MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
08 Heures
:
34 Minutes
:
01 Secondes

En souffrance, Siméon a mis un point d'honneur à finir la course

partages
commentaires
En souffrance, Siméon a mis un point d'honneur à finir la course
Par :
22 mai 2018 à 06:30

Le Belge a vécu un calvaire en course dimanche, victime de fortes douleurs à l'avant-bras droit.

Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing
Xavier Simeon, Avintia Racing

Avec de bons progrès affichés lors des essais de la manche précédente à Jerez et une arrivée sur un circuit plutôt favorable aux Ducati, Xavier Siméon espérait sans doute mieux que son résultat obtenu en course dimanche.

Le début de week-end avait en effet été prometteur pour le pilote belge, qui avait bien progressé lors des différentes séances. Malheureusement, c'est une course frustrante qu'il a effectuée, victime de douleurs quasi insoutenables alors que le tiers de l'épreuve n'était pas encore couvert.

"J'ai vraiment eu un problème avec mon avant-bras droit", a-t-il ainsi indiqué à Motorsport.com. "Il a gonflé, il n'y avait plus de circulation du sang et je ne pouvais plus bouger la main, je n'ai plus de force dans le bras et ça me fait un mal de chien. Ça ne s'est pas amélioré au fil de la course, au contraire ça n'a fait que s'empirer. Après sept tours, j'étais en souffrance totale. J'ai souffert toute la course. Je n'arrivais pas à me concentrer sur mon pilotage, et je n'ai pas pu du tout sortir le maximum de ce qu'on pouvait faire aujourd'hui."

Rendez-vous pris avec le Dr. Mir

Des symptômes qui peuvent laisser craindre la survenance du syndrome des loges, d'autant que ces douleurs ont été concentrées au niveau de l'avant-bras droit, victime classique de l'arm-pump. Dans le doute, Siméon va se rendre ce mardi à Barcelone pour faire procéder à un diagnostic. "On a pris rendez-vous mardi avec le Docteur Mir, afin d'aller faire une IRM pour voir ce que j'ai comme problème et si cela nécessite une opération ou pas", explique Siméon. "J'espère que non, mais en MotoGP il y a beaucoup de pilotes qui ont ce problème-là."

Beaucoup de pilotes, y compris celui qu'il a remplacé chez Avintia cette année, Loris Baz, opéré l'été dernier pour ce type de problème. Présent sur les terres du Français ce week-end, le natif d'Outre-Quiévrain assure que les fans tricolores ne lui ont pas tenu rigueur du remplacement du Haut-Savoyard, soulignant même la qualité de l'accueil sur le circuit Bugatti.

"Franchement, je suis très content de l'accueil que j'ai eu, malgré ce qu'on a pu dire au moment de la signature du contrat", indique-t-il en toute franchise. "Je dois dire que j'ai eu un accueil exceptionnel, que ce soit du public français ou des Belges présents sur place. Ça m'a donné énormément de motivation pour bien faire."

Le Grand Prix de France passé, Xavier Siméon se tourne à présent vers la prochaine manche au Mugello, sur les terres de Ducati. Et si l'épreuve française s'est terminée péniblement pour lui, le pilote Avintia mettant un point d'honneur à finir la course en dépit de la douleur, celui-ci se réjouit aussi du bon déroulé du week-end et des progrès constants effectués sur sa machine.

"Au warm-up, on a fait un bon pas en avant. J'ai réussi à refaire presque le même chrono qu'en qualifs, alors que tous les autres étaient une seconde moins vite", poursuit-il. "La moto allait beaucoup mieux aujourd'hui [dimanche] que les jours précédents, et en début de course j'ai pu attaquer de manière significative. C'est assez énervant, car on n'arrive pas à mettre les choses bout à bout. À chaque fois qu'on fait un pas en avant, on a un autre problème − ici, physique − qui sort."

Gageons pour le Belge que tous les éléments de la réussite seront combinés lors du Grand Prix d'Italie, qui se tiendra du 1er au 3 juin prochains. 

Article suivant
Comment Crutchlow est passé de l'hôpital au top 10 du GP de France

Article précédent

Comment Crutchlow est passé de l'hôpital au top 10 du GP de France

Article suivant

Zarco : "En course moto, tout n’arrive pas qu’au GP de France"

Zarco : "En course moto, tout n’arrive pas qu’au GP de France"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de France
Catégorie Course
Lieu Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Xavier Siméon
Équipes Reale Avintia Racing
Auteur Willy Zinck