Nakagami manque de repères à force d'évaluer des pièces

Takaaki Nakagami "souffre plus que l'année dernière" en MotoGP et la quête permanente de solutions le prive de références claires sur la Honda.

Nakagami manque de repères à force d'évaluer des pièces

Après une saison 2020 encourageante, marquée par une première pole et six arrivées dans le top 6, Takaaki Nakagami affichait sa volonté de se battre pour le titre cette année. Or, alors qu'il reste trois courses à disputer, le pilote du team LCR ne pointe qu'à la 14e place du championnat et il ne s'est classé que deux fois parmi les six premiers. Nakagami court toujours après son premier podium en MotoGP, après l'avoir encore frôlé plusieurs fois ces derniers mois.

À Jerez, il a fini en pleurs après avoir échoué à 0"690 de la troisième place de Franco Morbidelli. Une erreur au GP d'Allemagne l'a privé d'une nouvelle chance de podium tandis qu'à Austin, son rythme était supérieur à ceux de Fabio Quartararo et Pecco Bagnaia, ce qu'il n'a pas réellement pu montrer à cause d'une chute en tout début d'épreuve. Entre ces courses, Nakagami a le plus souvent navigué entre la dixième et la 13e place, bien loin des objectifs qui étaient les siens quand l'année a débuté.

"Avant le début de la saison, on voulait se battre pour le championnat, mais on eu du mal dès les tests hivernaux, avec beaucoup de chutes", rappelle-t-il sur le site officiel du MotoGP. "C'était choquant. J'étais très déçu de la façon dont on a abordé la saison. Je suis vraiment déçu de me battre pour le top 10. La saison dernière, c'était un peu plus facile, parce que j'étais tout le temps en confiance sur la moto. C'était facile de figurer au moins dans le top 5. Mais cette saison, les sensations ne sont pas très bonnes, on doit trouver la limite et comment tout assembler."

Nakagami "tombe facilement" s'il se montre trop agressif, avec une machine parfois difficile à maîtriser : "Les sensations avec le grip arrière ne sont pas les meilleures. Honda essaie toujours de générer plus de grip et de trouver une solution. Parfois on doit aussi progresser sur l'avant. Au final, ce sont les sensations générales sur la moto [qui posent problème]."

Le Japonais a naturellement payé le manque de performances général d'une Honda en manque de traction et il a aussi multiplié les comparaisons de châssis en début de saison, avant de découvrir la version utilisée par Marc Márquez depuis le début de l'été dans le test de Misano. Il a donc été privé de référence claire, ce qui a pu contribuer à ses difficultés. "Que s'est-il passé ? C'est difficile à expliquer", reconnaît le Japonais dans une interview accordée à l'édition italienne de Motorsport.com. "Je peux dire que cette saison on souffre plus que l'année dernière."

"Ce qu'il y a de positif, c'est qu'on essaye de progresser et d'apporter des améliorations, et ça on le fait à chaque course. Le HRC apporte des nouveautés et des mises à jour, ils savent donc dans quelle direction aller. Dans le même temps, c'est difficile parce qu'étant donné qu'il y a continuellement des mises à jour, il nous faut comprendre quelle partie fonctionne et quelle partie non. On a beaucoup de tests pendant un week-end."

"Ça n'est pas quelque chose de négatif, au contraire car on essaye de nouvelles pièces, mais on a besoin de temps pour comprendre comment elles fonctionnent. On ne baisse jamais les bras et on s'investit toujours à fond. Je suis pilote, je recherche toujours la limite et la meilleure performance durant tout le week-end. On essaye de s'améliorer. Mes sensations avec la moto ne cessent de s'améliorer."

Après trois premières saisons aux côtés du très expérimenté Cal Crutchlow, Takaaki Nakagami aurait pu changer de dimension dans l'équipe LCR cette année, puisqu'il est désormais épaulé par Álex Márquez, qui a fait ses débuts en MotoGP l'an passé. Le #30 assure que son approche est restée la même, et ce malgré les difficultés traversées depuis le début de la saison.

"Ma position n'a pas tellement changé. Cal a quitté l'équipe à la fin de la saison dernière et il y a maintenant Álex Márquez qui est mon coéquipier dans notre équipe, mais l'approche n'a pas changé. L'année dernière aussi, on essayait d'obtenir le maximum, les meilleures performances. Cette année, on souffre, mais pas toujours et on met toujours la même passion, la même énergie, durant tout le week-end. Ma position n'a pas changé."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Un MotoGP "irrespectueux" a laissé Scott Redding "déprimé"
Article précédent

Un MotoGP "irrespectueux" a laissé Scott Redding "déprimé"

Article suivant

Viñales de retour à Misano, Savadori engagé en wild-card

Viñales de retour à Misano, Savadori engagé en wild-card
Charger les commentaires