MotoGP
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
37 jours
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
65 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
72 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
93 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
135 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
142 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
170 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
185 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
219 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
234 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
241 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
248 jours

Rossi voudrait "quelques courses" pour décider de son avenir

partages
commentaires
Rossi voudrait "quelques courses" pour décider de son avenir
Par :
23 mars 2020 à 08:10

Valentino Rossi témoigne depuis son confinement, à Tavullia, d'une situation "à laquelle on ne se serait jamais attendus", celle qui a mis à l'arrêt le MotoGP et retarde sa prise de décision quant à son avenir mais qui, surtout, secoue dramatiquement l'Italie et plus largement le monde.

La pandémie de coronavirus qui sévit dans le monde met en grande difficulté une partie de l'Europe, et notamment l'Italie, lourdement touchée depuis plusieurs semaines. Les pilotes, comme le reste de la population, sont confinés à leur domicile et assistent, impuissants, à une situation dramatique pour leurs compatriotes.

Lire aussi :

Silencieux au début du confinement, Valentino Rossi a accordé ces derniers jours deux directs, l'un sur Instagram en compagnie d'autres stars italiennes, puis ce week-end une longue interview réalisée pour la chaîne Sky Italia. S'il y a longuement évoqué sa carrière et ses souvenirs, le pilote Yamaha a également souhaité apporter son soutien et un peu de réconfort à ses fans. Il s'est notamment adressé avec émotion à un enfant de Brescia, l'une des villes les plus touchées du pays, qui lui a transmis un message : "On les encourage, parce qu'on a vu des images affreuses de la zone de Bergame et de Brescia. Ça ressemble pratiquement à un reportage de guerre. J'ai beaucoup d'amis, surtout près de Bergame, qui m'ont dit qu'ils vivent un moment difficile. Durant cette période, ce n'est pas tant eux qui m'encouragent mais moi qui le fais pour eux."

"C'est une situation très difficile, à laquelle on ne se serait jamais attendus. Je suis à Tavullia, chez moi, et ici la situation est très difficile parce qu'on est très touchés par le virus. Beaucoup de personnes vont mal à Pesaro et en Romagne [la ville la plus proche et la région, ndlr]. On est tous confinés à la maison", témoigne également Rossi, qui fait passer le temps, comme tout le monde : "Ici, à la maison, j'ai une salle de sport. Je m'entraîne et j'essaye de rester en forme. Je passe beaucoup de temps à regarder des films et des séries TV avec Francesca [sa compagne, ndlr] et on joue aussi beaucoup à des jeux de simulateurs comme Gran Turismo."

D'un point de vue sportif, l'arrêt forcé du championnat est arrivé au plus mauvais des moments pour le pilote de Tavullia, qui à l'entame de sa 25e saison mondiale avait l'intention d'évaluer son niveau lors des premières manches afin de décider cet été s'il poursuivait ou non sa carrière. À l'image des pilotes en quête d'un renouvellement de contrat avec leur équipe actuelle, le #46 a besoin de se lancer dans la compétition afin de pouvoir juger de son niveau, or pour le moment celle-ci est suspendue, déjà retardée de deux mois.

Lire aussi :

"Cela a chamboulé les plans, mais il faut encore comprendre quand on va pouvoir courir. Les délais semblent s'allonger, parce que l'Euro de foot a aussi été annulé, alors je pense qu'il sera difficile [de courir] avant le mois de juillet", craint Valentino Rossi. "En ce qui concerne mon choix, j'espérais pouvoir décider après la première partie de la saison si je continuerais, mais désormais tout est décalé. Je voudrais quelques courses afin de comprendre si je peux être compétitif, ce serait important."

Des courses virtuelles comme en F1 ?

Le moment où la saison pourra débuter n'est pas encore clair, tout comme le nombre de courses qui pourront se tenir sur les 20 initialement prévues. L'une d'elles, celle de Losail, a déjà été définitivement annulée, mais les autres manches manquées sur les mois de mars et d'avril ont pour le moment été reprogrammées à une date ultérieure. Si les choses devaient se compliquer encore un peu plus, Rossi indique qu'il serait favorable à une réorganisation des week-ends afin de disputer deux courses sur une même piste.

"Cette année, ce qui est important c'est de faire le plus de courses possibles. Il n'est pas dit que faire 19 [week-ends de] courses soit essentiel. Une double manche, dans le style du Superbike, serait intéressant, mais le minimum pour que le championnat soit validé ce sont 13 courses. Peut-être qu'il suffirait de les faire et de maintenir le format actuel. On verra bien ce que décidera Ezpeleta, mais surtout il faut voir ce que décidera le virus."

Lire aussi :

Pour combler l'attente, similaire, à laquelle elle est soumise, la Formule 1 a mis en place des courses virtuelles pour ses pilotes, qui s'affrontent sur les pistes des Grands Prix reportés. Selon Valentino Rossi, cela pourrait être une idée à l'étude également en MotoGP. "Je ne sais pas si je peux en parler, mais Alen Bollini [attaché de presse Yamaha, ndlr] m'a dit que le MotoGP aussi essaye d'organiser quelque chose de similaire, en mettant les pilotes au défi avec la Playstation. Beaucoup de pilotes y jouent et sont forts, par exemple Pecco [Bagnaia] ou mon frère, Luca [Marini]. Je joue moi aussi, mais je ne suis pas bon, je me ferai battre à plate couture !"

Related video

Article suivant
La wild-card de Lorenzo, une bonne stratégie selon Viñales

Article précédent

La wild-card de Lorenzo, une bonne stratégie selon Viñales

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa