Rossi : "Si j'avais gagné, ça aurait été une journée historique"

partages
commentaires
Rossi :
Par : Léna Buffa
5 nov. 2018 à 19:00

Pas facile pour Valentino Rossi de gérer en même temps les émotions d'un grand frère et d'un patron d'équipe comblé, tout en se battant lui-même pour la victoire. "Si j'avais gagné, ça aurait probablement été la plus belle journée de ma carrière", avoue-t-il.

Les frères Rossi-Marini ont été en passe de remporter une victoire le même jour, avant que l'aîné ne chute à cinq tours de l'arrivée en catégorie reine. Peu avant, son demi-frère Luca Marini avait signé son premier succès mondial, gagnant le Grand Prix de Malaisie Moto2 qui voyait par ailleurs son coéquipier Pecco Bagnaia coiffer la couronne mondiale.

"C'était une sensation incroyable et une journée inoubliable pour nous, parce que c'est le premier titre mondial pour notre équipe et puis c'est fantastique pour l'Academy parce que Pecco a gagné son premier titre mais mon frère a aussi signé sa première victoire", se réjouit le boss du groupe VR46.

Lire aussi :

Et le nonuple Champion du monde faisait partie des proches présents en bord de piste pour féliciter les deux sociétaires du Sky VR46 Racing Team après l'épreuve Moto2, une heure à peine avant le départ de sa propre course. Pas simple à gérer, mais pourtant il a fallu qu'il porte rapidement son attention sur la performance que lui-même devait délivrer, alors qu'il s'élançait de la première ligne avec de bonnes chances de succès.

"Il faut réussir à diviser ses émotions. Après l'émotion de la course Moto2, où mon frère a gagné pour la première fois, où Pecco a gagné son premier titre, et notre équipe aussi, une personne normale aurait besoin de s'asseoir et de passer trois ou quatre heures en train de pleurer, épuisée, mais au lieu de ça il faut faire la course !" sourit le Docteur, admettant à quel point cela avait été difficile pour lui.

Il a pourtant bien réussi à se reconcentrer et a même pris la tête de la course dès le premier virage. À partir de là, Valentino Rossi a tenu le leadership durant 16 tours, et il avouera par la suite que le résultat de la course Moto2 avait contribué à le motiver pour lui-même aller chercher un résultat de taille. "Je savais que si j'avais gagné, ça aurait été une journée historique. Ça aurait probablement été la plus belle journée de ma carrière", assure-t-il.

Lire aussi :

Des progrès "impressionnants" pour Marini

Sa chute en a décidé autrement et Luca Marini a donc été le seul de la fratrie à pouvoir fêter une victoire hier. Une première pour lui, alors qu'il termine sa troisième saison mondiale et qu'il a déjà célébré cette année ses premiers podiums et sa première pole position (à Brno, comme son aîné). Après deux premières saisons encore modestes, cette campagne 2018 l'a habitué aux avant-postes et il occupe actuellement la septième place du championnat, à seulement 15 points de la quatrième.

Un premier succès qui en appelle d'autres et qui, en attendant, fait la fierté du grand frère. "Ses progrès cette année sont impressionnants", juge celui-ci. "Il m'a beaucoup impressionné, je suis très heureux, très fier de lui. Sincèrement, je ne pensais pas qu'il pourrait gagner une course cette année, alors je suis très content et j'espère qu'il pourra continuer comme ça."

Article suivant
Bagnaia : Signer tôt en MotoGP, "mon plus gros point fort" cette saison

Article précédent

Bagnaia : Signer tôt en MotoGP, "mon plus gros point fort" cette saison

Article suivant

Ducati va réunir Dovizioso et Lorenzo pour faire baisser la tension

Ducati va réunir Dovizioso et Lorenzo pour faire baisser la tension
Charger les commentaires