Suzuki espère être la surprise de Jerez

Pour sa première saison officielle en MotoGP depuis son retrait de la catégorie en 2011, Suzuki ne s'en sort pas si mal. La firme d'Hamamatsu a travaillé en 2014 sur une nouvelle machine GSX-RR en essais privés avec Randy de Puniet avant de se lancer cette année dans le grand bain avec deux pilotes de caractère : le bouillant et expérimenté Aleix Espargaro, accompagné du réel espoir de 19 ans et champion du monde de Moto3 millésime 2013, Maverick Viñales. Après trois courses, la machine bleue tient son rang mais regrette encore un moteur moins puissant que celui de la concurrence. En revanche, le châssis fait l'objet de toutes les louanges. Une combinaison qui pourrait bien payer sur le tourniquet de Jerez.

C'est du moins l'espoir ouvertement entretenu par les deux pilotes Espagnols qui joueront à domicile pour leur Grand prix national ce week-end. Un duo frustré de se voir déboîter trop facilement dans les lignes droites. Mais à Jerez, on atteint rarement les 300 km/h en vitesse de pointe, si bien que la Suzuki pourrait bien, cette fois, tenir la dragée haute à ses rivales : « Jerez est une piste que j'ai toujours aimé » commente l'aîné d'un Pol Espargaro qui officie quant à lui chez Yamaha Tech3. « Ce tracé pourrait s'avérer favorable pour nous car les lignes droites ne sont pas si longues ce qui nous permettra de mettre en exergue la qualité de notre partie-cycle. »

 Ce tracé pourrait s'avérer favorable pour nous car les lignes droites ne sont pas si longues ce qui nous permettra de mettre en exergue la qualité de notre partie-cycle

Aleix Espargaro

« Je suis impatient de voir ce que va donner la GSX-RR à Jerez. Tout le monde travaille dur dans l'équipe mais aussi à l'usine au Japon pour me proposer la meilleure moto possible. Je pense que nous pourrons poursuivre notre objectif de marquer des points à chaque fois et de viser les huit premiers au classement » termine un Aleix au tableau de marche effectivement respecté. Onzième au Qatar tant en qualifications qu'en course, huitième de la même façon à Austin, il a étonné en Argentine en prenant la deuxième place sur la grille de départ et finir septième. Il pointe logiquement huitième au classement général provisoire avec vingt deux points.

De son côté, Maverick Viñales offre un parcours si excellent que l'on en oublie qu'il est tout juste débutant dans la catégorie. Quatorzième en qualifications puis treizième en course à Losail, neuvième puis douzième au Texas, il s'est offert le dixième plot de la grille de départ en Argentine avant de terminer à une neuvième position qui est son meilleur classement dans la catégorie à ce jour. Il émarge au dixième rang du championnat avec quinze unités. Et, lui aussi, compte bien tirer les marrons du feu à Jerez : « j'ai toujours eu des bons souvenirs de Jerez. J'ai obtenu des bons résultats, j'aime la piste et celle-ci sera plus favorable à notre Suzuki que celle d'Austin ou de Termas de Rio Hondo. Nous connaissons nos faiblesses et notre force, et nous tenterons d'entrée des réglages pour adapter la moto au tracé. Je devrais à nouveau revoir mes points de repère mais la Suzuki a démontré son adaptabilité en toute circonstance. C'est sur moi que le plus gros travail est à faire. » Une humilité qui mérite déjà des éloges.

 

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Aleix Espargaró , Maverick Viñales
Équipes Team Suzuki MotoGP
Type d'article Preview
Tags jerez, suzuki