Rossi 21e : "Le classement est plutôt conforme à la vérité"

Avant-dernier après la journée d'ouverture du Grand Prix d'Italie, Valentino Rossi ne se cache pas derrière son petit doigt. Ce ne sont pas ses sorties de piste qui expliquent un si faible classement, mais bien ses difficultés actuelles.

Rossi 21e : "Le classement est plutôt conforme à la vérité"

Sur une piste du Mugello qui a si longtemps été son jardin, Valentino Rossi apparaît en avant-dernière position après les premiers essais libres. Sa dernière visite sur place, il y a deux ans, lui avait déjà laissé un sentiment d'amertume, un week-end difficile s'étant conclu dans le gravier, mais le pilote italien semble surtout poursuivre actuellement un championnat mal lancé.

"Ça a été une journée difficile pour moi, surtout cet après-midi", explique-t-il. "On est parti avec les pneus durs et ça n'était pas le bon choix, car je n'avais pas assez de grip. À la fin, j'ai fait deux ou trois tours avec le tendre à l'arrière et j'ai amélioré mon temps, mais ma position est restée mauvaise. Je n'ai pas de très bonnes sensations avec la moto car je suis en difficulté au freinage, pour stopper la moto, et je suis lent dans les changements de direction. C'est très important ici, alors il faut qu'on travaille. Il faut qu'on essaye d'améliorer la vitesse que j'ai eue aujourd'hui."

Lire aussi :

S'il n'est pas surpris d'avoir souffert avec une monte pneumatique hard-hard en début de séance, Rossi a également été vu en délicatesse une fois qu'il a chaussé des gommes plus tendres pour s'attaquer au chrono, et notamment dans le fameux virage de San Donato, qui suit la longue ligne droite, où il est sorti en début comme en fin de séance. Il estime toutefois qu'il n'aurait pas pu se montrer à une place beaucoup plus honorable sans cette erreur.

"Avec le soft à la fin, j'ai fait une erreur parce que j'ai tiré tout droit à San Donato dans mon deuxième tour. À mon avis, j'aurais pu faire un petit peu mieux, mais pas tant que ça. Ce qui apparait sur le classement est plutôt conforme à la vérité. J'aurais pu être un petit peu plus rapide, mais il n'y aurait pas eu tellement de différence", juge-t-il.

 

"Ici, le freinage dans le virage 1 est toujours critique. Mais j'ai du mal à stopper la moto, surtout dans la première partie du freinage. Je suis en difficulté, donc il faut qu'on travaille sur l'équilibre de la moto et aussi sur le frein moteur", décrit Rossi. "Je ne suis pas assez rapide dans les changements de direction, alors c'est là qu'il faut qu'on progresse. Il faut qu'on travaille encore un peu sur l'électronique parce qu'on n'est pas encore au point. Il y a un peu de travail à faire."

Les récents tests menés après le Grand Prix d'Espagne avaient permis à Valentino Rossi de trouver des solutions prometteuses. Il peine toutefois à les appliquer en piste sur un circuit aussi différent. "On a fait des tests le lundi à Jerez et ça s'était mieux passé. On avait confirmé ces sensations au Mans, j'avais été plus rapide pendant les séances, j'étais plus proche de ceux de devant et plus haut au classement. Ici, on est reparti avec une moto exactement identique – en tout cas, il n'y a pas grand-chose de changé – mais de toute évidence il faut quelque chose de différent. Le Mugello est toujours une piste un peu particulière."

partages
commentaires

Related video

Viñales ne s'inquiète pas de sa régression en EL2
Article précédent

Viñales ne s'inquiète pas de sa régression en EL2

Article suivant

Marc Márquez se sent "coincé" dans sa convalescence

Marc Márquez se sent "coincé" dans sa convalescence
Charger les commentaires