Le test de Honda à Jerez perturbé par le froid

Honda n'a pas pu tirer de conclusions pertinentes de son test privé réalisé sur le circuit de Jerez en raisons de températures particulièrement froides.

Stefan Bradl, Repsol Honda Team

La saison 2023 de MotoGP sera officiellement lancée le week-end prochain, lors du Shakedown qui se tiendra à Sepang avec les pilotes d'essai des différents constructeurs ainsi qu'Augusto Fernández, seul rookie de la grille cette année. Le Shakedown précédera d'une semaine le premier test de la saison, où l'intégralité du plateau sera présent.

Honda n'a pas attendu d'entrer sur la piste malaisienne pour préparer ces essais officiels et s'est offert un test privé sur le circuit de Jerez la semaine dernière, en parallèle du test organisé par le WorldSBK. L'occasion d'essayer les nouveaux éléments apportés à la RC213V, qui ne seront néanmoins pas une grande révolution afin de ne pas réitérer les erreurs commises l'an dernier.

"Vous ne verrez pas de l'extérieur que la moto est complètement différente, parce que ce n’est pas possible en si peu de temps", a déclaré Stefan Bradl, le pilote d'essai de la marque japonaise, au site allemand Speedweek. "Il faut être réaliste et s'assurer de ne plus se perdre. On essaye de résoudre un problème après l'autre et de rendre l'ensemble un peu meilleur, mais pas seulement dans un domaine. On doit assembler toutes les parties."

Et pour y parvenir, le constructeur a totalement restructuré son équipe en effectuant des changements de poste, qu'il espère bénéfique. Ainsi, Takeo Yokoyama va désormais s'occuper pleinement de la gestion des ingénieurs au Japon, et laisse la place de responsable technique à Ken Kawauchi. La nouvelle recrue en provenance directe de chez Suzuki apparaît comme l'élément clé de cette nouvelle saison. Il était par ailleurs présent à Jerez, afin de superviser l'équipe de test, désormais dirigée par Ramón Aurín, chef mécanicien de Pol Espargaró dans le team Repsol Honda l'an passé.

Lire aussi :

Les deux journées prévues n'ont néanmoins pas apporté de grandes réponses en raison d'une météo particulièrement froide, avec jamais plus de 12 degrés. Tout l'inverse des températures très chaudes et de l'humidité qui attendent Honda en Malaisie.

"Nous avons fait 100 tours mais ce n'est pas pertinent parce qu'on n'était pas vraiment rapides, les pneus ne fonctionnaient pas bien dans ces conditions. Il a fait plus froid pendant les deux jours qu'à Phillip Island en octobre alors qu'il faisait vraiment froid là-bas. Et il y a différents composés de pneus à Phillip Island. Là j'avais les mêmes composés que lors du Grand Prix, qui se passe en mai et durant lequel il fait 30 à 35 degrés", a souligné Bradl. "Le test a été limité par la météo. Tout s'est bien passé, mais les conditions n'étaient pas particulièrement bonnes jeudi, il y avait un vent très froid et c'était assez nuageux. Les pneus Michelin n'ont pas fonctionné de façon idéale par ce temps, c'était difficile."

Malgré les conditions ainsi qu'une petite chute pour le pilote allemand, le test a permis à la marque à l'aile dorée de peaufiner les derniers détails avant le plongeon dans le grand bain d'ici quelques jours. Des premiers tours de roue cruciaux et qui lui permettront de savoir si la direction prise tout au long de l'hiver a été la bonne. "Nous avons désormais pré-trié les pièces de test pour la Malaisie, mais les nouvelles doivent y être confirmées et clarifiées à nouveau", a ajouté l'Allemand.

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Le team manager Ducati préconise une approche stratégique des courses sprint
Article suivant Le team LCR annonce la date de sa présentation

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse