Suzuki : Rins déçu du carénage, Mir encouragé par le moteur

Álex Rins espérait plus du nouveau carénage évalué par Suzuki au test de Valence. Joan Mir retient surtout les gains sur le moteur, même s'il attend de reprendre la piste en 2022 avant de porter un jugement définitif.

Suzuki : Rins déçu du carénage, Mir encouragé par le moteur

Suzuki n'est pas la marque qui avait le plus de nouveautés au test de Jerez mais le constructeur japonais a néanmoins évalué son moteur 2022 et un nouveau carénage. Joan Mir a utilisé cette nouvelle carrosserie le premier jour et Álex Rins le deuxième. Le #42 n'a pas caché une certaine déception, le gain de performance n'ayant pas été aussi significatif que ce qu'il espérait.

"Nous avons aussi essayé un nouveau carénage, qui fonctionne bien, mais nous attendions un petit peu plus d'effet [de celui-ci]", a reconnu Rins sur le site officiel du MotoGP. Une fois devant les journalistes, il a néanmoins vu du positif : "Ce n'est pas le gros effet que l'on attendait mais ça a l'air bon", a-t-il précisé. "On semble mettre en place un bon package pour l'an prochain."

Álex Rins n'a pas été beaucoup plus emballé par le nouveau quatre cylindre en ligne de Suzuki : "Le moteur a l'air de bien fonctionner mais on a encore besoin de travailler dans certains domaines. Ils travaillent énormément pour apporter ces évolutions. On verra si on peut avoir des nouveautés en Malaisie."

Le pilote catalan a précisé qu'il faudrait "ajuster un petit peu l'aspect électronique" autour du moteur mais ce dernier a donné le sourire à Joan Mir, qui a ainsi conclu le test sur une note plus satisfaisante. Tout au long de l'année, le Champion du monde 2020 a déploré le gel du développement qui empêchait Suzuki de gommer son déficit de puissance face à certains rivaux, l'obligeant régulièrement à des départs en milieu de classement. Le nouveau moteur développé à Hamamatsu lui a donné satisfaction.

"Il y a plus de puissance sur celui-là", a-t-il souligné, notant également des progrès dans la souplesse d'utilisation : "Je dois dire qu'on a fait des progrès sur l'aspect électronique. Je suis plutôt content de la façon dont les choses fonctionnent et de la direction que l'on prend. Je n'ai pas pu tester certaines choses [à cause des conditions]. On s'est surtout concentrés pour faire bien fonctionner le moteur."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Joan Mir ne se focalise pas sur la puissance pure, estimant surtout que des progrès sur l'ensemble de la moto permettront d'atteindre de meilleures vitesses de pointe : "La puissance est importante, mais c'est également important de bien l'utiliser. On travaille sur ça. Ça pourrait être important de faire des progrès sur le [holeshot] device, sur l'aérodynamique, etc. Ça aiderait à mettre la puissance au sol. C'est encore plus important que trouver des chevaux. Le moteur semble bon [mais] il y a encore du travail. Ce n'est pas suffisant, surtout avec les conditions qui était vraiment difficiles."

"Tout s'assemble", a ajouté le Majorquin. "Ce n'est pas comme si on avait révolutionné le moteur, mais il y a plus de puissance. Donc c'est positif, je suis satisfait. C'est important de travailler pour mettre la puissance au sol, pour éviter le wheelie. Il faut travailler un peu plus sur ce domaine. On a travaillé sur ça, sur la façon dont la puissance arrive, et je suis content de l'évolution."

Dépité face à l'avantage de Ducati au sortir d'un Grand Prix de Valence conclu à la quatrième place et derrière trois Desmosedici, Joan Mir aborde donc la trêve hivernale avec un regain d'optimisme, teinté de prudence : "Les sensations sont bonnes. Je suis content de la façon dont les choses se passent. Maintenant, ce qui sera important est ce qu'ils apporteront dans le prochain test. Mais les progrès sont bons, je suis satisfait."

"Je suis content des progrès", a-t-il résumé. "Si vous me le redemandez au test l'an prochain, je répondrai plus précisément. Mais pour le moment je suis positif et optimiste."

Lire aussi :

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires

Related video

Piégé par ses pneus, Darryn Binder a fait un "gros highside"
Article précédent

Piégé par ses pneus, Darryn Binder a fait un "gros highside"

Article suivant

Raúl Fernández trop tendu sur la KTM et épuisé par le test

Raúl Fernández trop tendu sur la KTM et épuisé par le test
Charger les commentaires