Suzuki ne parvient pas encore à transformer l'essai

Le Grand Prix d'Argentine a permis à Suzuki de franchir un nouveau cap en s'invitant aux avant-postes durant les essais libres et les qualifications. Pour sa troisième épreuve depuis son retour, le constructeur d'Hamamatsu a poursuivi sa progression, malgré une GSX-RR encore trop jeune et perfectible pour se maintenir à un tel niveau en course.

Leader de la première journée, puis qualifié en première ligne, les résultats d'Aleix Espargaro étaient fêtés samedi comme un début de succès. "Nous devons en être fiers," affirmait Davide Brivio, team manager. "Je souhaite remercier tous les membres du team - une toute nouvelle équipe, partie de zéro cette année - ainsi que ceux qui ont travaillé dur au Japon ces trois dernières années pour nous permettre d'être ici. J'aime à penser que ce résultat va nous stimuler et je sais que nous avons un grand potentiel avec nos deux pilotes et nos motos. Nous pouvons encore beaucoup progresser."

Passé dimanche au pneu arrière le plus dur dont il disposait, Aleix Espargaro a rapidement perdu du terrain en course. C'en était fini de la parenthèse enchantée, les problèmes de réglages et le chattering récurrent de sa machine ont posé les limites de sa performance. S'il a eu l'honneur de signer le holeshot, c'est finalement en septième position qu'il a rallié l'arrivée. "Cette septième place ne rend pas justice aux éléments positifs que nous avons connus ce week-end, voilà pourquoi je suis un peu déçu après cette course," reconnaissait-il.

Ces résultats correspondent à nos attentes et nous devons en être fiers. Ils confirment que la courbe de progression de la moto est bonne.

Satoru Terada

Maverick Viñales a quant à lui marqué les points de la dixième place. En proie à de mauvaises sensations en pneus neufs, le rookie a ensuite connu une progression intéressante, allant jusqu'à signer ses meilleurs chronos dans les derniers tours de la course. Si cela ne lui a pas empêché d'être devancé d'un cheveu par Scott Redding, c'est un élément encourageant pour le jeune Espagnol.

"C'est rassurant, parce que cela signifie que nous avons une bonne moto. Nous avons besoin de progresser en qualifs et sur le set-up de course. Mais, encore une fois, le top 10 c'est un résultat positif dont nous devons être fiers," juge Viñales, déjà satisfait samedi d'avoir évité pour la première fois de la saison le passage par la Q1.

C'est donc un bilan contrasté que tire Suzuki de l'épreuve sud-américaine, les faiblesses de la machine étant clairement identifiées. Manque de puissance, vibrations à l'arrière, set-up à affiner sont autant d'éléments qui focaliseront les efforts du team nippon avant le début de la saison européenne.

"Nous avons bien conscience que nous avons des soucis de chattering," reconnaît Satoru Terada, directeur de l'équipe. "Nous avons testé beaucoup de solutions différentes à Austin et ici, mais nous n'avons pas pu régler ce problème dans le cadre du Grand Prix. Les ingénieurs au Japon sont déjà au travail, avec nos données et nos commentaires. Nous allons maintenant développer à l'usine des solutions qui seront mises en place dès Jerez."

"Cependant, nous devons aussi être heureux de ce week-end en Argentine. Aleix a fini deuxième des qualifications et Maverick est entré directement en Q2. Ces résultats correspondent à nos attentes et nous devons en être fiers," ajoute Satoru Terada. "Ces résultats confirment que la courbe de progression de la moto est bonne. Bien entendu, nous avons besoin de l'améliorer et de la rendre plus compétitive, mais j'ai confiance en son potentiel global."

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Sous-évènement Course
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Davide Brivio , Scott Redding , Aleix Espargaró , Maverick Viñales
Équipes Team Suzuki MotoGP
Type d'article Résumé de course
Tags Maverick Viñales, aleix espargaro, motogp, suzuki, termas de rio hondo