MotoGP
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
15 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
28 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
35 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
43 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
71 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
78 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
92 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
99 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
106 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
120 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
127 jours

Une saison courte mais pas de hiérarchie surprise selon Suzuki

partages
commentaires
Une saison courte mais pas de hiérarchie surprise selon Suzuki
Par :
6 juin 2020 à 09:32

Elle a beau être très inédite, la saison 2020 n'engendrera pas de chamboulement au championnat selon le team manager Suzuki. Ce qui ne signifie pas qu'il ne s'attend pas à voir ses pilotes aux avant-postes !

L'annonce du calendrier de reprise du MotoGP est désormais imminente. Elle viendra confirmer et détailler ce que l'on sait déjà dans les grandes lignes, à savoir que la saison 2020 va bel et bien débuter le mois prochain et qu'elle sera très singulière tant par son retard de plus de quatre mois, la réduction de son nombre de courses, son intensité, mais aussi les conditions dans lesquelles elle se déroulera avec, pour le moment, des Grands Prix prévus à huis clos, sans public ni médias.

Lire aussi :

"D'un point de vue sportif, ce sera étrange, bien sûr, car quand nous reprendrons il n'y aura pas de public, le paddock sera assez vide, l'ambiance sera étrange", concède Davide Brivio, team manager Suzuki. "Mais c'est comme ça, nous savons dans quelle situation nous sommes et je pense qu'il faut que nous soyons ouverts à tout. Ce sera étrange à tous points de vue, mais nous espérons pouvoir avoir un championnat, pouvoir reprendre et avoir des courses."

Que la saison compte 12 ou 16 épreuves, comme évoqué par Carmelo Ezpeleta, une fois que la compétition aura repris les équipes livreront bataille comme dans n'importe quel autre contexte. D'aucuns se prennent toutefois à rêver que ces circonstances très atypiques pourraient favoriser les outsiders et engendrer une surprise dans un championnat qui est depuis plusieurs années dominé par le binôme Márquez-Honda, avec Andrea Dovizioso et sa Ducati solidement installés à la deuxième place.

Davide Brivio n'est toutefois pas convaincu que 2020 chamboulera la donne établie. À ses yeux, la hiérarchie habituelle du championnat, avec les quelques oscillations perçues lors des essais de pré-saison, restera celle qui s'affirmera une fois les courses lancées : "Je ne pense pas qu'avoir un championnat court ou long puisse beaucoup changer les choses. Les pilotes rapides sont toujours les mêmes. Bien sûr, il y a quelques variables cette année, car il faut voir si ce long arrêt a affecté certains plus que d'autres, mais en termes de résultats ou de performances je pense que ce sera plus ou moins la même chose. J'ai essayé de faire un exercice : sur la base des courses que nous sommes supposés faire, si l'on prend les résultats de l'année dernière, la situation du championnat serait très similaire. Je ne pense donc pas que cela va changer grand-chose."

Lire aussi :

"Bien sûr, il sera plus important de ne pas faire d'erreurs, car il y a peu de courses pour se rattraper. Dans une situation normale, si l'on a connu un mauvais début de saison, on peut peut-être se rattraper dans la seconde moitié de la saison. On a pu voir par exemple Viñales l'année dernière, qui a connu un début de saison très difficile et qui a travaillé très dur pour revenir en fin de saison. Pour ce qui est des deux ou trois premières positions, je pense cependant qu'elles seront assez similaires à ce qu'elles auraient été lors d'un championnat complet."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

"Après, j'espère bien sûr que Suzuki créera la surprise, mais j'espère surtout que Suzuki ne sera plus une surprise !" sourit le patron des troupes, qui a placé son meilleur pilote au quatrième rang du championnat 2019, avec deux victoires à son actif. Et il ne perd pas de vue ce que doivent être les objectifs de Suzuki, quelles que soient les circonstances : "Je pense que ce qui nous a manqué l'année dernière c'est qu'à la fin du championnat nous n'étions pas aussi forts que nous l'avons été pendant la première moitié, nous aurions pu finir mieux. Je pense donc que nous devons juste maintenir des résultats plus réguliers cette année et avoir un championnat plus court pourrait peut-être être un bon entraînement de ce point de vue-là."

Lire aussi :

"Mais il faut voir de toute façon quelle sera la situation quand nous reprendrons", poursuit Davide Brivio, conscient également que le manque de roulage depuis les derniers tests collectifs fin février sera un nouveau paramètre source d'incertitude. "Nous ferons un jour d'essais puis nous entrerons directement dans le week-end de course, et nous verrons : celui qui s'adaptera le plus vite aura un avantage. Ces dernières années, nous avons souvent vu que, pour certains pilotes, les premières courses n'étaient pas significatives pour le reste du championnat ; ici il va falloir être concentré, être dans la meilleure forme possible pendant deux ou trois mois. De ce point de vue-là, c'est quelque chose de nouveau et d'intéressant. C'est une année particulière à tous les niveaux, mais c'est un bon test. Je pense cependant que nous verrons les cinq ou six premiers pilotes [de 2019] se battre pour la victoire, quel que soit le nombre de courses au calendrier."

Est-ce que les pilotes les plus expérimentés pourraient être favorisés par ce manque de préparation, au détriment des jeunes représentants du team Suzuki ? "Ce qui nous manquera, ce sera un peu d'expérience que Joan [Mir] aurait cumulée", concède Brivio, "car sur la saison il fera probablement dix courses de moins que ce qu'il aurait pu faire et c'est un gros bagage qui lui manquera à l'avenir. On sait bien que les tests hivernaux disent certaines choses qui doivent ensuite être évaluées attentivement, mais j'ai vu qu'il était déjà prêt, et Álex [Rins] l'était encore plus, alors je pense qu'ils n'ont pas besoin de beaucoup de rodage."

Propos recueillis par Matteo Nugnes

Article suivant
Biaggi nostalgique de sa rivalité avec Rossi

Article précédent

Biaggi nostalgique de sa rivalité avec Rossi

Article suivant

2020, un joker pour Pramac et une victoire pour Miller ?

2020, un joker pour Pramac et une victoire pour Miller ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa