Valentino Rossi, maître et gourou de Pecco Bagnaia avant sa victoire

Modèle pour les jeunes pilotes de son Academy, Valentino Rossi s'est aussi transformé en une sorte de gourou lorsqu'il a poussé Pecco Bagnaia sur la bonne voie avant sa course.

Valentino Rossi, maître et gourou de Pecco Bagnaia avant sa victoire

Avec le premier succès de Pecco Bagnaia en MotoGP, c'est le palmarès de la VR46 Riders Academy qui s'enrichit un peu plus encore. Après avoir déjà été le deuxième élève du groupe à remporter un titre mondial puis à rejoindre la catégorie reine, le pilote Ducati continue de suivre les traces de Franco Morbidelli, victorieux dans la catégorie reine la saison dernière.

Cette victoire, il l'a touchée du doigt à maintes reprises depuis l'an passé. Entre pépins techniques, soucis de pneus et erreurs personnelles, Bagnaia a attendu, encore et encore. Samedi soir, dans le paddock du MotorLand Aragón, Valentino Rossi ne s'y était toutefois pas trompé : le moment était venu. Son élève venait de décrocher une pole position record et il avait affiché un potentiel incontestable. Il lui restait à faire les bons choix, et son mentor s'est efforcé de le pousser sur la bonne voie.

"Je pense qu'il le mérite parce qu'il a été très rapide toute l'année et il a piloté la Ducati de façon fantastique. Et je pense que c'était le moment", explique Rossi. "[Samedi], je lui ai dit : 'C'est le moment, c'est le moment de gagner'. Il est toujours très rapide, mais parfois il n'a pas de chance avec les pneus. Cette fois, c'était son jour. [Samedi] j'ai essayé de l'hypnotiser, de lui dire 'hard soft hard soft hard soft hard soft hard soft', parce que parfois Pecco prend des décisions étranges avec les pneus. [Dimanche] matin, je l'ai vu et je le lui ai redit."

"J'ai beaucoup insisté pour les pneus", poursuit le vétéran auprès du site officiel du MotoGP. "[Samedi] je lui ai dit : 'À mon avis, demain il faut que tu partes premier, que tu restes devant toute la course et à la fin, tu gagnes. C'est mon idée en termes de stratégie, mais pour faire cela, tu dois prendre les pneus hard-soft'. J'ai essayé de l'hypnotiser ! Et au final, c'était le bon choix."

Lire aussi :

"Quand il m'a dit ça, j'étais beaucoup plus nerveux, parce qu'il ne me l'avait jamais dit", fait savoir Bagnaia. "Je me disais que mon rythme était bon, qu'on avait bien travaillé et qu'on pouvait gagner. Je pensais que Marc avait le meilleur rythme mais que le nôtre était suffisamment bon pour rester avec lui. Je veux prendre Vale dans mes bras et j'aimerais le remercier de m'avoir dit ça !"

Une victoire avec l'art et la manière

Idéalement parti de la pole position, Bagnaia a bouclé chacun des 23 tours en tête, et surtout il a su résister à la pression constante d'un Marc Márquez pourtant sur son terrain. L'Espagnol attendait le bon moment pour l'attaquer, mais ses multiples tentatives dans les derniers tours n'ont finalement pas fait trembler le pilote Ducati, qui a su répliquer à chaque manœuvre et finalement pousser le #93 à la faute.

"Je suis vraiment très heureux pour Pecco", commente Rossi, "tout d'abord à titre personnel parce que je suis un de ses grands amis et on passe beaucoup de temps ensemble pendant la semaine à la maison. Je le félicite, car la première victoire en MotoGP, c'est un moment qu'un pilote moto n'oublie jamais, et une victoire comme celle-ci, avec une bataille jusqu'au dernier tour, c'est vraiment génial."

"Dès vendredi matin, il a piloté la moto d'une manière fantastique. À Silverstone aussi, il était très rapide. C'est le moment, c'est le moment de gagner et je suis très, très heureux pour lui", souligne le Docteur, qui a apprécié de voir son élève triompher avec l'art et la manière. "La course de Pecco vaut un 20/20. Il n'aurait rien pu faire de plus : pole position, tous les tours en tête et victoire finale en s'étant battu le couteau entre les dents jusque dans le dernier tour."

"Je suis aussi très fier du travail de l'Academy. On a pris Pecco en Moto3 et on l'a aidé à atteindre ce niveau", poursuit Valentino Rossi en saluant le travail quotidien mené par ses associés à la direction de ce groupe, mais surtout l'investissement des jeunes pilotes encadrés. "Naturellement, le mérite leur revient, car leur destin est entre leurs mains, mais nous sommes fiers de les avoir aidés à atteindre ce niveau."

"À la fin de l'année j'arrêterai, mais à mon avis Pecco et Franco sont deux top pilotes du MotoGP, deux des pilotes les plus forts de la grille, et c'est magnifique parce que l'année prochaine, l'un aura la Ducati officielle et l'autre la Yamaha officielle, ils seront donc dans des top teams. C'est bien, je suis content, et j'adorerai les suivre et les encourager."

partages
commentaires

Related video

Espargaró confirme et lorgne sur la 6e place du championnat
Article précédent

Espargaró confirme et lorgne sur la 6e place du championnat

Article suivant

Jorge Martín a ressenti "un arm-pump de la jambe" !

Jorge Martín a ressenti "un arm-pump de la jambe" !
Charger les commentaires