Rossi juge qu'il n'était "pas assez fort" pour gagner

Ils étaient 13 000 de plus que l'an dernier. 13 000 tifosi que le niveau de forme actuel de Valentino Rossi a contribué à attirer vers le Mugello ce week-end pour assister au Grand Prix d'Italie.

A en croire les sifflets réservés à Lorenzo - dont la performance a pourtant de quoi susciter le respect - ils n'ont pas tout à fait eu ce qu'ils attendaient. Rossi s'est pourtant employé à rattraper un week-end plutôt mitigé, offrant aux tribunes bien des dépassements à acclamer cet après-midi, ainsi qu'un magnifique sauvetage au Correntiao. Il lui a toutefois été impossible de se hisser plus haut que la troisième place.

"Il y avait beaucoup de monde au Mugello, parce que je suis très compétitif et tous les fans italiens s'attendaient à une grande course de ma part. C'est un peu dommage, mais ça n'a pas été une course fantastique," reconnaît-il. "Je n'étais pas assez fort. Au final, je suis quand même monté sur le podium après une belle remontée et une course difficile. C'est toujours magique d'être sur le podium avec toute cette foule qui envahit la piste."

S'il a l'habitude de voir ses performances aller crescendo après des débuts de week-end plutôt discrets, cette fois Rossi a quelque peu stagné. Il le reconnaît aisément, il n'a pas suivi le bon chemin dans ses réglages et les modifications testées n'ont pas apporté les résultats escomptés. C'est donc avec des sensations mitigées, notamment dans le train avant de sa moto, qu'il a disputé cette course.

Parti huitième, il a perdu plusieurs places dans le premier tour avant de se défaire un à un des hommes du second groupe. Neuf tours plus tard, une fois qu'il a eu la voie libre, Rossi avait encore fort à faire pour combler les 2.7s qui le séparaient de Dani Pedrosa et se mêler à la bagarre pour le podium.

J'ai eu du mal tout le week-end. Je n'ai jamais été très fort. Pendant la course, j'ai beaucoup souffert.

Valentino Rossi

Le Docteur a retrouvé du poil de la bête durant cette phase de la course, tournant longuement aux alentours des 1'48.5, plus vite que les pilotes qui le devançaient. Il est même celui qui a pu enregistrer ses meilleurs chronos personnels le plus tard, jusqu'à l'avant-dernier tour, et ce fut déterminant.

Pour en arriver là, il admet qu'il a la vie dure : "J'ai eu du mal tout le week-end. Je n'ai jamais été très fort et je n'ai pas réussi à être très rapide. Pendant la course, j'ai beaucoup souffert, en particulier dans le premier tour."

Valentino Rossi conserve la tête du Championnat du Monde, mais il sent désormais le souffle de Jorge Lorenzo dans son cou : six points les séparent désormais... "Je pense qu'il faut que l'on progresse, surtout vu à quel point Jorge est fort. Il est en grande forme et il faut être très compétitif pour rivaliser avec son niveau."

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Sous-évènement Course
Circuit Mugello
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Résumé de course
Tags grand prix italie, motogp, mugello, podium, valentino rossi, yamaha