Valentino Rossi "un peu cuit" mais "très fier" de sa performance

Le pilote italien s'est joué de sa jambe fracturée et a réalisé un retour tonitruant, à peine trois semaines après son accident.

Le retour de Valentino Rossi à la compétition a étonné le petit monde du MotoGP, et jusqu'au médecin du championnat qui s'est dit "perplexe" face à la récupération excessivement rapide du pilote entre son accident et son arrivée en Aragón trois semaines plus tard. Celui-ci n'a aucunement mis en doute les faits rapportés par Rossi et son entourage, mais d'autres ont été très loin dans la remise en question de la véracité de la blessure. Au point même de donner lieu à une scène surréaliste, celle d'un Rossi se sentant obligé de montrer ses stigmates en plein point presse, face à des regards et objectifs avides – et certains peut-être même un peu déçus de constater que, oui, il s'était bel et bien cassé la jambe.

Le sourire toujours plaqué sur les lèvres, le pilote italien n'a laissé paraître aucune amertume face aux débats qui ont pu animer les rangs de ses haters, préférant se concentrer sur sa cible : tenter de boucler les 23 tours de course et de rallier l'arrivée. Dimanche après-midi, c'était chose faite, et avec une cinquième place à la clé, un résultat dont il admettait être surpris.

"Je suis très fier, je suis très heureux, parce qu'il y a une semaine je ne savais pas si j'allais réussir à courir", déclarait Valentino Rossi au terme de ces trois jours de Grand Prix. "C'était un bon week-end, parce que je me suis toujours senti plutôt bien sur la moto, bien sûr avec des douleurs, en n'étant pas à 100%, mais j'ai en tout cas pu bien piloter."

"Partir de la première ligne était déjà génial, j'étais déjà très heureux. Je savais que ce serait plus difficile en course, mais c'était en tout cas une super course", s'est réjoui le pilote, qui s'est efforcé de gérer au mieux le contre-coup de l'effort produit durant tout le week-end, admettant avoir "subi un peu le stress" des qualifications dimanche, jour de la course. "J'ai souffert de la jambe, j'étais un peu cuit, c'est normal", avouait-il à l'arrivée.

Si ce retour, au bout de trois semaines, semblait au départ être un pari risqué et pas certain d'aboutir, Rossi se félicitait finalement d'avoir pris la bonne décision, son souhait étant avant tout de préparer au mieux les trois courses qui seront disputées en Asie et en Australie au mois d'octobre et qui nécessiteront d'être affûté.

"On a fait le bon choix, peut-être aussi en prenant quelques risques, parce que je ne voulais pas perdre une course de plus. Plus vous perdez de temps, plus vous avez besoin de temps pour retrouver votre niveau", expliquait-il, lui qui usait pendant le week-end d'une métaphore toute trouvée pour décrire cette volonté d'accélérer sa guérison : "C'est comme un chrono : quand on est en avance au T1, on essaye de pousser plus dans le T2 et on tente de faire un chrono plus rapide."

"Maintenant le travail continue, parce que j'ai deux semaines qui seront très importantes pour ma jambe. Je veux essayer de travailler pour arriver à Motegi plutôt en forme. Bien sûr pas au maximum mais je pense que je peux arriver en bonne condition. On aura trois courses consécutives et ce sera un gros stress pour mon corps, pour ma jambe, alors je dois essayer d'arriver à un bon niveau", a prévenu l'Italien, annonçant vouloir "essayer de [se] battre pour monter sur le podium".

Le nonuple Champion du monde a-t-il appris quelque chose à titre personnel après ces quelques semaines d'invalidité et l'exploit réalisé en Aragón ? "J'ai encore très envie de courir, c'est certain, et c'est très important", répondait-il dimanche à cette question.

"Je pense qu'il était important d'essayer de venir ici, mais j'ai tout pris très calmement, je ne me suis pas vraiment mis de limite [en disant] 'Je veux aller en Aragón'. J'ai pris ma décision mercredi calmement, et c'était le bon choix même si naturellement c'était un peu risqué. En ce qui concerne mon ADN, je suis content parce que mon corps a bien réagi et j'ai réussi à récupérer en peu de temps", souriait le vétéran du plateau, inébranlable.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Sous-évènement Course
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités