VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?

L'arrivée de VR46 en MotoGP aura un effet domino sur les motos utilisées par différentes équipes satellites en 2022, notamment Petronas et Gresini. Les trois équipes vont se disputer des Yamaha, Ducati et Aprilia, le projet d'équipe satellite de Suzuki étant visiblement à l'arrêt.

VR46 en MotoGP : quels effets sur les autres teams satellites ?

Il y a quelques mois encore, Valentino Rossi restait évasif lorsque la possibilité de voir son équipe venir garnir les rangs de la catégorie reine était évoquée. "Les coûts sont très élevés en MotoGP, et nous ne pouvons pas nous les permettre", répétait-il, pourtant conscient de la proposition des instances dirigeantes de faire une place à VR46 pour 2022, année qui marquera le début des nouveaux accords entre équipes et constructeurs.

Une association avec le pétrolier Aramco permettra finalement à VR46 de succéder au team Avintia, et offrira ainsi à Rossi une reconversion toute trouvée s'il décide de raccrocher son casque à la fin de la saison. Il ne serait pas incongru de voir le pilote de Tavullia dire stop en raison de son manque de performance, les quatre premières courses de la saison ne l'ayant vu inscrire que quatre points, soit la pire entame de saison de sa carrière.

Que le champion italien se décide ou pas à prendre sa retraite sportive, l'arrivée de VR46 au plus haut niveau a déjà des conséquences, surtout sur les équipes qui n'ont pas encore annoncé les motos qu'elles utiliseront sur le cycle courant de 2022 à 2026. Si Tech3 alignera encore des KTM et que les prolongations de Pramac avec Ducati et de LCR avec Honda ne font pas de doutes, d'autres structures sont dans une situation plus floue.

Lire aussi :

Côté constructeurs, Ducati doit prendre une décision sur une nouvelle équipe partenaire, en lieu et place d'Avintia, tandis que Suzuki doit se prononcer rapidement sur la possibilité d'engager deux motos supplémentaires. Chez les équipes, les incertitudes se portent sur le team Petronas, aujourd'hui lié à Yamaha, et Gresini, qui ne sera plus en charge du programme officiel d'Aprilia mais pourrait conserver les motos italiennes en tant que team satellite

Uccio Salucci, directeur sportif de VR46, a promis à Jerez une annonce aux alentours du GP de France sur l'identité du constructeur qui lui fournira ses machines. Paolo Ciabatti, qui occupe le même rôle chez Ducati, a confirmé à Motorsport.com que la marque de Borgo Panigale était en discussions avec Gresini et VR46. Yamaha, qui envisageait aussi un partenariat avec VR46 en début d'année, garde maintenant le silence et tout porte à croire que la prolongation avec Petronas est imminente. Mais tant que l'accord n'est pas conclu, l'influence de Rossi ne doit pas être ignorée.

Le choix d'Iwata de promouvoir Fabio Quartararo dans son team officiel aux côtés de Maverick Viñales pour la saison 2021 n'a pas plu au Docteur. Ce dernier pourrait néanmoins ravaler sa rancune si cela peut jouer en faveur de son équipe, quitte à priver des M1 son actuel patron chez Petronas, Razlan Razali, qui espérait début mars pouvoir annoncer un accord avec Yamaha "entre mai et juin" mais restait toutefois prudent : "On verra ce qu'il se passera parce qu'avec Valentino on ne sait jamais. On sait tous l'influence qu'il a."

Ces derniers mois, le team Petronas et VR46 ont également mené des discussions avec Suzuki, dont le projet d'équipe satellite ne semble pas avoir véritablement avancé depuis le départ du patron d'équipe, Davide Brivio, chez Alpine en F1. L'absence de mouvements du côté de Hamamatsu tend à indiquer que Joan Mir et Álex Rins resteront les seuls pilotes des GSX-RR en 2022. "C'est entre les mains du management au Japon, où tout se décide. C'est difficile mais ce n'est pas encore totalement écarté", a confié Suzuki à Motorsport.com cette semaine.

Lire aussi :

Le scénario le plus probable est donc de voir Petronas prolonger avec Yamaha. La marque ne souhaitant visiblement pas étendre son engagement à six motos en MotoGP, VR46 et Gresini se retrouveraient en concurrence pour obtenir les Ducati et les Aprilia. Et malgré les contacts récents avec Ducati, une prolongation entre l'équipe du regretté Fausto Gresini avec Aprilia semble naturelle, d'autant plus que VR46 dispose d'une puissance financière supérieure qui pourrait jouer en sa faveur pour obtenir les Desmosedici.

À moins que Rossi ne surprenne en sortant une carte de sa manche, jouant maintenant de son influence en tant que patron d'équipe, après avoir joué des tours à ses rivaux en piste au cours de sa carrière...

partages
commentaires

Related video

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés
Article précédent

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés

Article suivant

Petrucci n'est pas encore à son aise sur la KTM

Petrucci n'est pas encore à son aise sur la KTM
Charger les commentaires