Yamaha veut décider de son avenir avec le team RNF d'ici fin juin

Lin Jarvis explique la volonté de prudence de Yamaha à l'égard de la nouvelle entreprise créée par Razlan Razali, à l'origine d'un contrat d'un an seulement, et le souhait de parler d'avenir au mois de juin 2022.

Yamaha veut décider de son avenir avec le team RNF d'ici fin juin

Yamaha conservera une équipe satellite la saison prochaine, toujours dirigée par Razlan Razali. Il s'agira toutefois d'une entité différente du Petronas SRT avec lequel le constructeur était lié depuis 2019, puisque les désengagements consécutifs du sponsor malaisien et du circuit de Sepang ont poussé à la création d'une nouvelle équipe, sous le patronage d'une nouvelle entreprise.

C'est ainsi que le team RNF figure sur la liste des engagés pour 2022, avec le soutien de WithU en tant que sponsor titre et toujours Razlan Razali sous la casquette de team principal. Wilco Zeelenberg restera également team manager, en revanche les deux hommes ne seront plus épaulés par Johan Stigefelt, jusqu'ici directeur de l'équipe SRT.

Malgré ce contexte mouvant, Yamaha a bel et bien renouvelé sa confiance à Razlan Razali, néanmoins le contrat signé avec RNF ne porte que sur un an, se distinguant en cela de la majeure partie des accords liant les marques engagées en MotoGP et les équipes indépendantes. À l'heure actuelle, seul le team LCR n'a pas annoncé de prolongation de son contrat avec Honda au-delà de 2022, malgré la volonté de Lucio Cecchinello de prolonger cette union. Le team Gresini est pour sa part lié à Ducati jusqu'en 2023 inclus, Pramac Racing et VR46 jusqu'en 2024, et la palme revient à Tech3, sous contrat avec KTM jusqu'en 2026.

Dans le cas de RNF, Razlan Razali a admis que cet accord d'un an seulement ne correspondait pas à ses attentes, mais qu'il découlait de règles de sécurité commerciale. Lin Jarvis, directeur exécutif de Yamaha Motor Racing, a souligné pour sa part la volonté de prudence du constructeur dans ses accords contractuels avec une entreprise si récemment créée.

"La décision de poursuivre avec ce qui était alors le Sepang Racing Team a été prise plus ou moins autour du Mugello cette année. Nous sommes dans notre troisième année avec SRT et cette entreprise était alors bien établie. Elle faisait partie du circuit de Sepang, ils avaient un gros sponsor titre, un programme en Moto2 et en Moto3. C'était donc une direction claire dans la décision que nous avons prise", rappelle le responsable britannique.

"Mais tandis que nous avancions dans la mise en place du contrat, les choses ont changé et la propriété même de l'entreprise a changé. La nouvelle équipe, RNF, sera dans les faits une start-up parce que l'entreprise que lance Razlan Razali est nouvelle. Dans notre coopération, nous sommes donc un peu prudents avec les start-ups, comme le sont beaucoup d'entreprises, je pense. Nous avons des politiques d'entreprise et cela empêche d'entrer dès le début dans un contrat pluriannuel avec une entreprise qui est inconnue."

"Alors, bien sûr, nous connaissons plusieurs personnes dans l'entreprise, c'est une chose, mais ce n'est pas exactement pareil. Nous avons besoin de voir des preuves des résultats au fur et à mesure que l'entreprise va se développer. Notre intention est donc de prendre une décision d'ici fin juin", précise Lin Jarvis. "Si tout se passe bien, nous pourrions continuer à l'avenir. Mais c'est un peu une politique d'entreprise qui fait que nous avançons pas à pas."

Pour sa première saison, l'équipe RNF alignera Andrea Dovizioso et Darryn Binder, tous deux directement sous contrat avec Yamaha.

Lire aussi :

partages
commentaires
Ducati au sommet : "La concurrence a du souci à se faire"
Article précédent

Ducati au sommet : "La concurrence a du souci à se faire"

Article suivant

La Ducati tourne mieux, mais pas encore assez pour Dall'Igna

La Ducati tourne mieux, mais pas encore assez pour Dall'Igna
Charger les commentaires