Interview

Takaaki Nakagami, le soldat oublié dans les malheurs de Honda

On a beaucoup écrit sur les difficultés rencontrées cette année par Honda en MotoGP, l'attention se portant en particulier sur Marc Márquez, puis sur Álex Rins après sa décision de quitter le HRC au bout d'un an seulement. Mais un pilote de la marque a souvent fait le travail ingrat dans l'ombre, et ce alors que son avenir reste en suspens.

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Après neuf manches dans cette saison 2023, le nombre de points récoltés par Honda au championnat constructeurs − auquel seul le premier pilote classé de chaque marque contribue − est de 89. Sur ce total, 27 points ont été marqués par Takaaki Nakagami (LCR). Álex Rins est celui qui a le plus largement contribué avec 47 points, tandis que Marc Márquez en a rapporté 15 : cela correspond à leur total personnel, ce qui signifie que les deux Espagnols étaient chacun le mieux classé pour Honda lors des courses qu'ils ont finies dans les points. Joan Mir, lui, n'a rapporté aucun point au classement constructeurs pour le moment.

Ironiquement, le pilote Honda qui a donc marqué le plus à ce stade, et le seul à avoir une victoire à son actif, a décidé de jeter l'éponge avant la mi-saison. Rins a choisi de rompre un contrat de deux ans pour rejoindre Yamaha, expliquant s'être senti rejeté par la marque, laquelle ne vit pas franchement sa période la plus favorable actuellement.

La principale frustration du Catalan vient du fait que Honda ne l'a pas suffisamment utilisé dans le développement, alors qu'il est bien compris par tous qu'il faut multiplier les efforts pour faire progresser la RC213V. Son coéquipier, Takaaki Nakagami comprend son mécontentement, mais fait remarquer qu'avec les nombreuses absences des pilotes de l'équipe d'usine pour blessure, le #42 manquait encore d'expérience avec cette moto pour que les tests puissent s'appuyer sur lui.

"Je comprends que tous les constructeurs ne regardent pas seulement leur équipe d'usine, bien sûr, mais Honda semble se concentrer un peu plus sur elle", explique Takaaki Nakagami dans une interview accordée à Motorsport.com pendant le Grand Prix de Grande-Bretagne, lorsque nous l'interrogeons sur cette campagne difficile du HRC. "Ensuite, si tout se passe bien, la prochaine étape est de fournir [les pièces] à l'équipe satellite. Mais, Marc n'était pas en bonne condition et Joan a eu trop de chutes, il s'est blessé et a manqué de nombreuses courses pour sa première année chez Honda."

"Il n'a aucune expérience de la Honda", poursuit le Japonais au sujet d'Álex Rins. "Alors, malheureusement, ils ont changé de stratégie. Si tous les pilotes étaient à 100% et qu'il y avait moins de chutes, il serait facile de fournir plus [de pièces] et de recueillir des données. Mais depuis 2022, ça n'a pas été le cas. Alors, c'est un peu... Il leur manque une [direction] de développement, ils ne connaissent pas la priorité de l'équipe ou des pilotes. C'est vraiment difficile à comprendre."

LIRE AUSSI - Álex Márquez pas étonné que Rins quitte Honda si vite

Dans ce contexte, Honda s'est tourné vers Nakagami afin de poursuivre malgré tout son développement. À Silverstone, le HRC a homologué un nouveau carénage pour le pilote japonais pour qu'il commence à recueillir des données avec cette pièce. Son expérience avec la marque, qui remonte à 2018, sera précieuse en ce sens. Mais le fait est également que Nakagami a été celui qui a le mieux compris les limites de cette moto cette année.

À l'instar de Rins, Nakagami n'a subi que cinq chutes dans le cadre des Grands Prix, contre 13 pour Mir et 15 pour Márquez. Ses trois acolytes se sont tous blessés, subissant des fractures qui ont entraîné des forfaits. Le Japonais, lui, a pris le départ de toutes les courses et il en a vu le drapeau à damier quasiment à chaque fois, à une seule exception le samedi et une seule le dimanche.

Nakagami was given a new Honda fairing at the British GP, showing its trust in a rider who's been in its ranks since 2018

Honda a confié un nouveau carénage à Takaaki Nakagami à Silverstone, signe de la confiance accordée au Japonais, qui pilote pour la marque depuis 2018.

Certes, les résultats n'ont pas été flamboyants, le meilleur classement obtenu par le pilote LCR étant sa huitième place au GP des Pays-Bas, première épreuve cette année où il a dit s'être vraiment "senti dans la course". Mais le simple fait de ne jamais manquer à l'appel et d'atteindre aussi souvent l'arrivée est perçu comme une grande réussite pour un pilote Honda, ce qui en dit long sur la position douloureuse d'un constructeur qui était, il y a encore peu de temps, l'un des géants du MotoGP.

"Le pire moment, ça a été au Sachsenring : j'étais le seul pilote Honda sur la grille", se souvient Nakagami. "Je n'avais donc pas le droit à l'erreur, sinon il n'y aurait pas eu du tout de Honda sur la piste. À ce moment-là, j'ai essayé de prendre du recul et de ne pas penser seulement à moi, mais aussi à mon équipe, à Honda, pour au moins terminer la course, sans quoi ça aurait été un grand désastre."

"Sinon, je ne pense pas à la chute, je pense plutôt au fait de réaliser la meilleure performance possible. En six ans en MotoGP avec la Honda, la situation est malheureusement devenue de plus en plus difficile. Mais je dois comprendre quand attaquer et quand donner la priorité au fait de finir la course pour recueillir des données. Je commence donc à comprendre comment gérer cette situation. Cela m'aide à limiter les chutes par rapport aux autres."

À bien des égards, l'approche de Nakagami est l'exemple à suivre. Lors du GP de Grande-Bretagne, Márquez a fait son retour de vacances dans un état d'esprit différent, souhaitant ignorer les résultats pour se focaliser davantage sur les données à recueillir. Sa méthode traditionnelle, qui consiste à tirer le maximum de la moto en toute circonstance − ce qui lui a permis de remporter six titres en MotoGP − ne vaut pas la douleur physique et l'angoisse mentale que cela peut entraîner. C'est triste à voir, mais il n'y a que comme ça que Honda pourra rebondir.

Je ne veux pas partir comme ça, je veux montrer mes vraies performances. Mais la moto doit être compétitive car tous les constructeurs s'améliorent.

Takaaki Nakagami

Le week-end de Silverstone n'a rapporté aucun point à Honda, une première cette année parmi les cinq constructeurs de la catégorie. Les évaluations menées par Nakagami n'ont rien apporté : le nouveau package aéro qu'il a essayé ne suffira pas à sortir le groupe du pétrin, selon lui. Mais chaque petite aide est précieuse, et le Japonais pense que Honda pourrait commencer à explorer des changements plus importants entre le sprint et le Grand Prix.

"[Quand on n'est pas compétitif] pendant deux courses de suite, il est très difficile d'être très motivé pour le dimanche, car le samedi on est déjà en dehors du top 10", explique-t-il. "On pousse comme des fous, mais le résultat ne vient pas. Le lendemain, le dimanche, on a une autre course, et c'était vraiment difficile pour moi... Qu'est-ce que je peux faire ? Simplement rester sur la moto et voir le drapeau à damier."

"Ça n'a pas de sens, ni moi ni l'équipe n'en sommes heureux. Mais malheureusement, la situation est celle-ci. J'essaie donc d'être fort et de ne pas seulement regarder ma position, mais de regarder comment on peut progresser. Bien sûr, on fait parfois des changements entre le sprint et le dimanche. Normalement, on ne peut pas prendre de risque après la course sprint du samedi, mais nous devrions le faire, sans quoi il n'y a aucun gain."

Despite this huge crash in Germany, Nakagami has generally stayed upright, with only one DNF each in sprint and grand prix contests this season

Malgré une grosse chute en Allemagne, Takaaki Nakagami n'a pas manqué une course cette saison et n'a abandonné que deux fois, une fois en sprint et une fois le dimanche.

Au début de cette saison, Takaaki Nakagami savait qu'il faisait partie des pilotes ayant besoin de réussir leur année. Son côté du stand LCR est spécialement prévu pour aligner un pilote japonais. Or, si aucun remplaçant potentiel n'avait émergé jusqu'à l'année dernière, ce n'est que la décision d'Ai Ogura de rester en Moto2 en 2023 qui a finalement sauvé la place de Nakagami pour cette saison, tout en laissant l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Depuis, deux éléments ont permis de renforcer la position de Nakagami pour 2024. D'abord, une blessure en début d'année a contraint Ogura à manquer deux Grands Prix, après quoi il n'a décroché qu'un seul podium alors qu'il en comptait cinq − dont une victoire − au même stade en 2022. D'autre part, Honda a clairement besoin d'expérience pour développer sa moto, et faire débuter un rookie dans un contexte qui a déjà fait fuir Rins et fait envisager à Mir de tout arrêter semblerait contre-productif.

LIRE AUSSI - Comment Daijiro Kato a alimenté le rêve de MotoGP de Nakagami

Nakagami refuse de se demander s'il mérite ou non une année supplémentaire avec Honda, ou même si le HRC lui doit quelque chose pour le travail qu'il a accompli en 2023. "J'ai fait de mon mieux, même dans les situations difficiles. Je pense que j'ai fait quelques [bonnes] courses pour Honda, même si, bien sûr, le résultat n'était peut-être pas le meilleur", observe-t-il.

"C'est vraiment difficile à comprendre, mais on verra ce qu'ils pensent et, si j'ai l'opportunité de rester dans la même équipe, je serai bien sûr plus qu'heureux. Je ne veux pas partir comme ça, je veux montrer mes vraies performances. Mais la moto doit être compétitive car tous les constructeurs s'améliorent."

Takaaki Nakagami est un homme d'honneur et cette réponse montre qu'il retient peut-être ce qu'il aimerait vraiment dire. Mais il peut garder la tête haute. Bien qu'il ait, il est vrai, toujours manqué les résultats de premier plan en MotoGP, il a fait beaucoup pour Honda en 2023 et, pour la première fois peut-être depuis longtemps, il a vraiment mérité d'obtenir un nouveau contrat.

The Japanese rider looks likely for a seventh MotoGP season in LCR Honda colours for 2024

Sur la sellette il y a un an, Takaaki Nakagami mériterait de voir son contrat prolongé par Honda pour la saison 2024.

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Oliveira opposé à des concessions n'aidant que les marques japonaises
Article suivant Départ, motricité, pluie... Aprilia a réussi ses devoirs de vacances

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse