Rossi reste animé par l'adrénaline : "J'aime cette sensation"

Valentino Rossi est surpris que certains observateurs ne comprennent pas pourquoi il reste en MotoGP. Vingt ans après son premier titre, l'Italien assure ressentir le même plaisir.

Rossi reste animé par l'adrénaline : "J'aime cette sensation"

À 42 ans, Valentino Rossi dispute sa 26e saison en Championnat du monde, sa 22e dans la catégorie principale. De nombreux pilotes qui ont débuté après lui ont déjà pris leur retraite et plus de dix ans le séparent du second le plus âgé de la grille, Aleix Espargaró. La différence de génération est telle que huit pilotes actuellement en MotoGP n'étaient pas nés quand Rossi a fait ses débuts en 125cc !

Contraint de quitter l'équipe Yamaha officielle pour faire place à Fabio Quartararo, le septuple champion de la catégorie reine a décidé de poursuivre l'aventure en rejoignant le team Petronas cette année. La volonté de Rossi de poursuivre sa carrière en a surpris plus d'un mais après un début de saison difficile, avec une 12e place comme meilleur résultat en course, il assure que sa motivation et son plaisir restent intacts.

"Mon raisonnement est très simple et je suis surpris que certaines personnes ne le comprennent pas, peut-être que je pense différemment", a expliqué l'Italien à la Gazzetta dello Sport. "J'aime ce que je ressens, les sensations, l'adrénaline que procurent la victoire, monter sur le podium ou simplement une bonne course. Je me sens bien pendant quelques jours."

"J'aime cette sensation. Je sais très bien qu'elle finira par disparaître, malheureusement c'est le cas pour tout le monde, mais je ferai tout pour qu'elle reste aussi longtemps que possible. Et c'est la seule raison pour laquelle je roule encore."

Lire aussi :

L'an dernier, la série documentaire The Last Dance, a raconté la dernière saison de Michael Jordan avec les Chicago Bulls. La légende de la NBA a mis fin à sa carrière alors qu'il était au sommet, avant de faire son retour. Rossi n'a jamais été séduit par l'idée d'une retraite à la suite d'un titre : "On peut toujours dire de jolies choses mais je pense que ce que l'on perd en arrêtant ce que l'on aime le plus l'emporte sur ce qu'on gagne en partant quand on est au sommet."

"Et quoi qu'il en soit, on ne sait jamais quand c'est véritablement terminé : en 2013, quand je suis revenu chez Yamaha, j'étais déjà fini pour tout le monde. Mais s'ils ne m'avaient pas volé le Championnat du monde, j'en aurait remporté un autre en 2015, ça aurait été le dixième et j'aurais allongé ma période de succès de six années supplémentaires."

"Donc je ne vois pas les choses comme Jordan, même si je le considère comme une légende. Je ne veux évidemment pas finir 12e et 16e [ses résultats dans les deux courses au Qatar]. Et si j'avais voulu partir au sommet, je l'aurais fait il y a quelques années. Mais croyez-moi, je veux essayer [de gagner]."

La série documentaire de Netflix sur Michael Jordan a cependant donné envie à Valentino Rossi d'avoir un programme similaire autour de sa carrière : "J'adorerais le faire et je le ferai probablement, mon histoire est magnifique, il y a beaucoup de choses à dire. On a des images, même privées, que personne n'a jamais vu donc dans quelques années, quand j'arrêterai, j'aimerais faire un livre mais surtout une série comme The Last Dance, parce que je pense que ce serait vraiment cool."

Le palmarès et l'expérience de Valentino Rossi en font l'une des plus grandes légendes de l'Histoire de la moto et lorsqu'il lui est demandé s'il a inspiré la génération actuelle, le #46 ne se cache pas derrière une fausse modestie. "J'ai été le premier pilote moderne en MotoGP, j'ai été le premier à faire énormément de choses, ce qui est devenu un modèle pour de nombreux pilotes maintenant. J'ai commencé très jeune, j'étais déjà en 500 à 20 ans et par la suite, tout le monde a suivi mon chemin. Il y a certaines choses que j'ai faites que tout le monde a observé."

Lire aussi :

Rossi a du mal à désigner le plus beau moment de sa carrière. Il reste heureux d'avoir permis à Yamaha de retrouver la victoire ou d'avoir su relancer sa carrière à la fin des années 2000 mais son titre en 2001 sort du lot "parce que c'était le dernier Championnat du monde de 500cc et la dernière chance d'y être titré, une magnifique lutte à mort avec Biaggi", a-t-il résumé. "Puis 2004, la victoire pour mes débuts avec Yamaha à Welcom. C'est le plus beau sportivement. Et 2008, beaucoup de gens pensaient déjà que j'étais fini, vieux, mais quand je suis passé sur les Bridgestone, j'ai battu Stoner."

Et s'il y a un moment qu'il aimerait changer, Rossi désigne la dernière course de la saison 2006. Arrivé à Valence en tête du championnat, un mauvais départ puis une chute avaient donné le titre à Nicky Hayden. "J'ai gâché un Championnat du monde que j'aurais pu gagner et j'en aurais eu dix quoi qu'il advienne, même avec le vol de 2015", a pesté Rossi, qui n'a toujours pas digéré la pénalité reçue pour avoir fait tomber Marc Márquez à Sepang il y a près de six ans.

partages
commentaires

Related video

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Article précédent

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Article suivant

Panneaux lumineux : Aleix Espargaró veut aussi des pilotes responsables

Panneaux lumineux : Aleix Espargaró veut aussi des pilotes responsables
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Petronas SRT
Auteur Matteo Nugnes