Une septième place et beaucoup de frustration pour Espargaró

La déception a semblé prendre le dessus pour Aleix Espargaró après le Grand Prix du Japon, que l'Espagnol a terminé à la septième place alors qu'il visait initialement le podium.

On ne saurait dire si la réaction d'Aleix Espargaró à l'issue du Grand Prix du Japon est bon ou mauvais signe. Mais elle est en tout cas déroutante, puisqu'en dépit d'une belle septième place à l'arrivée, le pilote Aprilia a semblé extrêmement déçu par sa performance.

Bien sûr, l'Espagnol a fini relativement loin de l'objectif qu'il s'était fixé à l'issue de la première journée d'essais, vendredi, qu'il avait bouclée avec le troisième temps absolu. En pleine confiance, le numéro 41 avait alors à demi-mot fixé ses objectifs, celui d'un top 5 voire, si les circonstances étaient réunies, d'un podium. 

Et ce n'est pas sa quatrième place en qualifications qui l'a détourné de ces buts... Las, l'Espagnol a souffert bien davantage lors de la course, où il n'a jamais été réellement capable de suivre le rythme imprimé par les leaders. "Je n'ai pas trouvé le rythme de toute la course", a-t-il déploré après coup. "Sincèrement, je suis frustré car après tout ce qu'on a pu montrer depuis le début du week-end sur le mouillé, c'est très mauvais de terminer le week-end à la septième place."

Une course compromise par l'aquaplaning

Le principal écueil auquel s'est retrouvé confronté Espargaró a sans doute été l'aquaplaning, qui l'a pénalisé bien plus que ses pairs. "Après le week-end que nous avions fait jusqu'ici, je m'attendais à mieux, mais je n'ai pas arrêté d'avoir de l'aquaplaning dans les lignes droites", reprend l'Ibère. "C'est frustrant, et il faut que nous comprenions pourquoi."

Une situation que le pilote Aprilia explique aussi par les nombreuses modifications apportées au moteur en cours de week-end, signe de l'absence d'un chemin directeur en termes de réglages. "J'espère que lors des prochaines courses nous n'aurons pas à jouer comme cela avec le moteur, car c'est difficile pour les ingénieurs d'avoir les réglages corrects au niveau de l'électronique si nous 'changeons' le moteur chaque jour."

Malgré ces regrets, il n'en demeure pas moins que la septième place d'Espargaró à Motegi est une bonne affaire au général, puisque celui-ci grimpe de deux places et passe devant Scott Redding et Jack Miller. Désormais à huit points d'Álvaro Bautista et à 22 de Jonas Folger, dont on sait qu'il sera encore absent au minimum en Australie, cette semaine, Espargaró a donc une belle carte à jouer pour tenter de faire son entrée dans le top 10 du championnat. 

Si pareil résultat pourrait s'assimiler à un hold-up, ce serait faire cependant fi de la très bonne dynamique dans laquelle l'Espagnol et Aprilia sont inscrits depuis plusieurs courses. Déjà sixième en course en Aragón, il faut par ailleurs remonter au Grand Prix d'Autriche pour constater une absence de l'Ibère en Q2 le samedi.

"C'est quand même un bon résultat pour le championnat, car on peut viser la dixième place. Sixième, septième, c'est évidemment meilleur que lors des autres courses", tempère finalement l'intéressé. "Je vais continuer à faire de mon mieux, et je vais continuer de pousser pour avoir un top 5 ou un podium.  J'espère que nous allons avoir un bon week-end en Australie, où je vais essayer de faire mieux qu'une septième place."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Sous-évènement Course
Circuit Twin Ring Motegi
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Gresini Racing
Type d'article Réactions