Stupeur et tremblements au sein du team Forward Racing

Les vacances estivales n’ont pas débuté de la manière la plus enthousiasmante pour un Giovanni Cuzari qui n’est autre que le patron des teams Forward Racing engagés en Moto2 et en MotoGP. Le patron de Simone Corsi et de Lorenzo Baldassari, mais aussi de Stefan Bradl et de Loris Baz qui évoluent parmi l’élite, a en effet été arrêté pour s’expliquer sur des faits de corruption, d’évasion et fraude fiscales et blanchiment d’argent.

Cuzari n’est pas le seul à intéresser les autorités puisqu’un élu local du nom de Libero Galli a aussi été interpellé pour être entendu dans une enquête qui s’intéresse également aux faits de favoritisme, abus de pouvoir et corruption passive. Les liens affairistes entre les deux hommes sont à éclaircir et on rappellera qu’ils sont, à ce stade, présumés innocents.

Des démêlés avec l'administration fiscale

Selon le quotidien "il Corriere del Ticino", Giovanni Cuzari, qui est aussi à la tête de la société  Media Action, aurait dissimulé des capitaux aux administrations suisse et italienne. Par ailleurs, les investisseurs de l’équipe Forward Racing seraient fictifs, le procédé s’apparentant à du blanchiment d’argent. L’avocat du mis en cause a précisé que l’accusation de corruption a été traitée tandis que les soupçons de blanchiment seraient éclaircis d’ici 48 heures.

On rappellera que les épreuves du MotoGP ne reprendront que le 9 août prochain à Indianapolis. Et que le contrat qui lie l’écurie à Yamaha pour la fourniture d’une M1 en version Open s’achève à la fin de cette saison.

A propos de cet article
Séries MotoGP
Équipes Forward Racing
Type d'article Actualités
Tags forward racing, loris baz, moto2, motogp, stefan bradl, yamaha