Rossi signe sa plus faible qualification : "On a de gros problèmes"

Au plus bas après les qualifications du Grand Prix de Doha, Valentino Rossi admet de gros problèmes, tant sur le tour lancé que sur le rythme.

Rossi signe sa plus faible qualification : "On a de gros problèmes"

Jamais on n'avait vu Valentino Rossi boucler des qualifications avec un si faible résultat, le 21e temps sur les 22 pilotes engagés dans la séance. L'image est saisissante, aussi bien au regard du palmarès du nonuple Champion du monde que de la performance qu'il a produite il y a une semaine sur cette même piste. Alors quatrième en 1'53"114, il s'est heurté ce soir à un chrono de 1'54"881, à 0"950 du leader de la Q1, qu'il n'a bien entendu pas dépassée.

Pour ne rien arranger, le pilote Petronas s'inquiète également de son rythme, qu'il juge tout bonnement trop lent. De mauvais augure pour la course, car le défi qui s'annonce pour lui en devant se frayer un chemin dans le peloton pour, au minimum, envisager de finir dans les points, n'est absolument gagné d'avance au vu de ses performances actuelles.

Défait, Valentino Rossi a analysé à chaud ces piètres qualifications auprès des journalistes, sans langue de bois.

Lire aussi :

Que s'est-il passé aujourd'hui en qualifications ?

Ça a été très difficile aujourd'hui, car je n'ai jamais été fort. On a essayé d'améliorer mes sensations avec l'arrière de la moto, mais j'ai eu beaucoup de mal. J'ai un manque de grip à l'accélération, et je souffre aussi beaucoup au bout de quelques tours et mon rythme n'est pas bon. En qualifs, en pneus neufs, je n'ai jamais eu la sensation d'être assez rapide. La semaine dernière, j’avais été rapide en pneus neufs, mais là… On a bien sûr essayé de faire certaines choses pour améliorer la durée de vie [du pneu], mais malheureusement je ne suis pas assez rapide. Ce sera difficile, il va falloir que je parte derrière, il faut qu'on essaye de comprendre. Demain, il faut qu'on essaye quelque chose et on verra.

Qu'est-ce qui a changé à ce point par rapport à la semaine dernière ? Tu étais quatrième et tu avais un assez bon rythme.

Au moins, la semaine dernière j'étais rapide en qualifs. J'avais fait un bon tour, je crois qu'il était plus rapide de 1"7 par rapport à celui d'aujourd'hui, ce qui est énorme. On a tenté de changer un peu de choses sur la moto, que ce soit au niveau de l'électronique ou du set-up, pour essayer d'économiser le pneu, mais premièrement on n'a pas amélioré grand-chose et, deuxièmement, on a aussi beaucoup perdu en efficacité en qualifs. Ce qu'on espérait améliorer, on ne l'a pas obtenu.

C'est ta plus faible qualification en MotoGP. Qu'est-ce que ça te fait de voir les autres Yamaha performer ? Et comment envisages-tu de progresser ?

J'ai beaucoup de problèmes avec l'arrière. En EL3, avec le pneu dur, il y avait beaucoup de vent et de sable en piste, c'étaient des conditions très difficiles. Mon chrono était donc un peu plus lent, mais similaire à cet après-midi. Quand j'ai mis le soft [ce soir], pour une raison quelconque j'ai trop stressé l'arrière et je n'ai ensuite pas poussé. J'avais aussi beaucoup de vibrations, il semble que le pneu soit devenu trop chaud et je ne suis tout simplement pas assez rapide.

L'un des problèmes au Qatar est que le choix de pneus soft s'impose. Aurais-tu besoin de pneus plus durs ?

C'est toujours comme ça au Qatar, ces dernières années aussi. On essaye différentes combinaisons mais pour la course tout le monde est en soft-soft. Alors je ne sais pas, je ne pense pas... Les pneus sont les mêmes pour tout le monde, et si les autres sont capables d'utiliser ces pneus, il faut qu'on y arrive aussi. Je ne pense donc pas que ce soit une question de pneus.

Malgré cette position de départ difficile, quel résultat demain te permettrait de quitter le Qatar satisfait ?

Demain ce sera difficile, parce que je vais partir derrière, mais je suis surtout très en difficulté avec le rythme, qui n'est pas assez rapide. Il faut donc que j'essaye de rester avec le groupe de ceux qui me devancent. La semaine dernière, on formait une longue procession, et tout le monde est plus ou moins dans cette ligne, il n'y a pas de grosses différences dans le groupe. Je vais donc essayer de rester avec eux et on verra.

Ce ne sont que les deuxièmes qualifications de la saison, mais à quel point cela t'inquiète-t-il ?

Les choses changent d'une semaine à l'autre, même si on court sur la même piste. Il y a de nombreux facteurs. Mais naturellement on n'est pas contents, car notre objectif est d'essayer d'être compétitifs et d'être devant, mais on a de gros problèmes. Ça fait un moment que je souffre plus ou moins des mêmes problèmes, du manque de grip à l'arrière, alors ça n'est évidemment pas une situation facile. La semaine dernière c'était bien, j'avais été rapide en qualifs et il n'y a que six jours qui ont passé. Ceci dit, ensuite en course j'avais eu beaucoup de mal, donc il faut qu'on essaye de comprendre pourquoi.

Te sens-tu plus en colère ou frustré ?

Je ne sais pas. Avec mon équipe, on essaye de faire le nécessaire. Tout le monde s'investit à 100%, alors être en colère n'est pas très important, ça ne fait que perdre du temps. Mais il est clair que l'on n'est pas contents. On essaye de tout regarder. Je souffre à l'accélération. J'essaye aussi de changer certaines choses dans mon style de pilotage, mais en tout cas je ne suis pas rapide. On verra demain si on arrive à faire un peu mieux.

Pour terminer sur un sourire, Luca Marini a été très fort, au point de frôler la Q2…

Luca a été super fort. Il a été rapide ce soir, il a fait une bonne séance, et aussi de bons EL4. Il a beaucoup progressé par rapport à la semaine dernière et il a frôlé la Q2, alors il a très bien travaillé.

partages
commentaires
La grille de départ du GP de Doha MotoGP
Article précédent

La grille de départ du GP de Doha MotoGP

Article suivant

Quartararo affiche sa confiance malgré sa deuxième ligne

Quartararo affiche sa confiance malgré sa deuxième ligne
Charger les commentaires