Offrir son 1er top 10 à KTM, une émotion unique pour Pol Espargaró

Le GP de République Tchèque est à marquer d'une pierre blanche pour KTM, qui a passé un cap dans sa saison.

Offrir son 1er top 10 à KTM, une émotion unique pour Pol Espargaró
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro porte une réplique du casque d'Angel Nieto
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Pour la première fois depuis l'engagement de la RC16 en course, Pol Espargaró a offert à KTM une arrivée dans le top 10, en ralliant l'arrivée du Grand Prix de République Tchèque en neuvième position. Le top 10, tel était l'objectif fixé par les dirigeants de la marque de Mattighofen, et le voici atteint alors que le championnat entame tout juste sa seconde moitié. De quoi procurer au pilote espagnol des sensations uniques.

"Je suis super content de la façon dont s'est déroulée la course", commentait-il à sa descente de la moto, dimanche à Brno. "Bien sûr, ça peut toujours être mieux et j'ai fait une énorme faute pendant la course – je suis passé sur le gravier et j'ai perdu plus ou moins cinq secondes dans ce tour. Compte tenu de cela et étant donné que j'ai dû dépasser cinq ou six pilotes pendant ma course, le fait d'avoir quand même pu finir en neuvième position – et on aurait pu être encore un peu plus haut – c'est génial. Je suis super fier du team, parce que c'est un travail d'équipe. Après Aragón [le test réalisé début juillet, ndlr], on a beaucoup amélioré la moto et on montre qu'on peut y arriver."

Pol Espargaró s'élançait dimanche de la 18e place, une déception pour lui compte tenu du fait qu'il était parti à la faute en Q1, samedi, alors qu'il était lancé dans un tour rapide qui, à mi-chemin, lui promettait de figurer au moins au troisième rang de cette séance – si ce n'est même d'accéder à la Q2. Qu'à cela ne tienne, il a compensé cette erreur par une stratégie parfaite en course, lui qui est rentré au stand dès le deuxième tour, comme Márquez. "Je pense que c'était le bon moment, la piste était un peu humide. C'était un peu dangereux", explique-t-il. "J'ai pensé que c'était la meilleure option et je continue de le penser après la course."

La meilleure option, certes, mais encore fallait-il dompter les conditions, pour le moins insidieuses. À son retour en piste, en pneus slicks, la piste était encore pour partie humide et les températures relativement basses, pourtant il a réussi à faire monter ses pneus en températures, évitant d'être piégé comme il l'avait été l'an dernier en Allemagne dans des conditions comparables. "Le fantôme du Sachsenring s'est présenté", sourit le pilote espagnol. "Je me souviens qu'au Sachsenring je n'avais pas une bonne température dans le pneu avant et j'étais tombé en essayant de forcer la prise d'angle. Aujourd'hui, je savais où était la limite parce que je l'avais déjà fait une fois. Je savais que j'avais la vitesse sur le sec. Je n'avais pas beaucoup de pilotes devant alors j'ai gardé mon calme et j'ai attendu que l'avant atteigne une bonne température avant d'attaquer."

Quinzième au terme du premier tour, puis descendu en fond de peloton après son pitstop, il a ensuite peu à peu grimpé dans la hiérarchie au gré des arrêts des autres pilotes. Au cinquième tour, il était de retour dans les points, puis à quatre tours de l'arrivée il faisait son entrée dans le top 10. Et pourtant, cette remontée a été entachée par une sortie de piste, alors qu'il tentait de rattraper Jack Miller. "C'est de ma faute et je m'en excuse auprès de l'équipe, parce que j'ai perdu beaucoup de temps à ce moment-là et on aurait pu finir peut-être septième", estime le pilote.

Pol Espargaró reste très heureux de ce résultat, en dépit du fait qu'il a conscience de ce qui aurait pu être encore meilleur. "L'ensemble du week-end aurait pu être meilleur, mais c'est la première fois qu'on voit qu'on peut aller directement en Q2 en attaquant sur le sec, en conditions normales. C'est la raison pour laquelle j'ai peut-être été un peu nerveux, j'ai attaqué un peu trop et je suis tombé. Et en course, j'ai vu que je pouvais faire ce top 10 pour la première fois, pour le team, et j'ai aussi sur-attaqué. Il faut qu'on s'habitue à ces conditions et à ces sensations, pour qu'il soit naturel de se battre pour le top 10. Il faut qu'on travaille encore plus fort et qu'on soit plus souvent dans ces conditions pour ne pas commettre ces erreurs."

Une motivation décuplée avant le GP maison

Ce premier top 10 marque un cap majeur dans la progression de KTM, une récompense pour le travail massif abattu afin de mettre sur pied ce programme. Pol Espargaró en a conscience et sait remettre ce résultat en perspective, malgré une carrière qui lui a déjà apporté bien plus dans d'autres circonstances.

"Bien sûr, la sensation de devenir Champion du monde est unique, c'est génial, mais faire grandir ce constructeur, avec cette moto et ces gars qui ont faim de titres, de victoires et de points, c’est incroyable. Je n'ai jamais eu ces sensations de ma vie. Je suis au 'sommet' d'un constructeur, avec beaucoup de personnes qui poussent derrière. C'est une grande pression, mais aussi une énorme motivation. Et quand on obtient un bon résultat comme celui d'aujourd'hui, c'est incroyable. Je ne peux pas vraiment expliquer ce que ça fait parce que c'est quelque chose de très différent, que je n'ai jamais ressenti cela auparavant. C'est vraiment bien."

"Tout le monde est très heureux et super motivé", assure le pilote espagnol, prêt désormais à enchaîner avec la course maison de KTM, celle du Red Bull Ring. "On se rend maintenant sur une piste qui est censée ne pas être mauvaise pour nous et, avec l'énergie qu'on a récoltée sur cette course, on peut s'attendre à quelque chose de sympa en Autriche. Mais si, pour une raison quelconque, on n'est pas aussi bon qu'ici en Autriche, on continuera à travailler comme on l'a fait."

partages
commentaires
Lorenzo : "Peut-être la journée la plus importante de l’année"

Article précédent

Lorenzo : "Peut-être la journée la plus importante de l’année"

Article suivant

GP de République Tchèque : les performances des équipes à la loupe

GP de République Tchèque : les performances des équipes à la loupe
Charger les commentaires