MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi

partages
commentaires
Viñales envoyé au tapis, la conséquence de l'erreur de samedi
Par :
19 mai 2019 à 18:39

Le pilote Yamaha rumine le dénouement prématuré de son Grand Prix de France, à nouveau heurté par un autre pilote, comme cela avait déjà été le cas en Argentine. Il sait aussi cependant quelle est sa part de responsabilité.

L.B., Le Mans - Leader vendredi, Maverick Viñales a terminé le Grand Prix de France dans le bac à gravier. Le pilote Yamaha n'a en effet pas été plus loin que le septième tour, envoyé au tapis par Francesco Bagnaia aux S Bleus. Déjà heurté par Franco Morbidelli lors du Grand Prix d'Argentine, Viñales manque décidément de chance avec les pilotes italiens en ce début d'année. "Il m'est rentré dedans, c'est la deuxième fois. Si un jour je le fais, on ne pourra rien me dire", lâche-t-il, impuissant.

Pecco Bagnaia, lui, explique ne rien avoir pu faire pour éviter le contact avec la Yamaha, alors que tous deux suivaient Aleix Espargaró à cet instant, en bagarre dans un groupe qui jouait la dixième place. "Aleix a coupé la trajectoire très vite, pour que Maverick ne le passe pas, Maverick a stoppé la moto et je l'ai touché. C'était impossible de ne pas le faire tomber", assure-t-il, indiquant avoir quelques douleurs, sans gravité. "La vitesse n'était pas élevée, c'était au virage 12, mais le problème c'est que je suis tombé lourdement."

"Je n'ai rien pu faire. J'essayais aussi de dépasser Aleix [Espargaró] au même moment", explique quant à lui le numéro 12, qui n'a pas compris ce qui lui arrivait lorsqu'il a été propulsé dans les airs. "J'ai juste senti que j'ai été heurté. Je ne sais vraiment pas."

La conséquence d'une mauvaise stratégie en qualifications

Maverick Viñales se veut toutefois pragmatique : un tel incident ne se serait pas produit s'il avait pu prendre le départ depuis le haut de la grille et éviter ainsi d'inutiles jeux de coudes pour remonter dans la hiérarchie vers les places qu'il pouvait ambitionner. 

Lire aussi:

"Je pense qu'il est important de comprendre les erreurs faites ce week-end", explique-t-il auprès du site officiel du MotoGP. "Je pense que l'erreur remonte à samedi, sur la stratégie on a franchement été très mauvais. Quand on part 11e, c'est à ça que l'on est exposé. Il faut donc qu'on continue à travailler, qu'on comprenne et qu'on apprenne de ces choses-là. On a commencé le week-end à perfection et on termine avec 0 point, alors il faut qu'on comprenne et qu'on en tire des enseignements."

Piégé, comme d'autres par l'arrivée de la pluie pendant les qualifications, samedi, Viñales n'a pas fait le bon choix pneumatique et n'a pu se qualifier qu'en quatrième ligne sur la grille de départ. Les conditions sèches dans lesquelles s'est disputée cette course lui laissent penser, cependant, qu'il aurait pu réaliser une belle remontée, compte tenu du bon rythme qu'il avait affiché vendredi dans des conditions comparables.

"J'étais très bien sur le sec, mais on a fait une très mauvaise Q2. Je pense qu'on aurait pu être en première ou deuxième ligne, c'était l'objectif principal sur le mouillé", estime-t-il. "Le départ a été plutôt bon. Bien entendu, les deux premiers virages sont très difficiles, puis au troisième virage j'ai un peu élargi et deux ou trois pilotes m'ont donc dépassé. Quoi qu'il en soit, je prenais un bon rythme et j'ai vu que le podium n'était pas très loin. J'essayais d'avoir tout sous contrôle, mais j'attaquais et on attaquait tous, alors c'est arrivé."

Alors qu'il a obtenu à Jerez son premier podium de la saison, Maverick Viñales enregistre aujourd'hui son deuxième abandon en cinq courses et le paye cher au championnat : il ne figure à ce jour qu'en dixième position avec 30 points, contre 72 pour son coéquipier, Valentino Rossi. "C'est difficile, parce qu'on n'arrive pas à maintenir la vitesse pendant le week-end. Un week-end est parfait et l'autre est très difficile. On verra. Il faut qu'on fasse progresser la moto et aussi sur les premiers tours, il faut donc qu'on continue à travailler", conclut-il.

 

Article suivant
Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

Article précédent

Rossi impuissant face à Márquez et aux Ducati

Article suivant

Le GP de France MotoGP en photos

Le GP de France MotoGP en photos
Charger les commentaires