MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
15 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
29 jours

Viñales a Phillip Island dans le viseur depuis février

partages
commentaires
Viñales a Phillip Island dans le viseur depuis février
Par :
20 oct. 2016 à 15:45

Auteur de sa première victoire en Grande-Bretagne, Viñales arrive en Australie avec la même hargne qu'il affichait en abordant cette manche qui allait si bien tourner pour lui. Le signe d'un nouveau succès en perspective ?

Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Troisième place pour Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Podium : troisième place pour Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Podium : le troisième, Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP

Lorsque le MotoGP s'est rendu à Phillip Island, en février dernier, c'est Maverick Viñales qui a signé le meilleur temps de la séance d'essais collective qui y était menée, grâce à un chrono établi durant la deuxième des trois journées de test. Cette semaine, l'Espagnol a retrouvé la petite île avec un grand sourire et des ambitions élevées, lui qui ne cache pas son intention d'aller chercher une deuxième victoire avant la fin de la saison.

"Je l'ai marqué en rouge sur le calendrier", reconnaît Viñales, qui attendait cette date avec impatience depuis ces essais hivernaux l'ayant vu éclore et se mêler aux leaders du championnat. "Le test en Australie a marqué un tournant. En Malaisie (deux semaines plus tôt, ndlr), ça n'avait pas été très bon et c'est ici que l'on a pu se montrer rapide."

Vainqueur de ce Grand Prix en 2014, alors qu'il évoluait en Moto2, Maverick Viñales y a signé l'an dernier son meilleur résultat de la saison, une sixième place. "C'est un circuit sur lequel je m'amuse beaucoup. Plus que le fait d'être rapide, c'est surtout que je m'amuse beaucoup ici et c'est dans ces cas-là que vous donnez tout et que vous êtes vraiment rapide. C'est une piste qui fait ressortir le meilleur de moi-même", souligne-t-il.

Sachant qu'il évolue désormais à un niveau plus élevé que l'an dernier et qu'il a remporté en début septembre sa première victoire en catégorie reine, le pilote Suzuki reconnaît nourrir "beaucoup d'attentes" à son arrivée en Australie et avoir hâte de prendre la piste demain pour les premiers essais. C'est d'autant plus le cas qu'il arrive d'un Grand Prix du Japon très solide, qui l'a vu enregistrer son troisième podium de la saison et qui l'a conforté sur sa bonne forme avant ce rendez-vous très attendu.

De l'importance de doser les risques

Autre paramètre qui pourrait jouer en sa faveur : la fraîcheur, qui a maintes fois mis la Suzuki dans les conditions idéales pour se montrer performante. Quant à la pluie, attendue au minimum pour la journée de vendredi, elle convient désormais plus à la GSX-RR, qui a su progresser sur ses points faibles tout au long de la saison. "L'équipe n'a pas beaucoup d'expérience avec l'eau, on n'a eu que peu de courses [dans ces conditions], mais après Silverstone je me sens mieux sur le mouillé," assure le pilote.

"Ce sera la même chose pour tout le monde, alors il faudra prendre la piste et tout donner même si c'est mouillé", prévient le jeune Espagnol. "Il reste trois courses avant de terminer la saison, et c'est le moment de prendre le plus de risques."

Prendre des risques en course, c'est une chose, mais dépasser la limite avant l'heure cruciale n'est, en revanche, pas dans le style de Viñales. "Il est vrai aussi que, s'il pleut beaucoup vendredi, il faudra être prudent et éviter de chuter bêtement et de se faire mal. Au final, le vendredi compte bien peu et l'important c'est de réaliser une bonne course. Il faut être intelligent et ne pas prendre plus de risques qu'il le faut."

"En fin de compte, je ne prends pas plus de risques que nécessaire. Le jour où la moto le permet, je vais à fond, mais le jour où il ne faut pas aller à la limite, je n'y vais pas. Dépasser la limite un vendredi, c'est stupide", conclut le pilote Suzuki.

Avec Oriol Puigdemont

Article suivant
Hayden - "Je suis un sentimental, je ne peux pas dire non"

Article précédent

Hayden - "Je suis un sentimental, je ne peux pas dire non"

Article suivant

EL1 - Crutchlow premier leader, la pluie en vedette

EL1 - Crutchlow premier leader, la pluie en vedette
Charger les commentaires