Une seule stratégie pour Rossi à Brno, "attaquer au maximum"

Le paddock de Brno a doucement pris vie ce jeudi, alors que les visages des uns et des autres étaient encore marqués par le décalage horaire quatre jours à peine après avoir quitté le Brickyard d'Indianapolis. "C'est un peu compliqué... Il va falloir que j'essaye de me réveiller avec suffisamment d'énergie demain matin!" souriait cet après-midi Valentino Rossi qui, malgré la fatigue, n'a pas tardé à retrouver son oeil perçant lorsqu'il s'est agi d'évoquer la compétition qui l'attend pour les trois jours à venir.

"Je suis prêt pour demain," assure-t-il. "La bagarre s'annonce très dure, comme toujours : Jorge et Marc sont très rapides et Pedrosa très difficile à battre sur cette piste. Le tracé de Brno est l'un des meilleurs, je le préfère nettement à celui d'Indy par exemple. C'est un Grand Prix qui a une grande histoire, avec toujours beaucoup de monde."

Un Grand Prix historique, que Rossi dispute pour la vingtième fois cette année et sur lequel il a signé sa première victoire en 1996... Mais aussi une épreuve qui lui a valu bon nombre de déconvenues depuis son dernier succès sur place en 2009. "J'ai toujours beaucoup aimé cette piste, mais récemment mes résultats n'ont pas été aussi bons qu'au début. De nouveaux adversaires sont arrivés, comme Jorge, Dani ou Marc, des pilotes capables de se montrer très rapides, et ces dernières années j'ai eu plus de mal à faire de bons résultats," reconnaît-il.

"C'est devenu un peu plus difficile ces dernières années, parce le grip offert par la piste n'est pas fantastique. Il faut un pilotage parfait pour trouver un bon rythme et signer de bons temps," tente d'expliquer Valentino Rossi. "J'aime cette piste mais ce n'est pas celle sur laquelle je me sens le mieux. Mon style de pilotage ne lui correspond pas parfaitement. Pour autant, quand on est là, on doit essayer d'être fort partout. L'année dernière, la fin de course n'avait pas été si mauvaise, alors on va essayer de faire encore mieux." Mieux que troisième? Cela laisse peu d'options.

C'est à partir de vendredi que la course se gagne

S'il a remporté trois manches à ce stade de la saison, Valentino Rossi est également apparu en difficulté sur certaines autres épreuves et, à chaque fois, il a regretté d'avoir manqué le coche lors des essais libres. Ce fut encore le cas le week-end dernier à Indianapolis et c'est précisément ce qu'il veut éviter de vivre cette semaine en République Tchèque.

"À Indy on a pris un peu de retard parce qu'on n'est pas partis avec une très bonne base de réglages pour le vendredi. Ici il sera donc important de faire mieux dès les premiers essais. Et puis, à Indy, j'ai trop souffert en qualifications : on doit travailler là-dessus, parce que les Q2 restent ma plus grosse difficulté. Il faut qu'on commence le week-end plus haut dans le classement. On se bat contre Jorge ou Marc et ils sont rapides dès le premier virage, alors si on perd ne serait-ce qu'un peu de temps au début, il est difficile à rattraper."

Une approche volontaire qui vaut sur les Grands Prix comme sur l'ensemble du Championnat, car ce que vise Valentino Rossi ce ne sont pas les victoires du dimanche, c'est bien entendu le trophée suprême qu'il aimerait ajouter à sa collection. "La route est encore longue," estime-t-il malgré le statut de leader qu'il maintient depuis le premier Grand Prix. "On a passé le cap de la mi-saison, mais il reste encore huit courses, alors il est trop tôt. Il faut simplement attaquer au maximum, sans faire de fautes. Ceci dit, les victoires seront très importantes, c'est là que l'on gagne le plus de points." Le message est bien passé!

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de République Tchèque
Circuit Brno
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Preview
Tags brno, motogp, valentino rossi, yamaha