipes officielles, mais je me sens de dire qu'Aprilia est meilleur que KTM."

 
Article suivant
En trois ans, le nombre de Honda sur la grille a été divisé par deux

Article précédent

En trois ans, le nombre de Honda sur la grille a été divisé par deux

Article suivant

Ducati présente sa nouvelle livrée pour 2019

Ducati présente sa nouvelle livrée pour 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Gresini Racing
Auteur Léna Buffa
Be first to get
breaking news