Viñales avait "une pression gigantesque" avant de piloter l'Aprilia

Maverick Viñales admet s'être senti "nerveux" avant de tester pour la première fois l'Aprilia RS-GP à Misano.

Viñales avait "une pression gigantesque" avant de piloter l'Aprilia

Une séance d'essais concluante et une annonce dans la foulée : dès le prochain Grand Prix en Aragón, Maverick Viñales sera de retour à la compétition en MotoGP, quelques jours seulement après avoir définitivement quitté Yamaha. Pourtant, avant ses premiers tours de roue au guidon de l'Aprilia RS-GP cette semaine à Misano, l'Espagnol ne cache pas avoir ressenti une énorme pression.

Neuf fois vainqueur dans la catégorie, le pilote espagnol a testé sa nouvelle machine pour la première fois mardi, avant de poursuivre sa découverte ce mercredi. Déjà recruté par le constructeur italien pour le rejoindre en 2022, il va finalement pouvoir avancer ses débuts, prévus la semaine prochaine. Un soulagement, sans aucun doute.

"Lorsque je suis arrivé [à Misano], je ressentais une pression gigantesque, j'étais nerveux", a-t-il confié à Sky Sport Italy. "J'ai passé tellement de temps sur un différent type de moto, mais après le premier run, j'étais calme, car j'ai eu un feeling positif avec la moto. J'aime l'ambiance dans le garage, et je crois que ces essais nous aideront à être plus détendus pour le week-end de course. Tout a été très positif et je suis prêt pour Aragón."

La nouvelle recrue d'Aprilia, accueillie à bras ouverts par son nouveau coéquipier Aleix Espargaró, se réjouit de pouvoir entrer rapidement dans le vif du sujet et ainsi évaluer sa nouvelle monture en conditions de course.

"Les sensations sont normales ; ce qui n'était pas normal c'était d'être chez moi", insiste-t-il. "J'ai pu rester calme et m'entraîner, mais je suis très content de cette opportunité car il était très important de courir immédiatement. J'ai besoin de comprendre comment se comporte la moto dans ces conditions. Il est vrai que nous l'avons testée ici pendant deux jours, mais il faut un week-end de course pour savoir où l'on en est."

"Je dois encore beaucoup progresser, il est certain que je suis loin d'avoir donné le meilleur car la moto est très différente, le moteur aussi, donc je dois comprendre un peu tout ça. Mais je pense qu'Aleix et Lorenzo [Savadori] ont tous les deux fait du bon boulot et la moto est à un très haut niveau. Il y a une différence mais elle n'est pas énorme, donc je pense pouvoir énormément progresser en peu de temps. Je suis encore loin de pouvoir attaquer au maximum, mais le chrono vient assez facilement et c'est important."

Pour Maverick Viñales, qui n'a donc pas encore exploré les véritables limites de la RS-GP, la nouveauté essentielle provient du moteur V4 utilisé par Aprilia, alors qu'il était habitué au quatre-cylindres en ligne de Yamaha.

"J'ai remarqué une grosse différence car le fonctionnement change totalement", souligne-t-il. "Je dois apprendre des choses concernant les trajectoires en piste, car elles sont légèrement différentes : j'étais habitué à prendre des trajectoires plus fluides, mais avec cette moto on peut accélérer beaucoup plus tard. J'ai vraiment aimé le frein moteur, mais le premier contact avec l'accélérateur est bon également, et je crois que ça peut être une bonne chose sur le mouillé."

Lire aussi :

partages
commentaires
Suzuki n'a pas utilisé le holeshot device à Silverstone
Article précédent

Suzuki n'a pas utilisé le holeshot device à Silverstone

Article suivant

Zarco et le revers de Silverstone : "Pas la capacité de réagir"

Zarco et le revers de Silverstone : "Pas la capacité de réagir"
Charger les commentaires