Viñales veut changer d'approche lors des Grands Prix

partages
commentaires
Viñales veut changer d'approche lors des Grands Prix
Par :
29 mars 2019 à 10:45

Le pilote Yamaha a l'intention de rouler en groupe dès le début des essais, afin de mieux préparer l'épreuve du dimanche, avec pour objectif de ne plus gâcher de pole position comme celle acquise au Qatar et dont il a perdu tout le bénéfice en course.

C'est un Maverick Viñales ultra motivé qui est arrivé cette semaine en Argentine, théâtre de l'une de ses victoires il y a deux ans. On a connu le pilote espagnol plus abattu après une septième place comme celle qu'il a obtenue il y a trois semaines au Qatar, où il avait pourtant affiché un potentiel très prometteur, à la fois lors des tests hivernaux et des essais du Grand Prix, mais quelque chose a indéniablement changé dans sa manière d'analyser les épreuves disputées et d'aborder les suivantes.

S'il apparaît si solide aujourd'hui c'est que le pilote Yamaha a parfaitement compris quelles ont été ses erreurs à Losail. "Il est clair que j'ai besoin d'être un peu plus en confiance", concédait-il jeudi. "L'année dernière, j'ai fait beaucoup de mauvaises courses. [Désormais] la confiance est là, maintenant il faut continuer à travailler."

Lire aussi:

Dont acte. Et il faut surtout travailler sur ces zones perfectibles qu'il est parvenu à identifier lors du premier week-end de course. "Au final, au Qatar on a défini un bon set-up. Je crois qu'on a bien progressé par rapport à l'an dernier et, même en comparaison des tests, on a été beaucoup plus compétitifs. Même dans les derniers tours, quand je roulais seul, j'ai réussi à faire de très bons temps, cela signifie qu'on a la vitesse. Maintenant il faut qu'on essaye de développer le reste. Il faut qu'on ait une approche un peu différente du week-end", annonce-t-il au micro de BT.

Premier point évident à ses yeux : il faut qu'il réussisse à mieux s'élancer à l'extinction des feux, lui qui a perdu à Losail le bénéfice de sa pole position. "Il est sûr que la façon dont je suis parti n'a pas été la bonne : je pars avec trop de puissance et j'ai beaucoup de wheelie. Grâce à la comparaison avec les autres Yamaha, on a de bonnes données et je peux donc beaucoup améliorer ma façon de partir. Si je pars bien, je pense que le reste se passera bien", constate-t-il.

Rouler plus en groupe

Bien partir est une chose, mais réussir à se battre face aux autres pilotes constitue un autre aspect essentiel. Et cela, l'Espagnol compte y travailler dès le début des essais libres, ce vendredi, en passant plus de temps derrière d'autres machines afin de mieux se préparer. "Le plus gros problème, je crois, c'est qu'au Qatar je n'ai pas roulé derrière d'autres pilotes et je n'ai pas très bien préparé les endroits où je pouvais dépasser", analyse-t-il. "On n'a jamais pensé qu'il serait si difficile de dépasser, parce que la vitesse qu'on avait était tellement bonne. Mais je n'ai jamais roulé avec d'autres pilotes."

"Au Qatar, je ne pensais pas que ce serait un problème, parce que j'étais tellement rapide pendant les essais que je pensais que je pourrais très facilement dépasser. Pour une raison ou une autre, pendant le week-end je n'ai jamais trouvé de pilote sur mon chemin, j'étais plutôt tout seul. Ici, je vais essayer de rouler en groupe pendant les premiers tours des essais, pour essayer de comprendre où l'on peut progresser, où je peux freiner plus tard, ou bien où je suis fort ou faible. C'est très important. Je vais partir en groupe et voir comment les autres motos fonctionnent."

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Finalement, grâce aux enseignements tirés de cette première course de la saison, Viñales assure ne pas avoir d'amertume face au bon résultat potentiel qu'il a laissé filer. Ce qui compte, c'est désormais de se rattraper vite.

"Bien entendu, le résultat n'a pas été celui que j'attendais, parce que je m'attendais à être devant, à pousser, à avoir un rythme en 1'54-1'55, essayer de m'échapper et être très rapide. Mais, après la course, je n'étais pas en colère, parce que je savais ce qu'il fallait améliorer, […] ou plutôt j'étais en colère avec moi-même parce que je n'ai pas donné le meilleur de moi-même. J'aurais pu faire une meilleure course si j'avais été devant. Mais je ne me suis pas mis trop en colère, parce qu'à chaque course il faut prendre le positif et le négatif", résume-t-il, philosophe. Et le positif, c'est assurément cette compréhension de ce qu'il doit améliorer. "Bien sûr, il est plus important d'être sur le podium ou de gagner des courses, mais ce qu'on a appris au Qatar va payer cette saison. Il était important de l'obtenir au Qatar et non au milieu de la saison", souligne-t-il.

Lire aussi:

Place à la suite, donc ! Bien qu'il estime que les progrès doivent venir à la fois de lui et de sa machine, le pilote Yamaha est plutôt satisfait par le niveau de la M1, suffisamment en tout cas pour envisager un week-end bien plus gratifiant en Argentine. "La moto fonctionne bien. Je pense qu'on aura un très bon niveau ici, parce que je me sens très bien, je sens que j'ai fait une bonne semaine à la maison. Franchement, je trouve que je commence à être à mon meilleur niveau quant à mon style de pilotage et c'est important pour la confiance."

 

Article suivant
"Ne pas retomber", l’objectif de Lorenzo

Article précédent

"Ne pas retomber", l’objectif de Lorenzo

Article suivant

Petrucci : Mieux vaut pouvoir se battre qu'être rapide

Petrucci : Mieux vaut pouvoir se battre qu'être rapide
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu