MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
EL3 dans
13 Heures
:
54 Minutes
:
54 Secondes
09 oct.
Prochain événement dans
20 jours
16 oct.
Prochain événement dans
27 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
34 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
48 jours
13 nov.
Prochain événement dans
55 jours
20 nov.
Prochain événement dans
62 jours

Viñales, Rins, Quartararo… Une nouvelle génération "qui a envie"

partages
commentaires
Viñales, Rins, Quartararo… Une nouvelle génération "qui a envie"
Par :

Valentino Rossi, Marc Márquez ou encore Andrea Dovizioso accueillent de façon positive l’arrivée d’une nouvelle génération de pilotes, car ils ont pour eux une expérience qui leur permet de rivaliser sur l’intégralité de la course.

Encore recordman de précocité il y a six ans, Marc Márquez n’est plus considéré comme faisant partie des jeunes du MotoGP aujourd’hui, et a dû laisser cette place à des Maverick Viñales, Álex Rins ou encore dernièrement, Fabio Quartararo. Ces pilotes ont, tout comme lui, été très rapides dans leur ascension et sont arrivés jeunes dans la catégorie reine.

Doucement mais surement, ils s’emparent de plus en plus des premières places et se font grandement remarquer lors des essais libres et des qualifications. Si les "anciens" ont encore leur mot à dire en course, une nouvelle génération est définitivement en train de s’installer dans le paysage, et le premier à être pointé du doigt est forcément le vétéran de la catégorie…

Valentino Rossi accumule en effet les années aux avant-postes, et tend, à 40 ans, à faire tomber les barrières dans le sport de haut niveau. Toutefois, ses récentes difficultés sur la Yamaha ont une nouvelle fois été mises sur le compte de son âge, d’autant plus que les autres pilotes de la marque au diapason, de 15 à 20 ans ses cadets, sont tous compétitifs dernièrement. Le Grand Prix des Pays-Bas en a d’ailleurs été le paroxysme, avec une victoire pour Viñales, un podium pour Quartararo et un top 5 pour Franco Morbidelli, quand le Docteur finissait dans le bac à gravier après être parti d’une difficile 14e position. 

Lire aussi:

Mais le principal intéressé est désormais habitué à voir ressurgir les questions sur son âge lorsque ses résultats ne sont pas au rendez-vous, et ne s’en inquiète pas outre-mesure : "C'est très sympa, parce que les jeunes sont forts, oui. Mais… cette histoire de changement de génération, je l'ai entendue pour la première fois en 2007 ! Je me souviens que Vermeulen avait dit au Mans qu'il était temps de changer de génération. Douze ans ont passé et je suis encore là !" se plaît-il à rappeler. "À mon avis, les jeunes sont très forts, mais il y a encore des vieux qui sont compétitifs. Je suis particulièrement vieux, mais il y a quand même Dovizioso ou Lorenzo qui ont 32 ou 33 ans. Ceci dit, cette année surtout avec Quartararo, ou encore Maverick qui est très jeune, ils sont prêts à gagner."

Les difficultés du pilote Yamaha sont évidemment regardées par ses adversaires, mais à ce sujet, Márquez reste clair : "Lorsque l’on n’est pas dans le box c’est difficile, mais il ne faut jamais écarter Rossi. On parle de nouvelles générations, et pour moi Valentino fait bien plus que ce que ferait un autre pilote à son âge." Néanmoins, les années passent et les derniers résultats parlent d’eux-mêmes. Viñales, Rins, Quartararo, ou encore Joan Mir et Francesco Bagnaia apportent de nouvelles choses au MotoGP, et surtout, "ils ont envie", comme le détaille le pilote Honda : "Je ne dis pas que Valentino n’a plus envie, mais ils ont cette envie, ce point d’inconscience qui parfois te fait aussi aller vite."

Un avis que partage son adversaire au championnat, Andrea Dovizioso étant le premier à reconnaître que la nouvelle génération est particulièrement rapide. Mais il reste, à lui et aux autres, l’expérience de la course, que les plus jeunes doivent encore acquérir. "Ça change pas mal, ne serait-ce que l'aptitude des jeunes pilotes à faire des temps plus facilement", commence-t-il. "Si on prend l'exemple de Valentino et le mien, en course on est là mais en essais parfois oui et parfois non. Il est plus difficile de tourner dans la fenêtre basse des 1'32 aujourd'hui que de se battre pour le podium demain. C'est comme ça."

De son côté, Márquez découvre petit à petit la position que ses aînés ont occupée à son arrivée, maintenant que lui-même doit faire face à des pilotes plus jeunes. Le 30 juin dernier, il était en effet le pilote le plus âgé sur le podium d’Assen, face à Viñales et Quartararo qui ont respectivement 24 et 20 ans. Une situation qui se reproduit de plus en plus, en témoignent le podium de Jerez ou encore la première ligne de Barcelone cette saison, chose encore peu envisageable il y a quelque temps. Mais le Champion du monde en titre prend cela de façon positive et y voit justement une façon de ne pas se reposer sur ses acquis, et de se servir de la pression que mettent les nouveaux pilotes pour donner toujours plus.

"Par chance je n’ai que 26 ans, je suis jeune", explique-t-il. "Lorsque Pedrosa, Stoner, Lorenzo sont arrivés cela a été une nouvelle génération, puis il y en a eu une autre et c’est un peu la vie. Et c’est là qu’il faut apprendre, gérer de la meilleure des manières et en sortir un peu plus [de soi-même], afin de prolonger sa carrière. J’espère qu’il me reste encore beaucoup d’années."

Avec Léna Buffa et Michaël Duforest

 

Crutchlow "a supplié" Honda de laisser Nakagami tester la moto 2019

Article précédent

Crutchlow "a supplié" Honda de laisser Nakagami tester la moto 2019

Article suivant

Yamaha ? "Un rival à prendre en compte" désormais, selon Márquez

Yamaha ? "Un rival à prendre en compte" désormais, selon Márquez
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Maverick Viñales Ruiz
Auteur Charlotte Guerdoux