Géométrie, départs : les tests "constructifs" de Guintoli pour Suzuki

Revenu en piste après la longue interruption ayant fait suite aux tests de Portimão, début octobre, Sylvain Guintoli continue à passer en revue de nouvelles solutions à destination de Joan Mir et Álex Rins sur la Suzuki. Avec, dit-il, autant de plaisir que d'efficacité !

Géométrie, départs : les tests "constructifs" de Guintoli pour Suzuki

L'hiver froid et inactif (quoique dédié à pouponner) passé dans une Angleterre confinée est loin à présent pour Sylvain Guintoli, ravi de limer le bitume à Losail depuis vendredi dernier. Après la courte pause qui a fait suite aux trois premiers jours de piste, le pilote d'essais de Suzuki a remis le casque mercredi et dépassé les 200 tours bouclés depuis le début de la séance. Son compteur affiche plus de 1080 km et ses mains commencent à en porter les stigmates, mais c'est surtout son sourire qui traduit la réussite des essais menés.

Mercredi, le prototype de moteur destiné à 2022 n'était plus d'actualité, l'attention s'est focalisée sur des solutions pouvant bénéficier dès cette saison aux pilotes de course. "Ça a été une super journée pour nous. On a passé en revue beaucoup de pièces et essayé des choses vraiment nouvelles, qu'on n'avait jamais essayées auparavant, avec la géométrie, des fourches et des stratégies", a expliqué Sylvain Guintoli. À l'issue de cette journée, il a répondu à nos questions pour faire le point.

Lire aussi:

Sylvain, tu as battu ton record personnel de 0 à 100 km/h pendant les essais de départ à la fin de la journée. Raconte-nous !

Oui ! On fait des tests pour la procédure de départ avec le système qu'on a à l'avant de la machine − on a des systèmes différents, que l'on teste −, ce qui est couplé aussi, bien sûr, avec une stratégie de départ quant à la puissance qui est délivrée, le fait d'avoir l'anti-wheelie ou pas. On travaille là-dessus. À la fin de la séance, ils nous remettent le drapeau vert, donc on peut faire des départs dans la ligne droite. J'ai donc fait trois départs [mercredi] soir, trois départs très bons, et un petit record perso !

Dans quelle proportion le programme de ta journée portait-il sur 2021 ou 2022 ?

Là, on a surtout fait 2021. On n'a rien testé qu'on ne peut pas utiliser en 2021. On a aussi fait un test très intéressant de géométrie, on essaye d'explorer d'autres possibilités. On a travaillé sur la géométrie, le centre de gravité. C'était une journée très, très bonne pour nous, très constructive. Et puis, en chrono c'est pas mal aussi, 1'55"6 pour moi c'est un bon chrono. Je suis content, je me suis fait plaisir sur la moto. Ça fait plaisir d'être de retour et de se remettre dans le rythme, parce que ça fait cinq mois que je n'avais pas roulé, donc un grand plaisir d'être là. J'ai des ampoules sur les mains, par contre !

Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP

Tu étais plus en recherche de performance que dédié à des tests purs par rapport au week-end dernier ?

Non, non, c'était pareil, la perf est descendue. J'ai pu un peu jouer avec Álex [Rins], et Johann Zarco aussi qui est passé à un moment donné. C'était sympa de pouvoir être avec eux en piste. La performance revient petit à petit, parce que quand tu n'as pas roulé depuis longtemps, c'est un peu un choc de remonter sur la moto après cinq mois et demi. On perd l'habitude en fait, on perd l'œil. Je n'ai pas pu m'entraîner en Angleterre, parce qu'on avait un confinement vraiment ferme, donc tous les circuits étaient fermés. Et puis, de toute façon, il fait un peu -15°C là-bas ! Ça a donc été un grand plaisir de retrouver la machine, et maintenant de retrouver du rythme et de bonnes sensations, de me faire plaisir sur la machine et en même temps de continuer le développement.

Tu dis que tu as vu Johann Zarco te passer comme un boulet de canon, et pour cause : il a battu son record personnel de vitesse de pointe, et les Ducati en général dominent outrageusement sur ce point…

On en a parlé à la piscine [mercredi] matin avec Johann. Là, il a fait sa meilleure vitesse derrière moi en fait ! Il m'a attendu, il m'a pris l'aspi, il a fait exprès. [Jeudi] on va encore avoir un peu de vent de face, mais les prévisions pour vendredi annoncent un vent assez fort dans le dos, donc on va peut-être voir le premier 360 km/h. C'est possible. Mais, oui, les Ducati comme d'habitude, sont rapides dans le tout droit.

Lire aussi :

Quelle marge de progression ont, selon toi, les Suzuki en termes de vitesse de pointe en vue des Grands Prix à Losail ?

Ça fait partie des caractéristiques du quatre cylindres en ligne : sur un circuit comme celui-ci, avec une ligne droite d'un kilomètre qui est conditionnée par un virage assez lent en deuxième vitesse, on va forcément perdre, puisqu'en puissance pure les quatre cylindres en ligne, donc la Suzuki et la Yamaha, sont un peu en retrait par rapport aux V4, c'est normal. On a d'autres avantages, mais la puissance pure n'en est pas un. Donc, ici, forcément, on va souffrir en vitesse de pointe, on le sait, mais on essaye de travailler sur nos points forts pour pouvoir se rattraper. Ça avait fait une course intéressante en 2019 avec Álex, qui s'était bagarré avec Dovizioso et avec les Ducati, alors qu'il avait des facilités dans les virages mais des difficultés dans la grande ligne droite d'un kilomètre.

partages
commentaires

Related video

Endolori par sa chute, Bradl espère reprendre la piste ce jeudi

Article précédent

Endolori par sa chute, Bradl espère reprendre la piste ce jeudi

Article suivant

Valentino Rossi s'est à nouveau senti pilote mercredi

Valentino Rossi s'est à nouveau senti pilote mercredi
Charger les commentaires