Rossi a pris la piste, pour un premier test après sa blessure

Attendu en piste mardi, le pilote italien a pris tout le monde par surprise en réalisant ses premiers tours dès lundi, à peine 18 jours après son accident en enduro.

Valentino Rossi n'en pouvait plus d'attendre. Accidenté le 31 août et opéré dans la nuit suivante pour une fracture tibia-péroné, il a dû ronger son frein à la maison pendant que se déroulait non loin de là le Grand Prix de Saint-Marin, son épreuve à domicile. Mais alors que la manche suivante approche, il a à son tour arpenté le bitume de Misano dans le cadre d'un test privé visant à évaluer ses sensations au guidon.

Initialement attendu en piste pour mardi, le pilote Yamaha a avancé ce test afin de tenter de passer entre les gouttes, car la pluie annoncée pour demain pourrait compromettre ce roulage, essentiel afin de comprendre s'il peut ou non se rendre à Alcañiz pour le Grand Prix au programme en fin de semaine.

Dès ce lundi, donc, Rossi a bouclé quelques tours au guidon d'une Yamaha R1, avant que son roulage ne soit (déjà) interrompu par l'arrivée de la pluie. Il devrait tenter de reprendre la piste demain pour poursuivre cette évaluation très personnelle de ses conditions physiques.

Le test réalisé ce lundi a pris tout le monde de court, et jusqu'à Graziano Rossi, père du principal intéressé, qui ne savait pas que son nonuple Champion du monde de fils prenait la piste dès aujourd'hui. Il faut dire qu'à peine 18 jours ont passé depuis l'accident d'enduro qui l'a mis sur la touche, et ce alors que les médecins avaient initialement évoqué un repos forcé de 30 à 40 jours. Si l'on se souvient des événements de 2010, lorsque le Docteur a subi sa première fracture tibia-péroné, son arrêt avait alors été de 41 jours.

"Vale n'a parcouru que sept ou huit tours avant qu'il se mette à pleuvoir", a expliqué l'ancien pilote, joint par Motorsport.com. "Le test était programmé pour demain, mais les prévisions météo disent qu'il pleuvra si bien que le programme qui avait été défini pour mardi a été avancé à aujourd'hui."

Un premier test douloureux

Reste à voir désormais si ce test mènera le pilote jusqu'au GP d'Aragón, ou bien s'il le convaincra qu'il lui est plus sage de patienter encore un peu avant de reprendre le guidon de sa MotoGP. Pour l'heure, Michael van der Mark se tient prêt à le remplacer en fin de semaine sur le 14e round de la saison, mais chacun sait que si Valentino Rossi se sent prêt à assurer lui-même cette épreuve et si les médecins ne s'y opposent pas, le Néerlandais devra patienter encore un peu avant de disputer son premier Grand Prix MotoGP.

"On m'a dit qu'il a ressenti beaucoup de douleur à la jambe droite, mais qu'en si peu de tours il n'a pas compris s'il est en mesure ou non d'avancer son retour en MotoGP en Aragón", poursuit Graziano Rossi.

"L'idée est de revenir à Misano Adriatico demain, en espérant que la pluie laissera un moment de répit et que Valentino pourra reprendre la piste pour comprendre s'il est possible de prendre le risque d'aller en Aragón ou non."

Yamaha indique ce soir qu'une décision sera prise d'ici mercredi soir.

Propos recueillis par Franco Nugnes

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités