Viñales regrette un manque de grip arrière

Maverick Viñales a conclu le Grand Prix de Catalogne en quatrième position, après un week-end durant lequel la chaleur l'a mis en difficulté.

Viñales regrette un manque de grip arrière
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP

Très rapide vendredi et samedi matin, le pilote Suzuki a dû se contenter de l'extérieur de la deuxième ligne sur la grille de départ. S'il ne lui a manqué que 22 millièmes pour figurer en première ligne, il a concédé plus de sept dixièmes au poleman, trop pour s'estimer pleinement satisfait.

Il pointait alors du doigt la hausse des températures et le manque de grip qui en découlait : "Je ne sais pas pourquoi, quand il commence à faire chaud, la moto se met à bouger beaucoup, elle manque de grip à l'arrière, elle est difficile à stopper. Je ne sais vraiment pas quoi faire pour améliorer cela."

Après avoir dominé les EL3, Viñales s'est qualifié avec un chrono de quatre dixièmes plus rapide. En comparaison, Lorenzo et Márquez avaient, eux, gagné entre 1"2 et 1"3 entre les deux séances. "[Samedi] matin, j'ai fait mes chronos en me montrant rapide mais sans être à la limite : la moto fonctionnait bien, elle ne bougeait pas, elle freinait aux bons endroits. Or, avec un grip un peu plus bas en piste, j'ai eu beaucoup de mal, au freinage et à l'accélération", regrettait-il.

En course, et alors que les conditions étaient à nouveau estivales, Maverick Viñales a multiplié les efforts pour concéder le moins de terrain possible aux leaders dès le départ, signant alors le meilleur temps de la course. Longtemps menaçant dans la roue de Pedrosa, il n'a pu empêcher le pilote Honda de se détacher. Il s'est ensuite défait de Lorenzo pour définitivement s'installer au quatrième rang.

"Je suis content du résultat final, même si j'ai eu des soucis de grip arrière à la fin et je n'ai peut-être pas pu obtenir le maximum de notre course", commente-t-il, toujours 5e au championnat. "J'ai réussi un très bon envol et je suis resté proche du groupe de tête, mes chronos étaient réguliers et rapides, mais il m'a fallu du temps avant de passer 5e, puis 4e, ce qui a stressé mes pneus. Je suis content, mais c'est quand même dommage : si j'avais pu passer plus tôt, mon rythme m'aurait permis de me battre pour le podium."

"Quand la moto a du grip, comme [samedi] matin, je peux faire des choses incroyables dans les premiers tours d'un pneu neuf, mais ensuite lorsque l'adhérence baisse je commence à avoir du mal", explique-t-il. "Il faut que l'on règle ça, mais l'équipe travaille très dur alors je sais qu'on y arrivera", précise l'Espagnol, en essais aujourd’hui à Barcelone avec le reste du plateau, avant de prendre la direction d'Assen, où il est en droit d'espérer des températures moins élevées.

La perte d'un rival de toujours

Ce week-end va toutefois bien au-delà de la simple performance sportive, compte tenu du drame qui a touché le championnat avec l'accident de Luis Salom. "C'était une course très difficile", souligne-t-il, "mais je crois que la meilleure façon de se souvenir de Luis, c'était de courir et essayer d'obtenir le meilleur résultat. Je sais qu'il sera toujours avec nous."

Viñales connaissait bien le Majorquin pour avoir été son adversaire durant trois ans dans la plus petite catégorie, avant de passer en Moto2 en même temps que lui et au sein de la même équipe. "J'ai des souvenirs incroyables. Je me souviens de toutes nos bagarres en Moto3. En Moto2 aussi, on s'est beaucoup bagarrés sur les premières courses. Je me souviens d'Assen (en 2014, ndlr), une belle course pendant laquelle on a beaucoup bataillé pour le podium. J'ai des souvenirs incroyables avec lui, c'est certain. Pour le moment, je n'ai pas réalisé ce qui s'est passé", admettait-il samedi.

À l'annonce du décès de Luis Salom, vendredi, Maverick Viñales avait rendu hommage sur les réseaux sociaux à un pilote qui fut "l'un de [ses] plus grands adversaires, l'un de [ses] meilleurs coéquipiers, puis un ami."

 
partages
commentaires
Márquez a dépassé son 1er objectif au championnat, Rossi garde le cap
Article précédent

Márquez a dépassé son 1er objectif au championnat, Rossi garde le cap

Article suivant

Essais post-course - Crutchlow leader d'une journée studieuse

Essais post-course - Crutchlow leader d'une journée studieuse
Charger les commentaires