Yamaha affiche son désir de retrouver un team satellite au plus vite

Lin Jarvis juge anormal que Yamaha n'ait plus que deux machines en MotoGP quand Ducati en engage huit, et espère retrouver une équipe satellite dès la saison 2024.

Yamaha affiche son désir de retrouver un team satellite au plus vite

Fabio Quartararo et Franco Morbidelli seront les uniques représentants de Yamaha en MotoGP la saison prochaine, RNF ayant décidé de quitter la firme d'Iwata pour s'associer à Aprilia. Si en haut lieu, on fait contre mauvaise fortune bon cœur en assurant que la situation pourrait avoir du positif, Lin Jarvis ne cache pas sa volonté que retrouver une équipe satellite dès la saison 2024.

"Je ne vois pas ça d'un bon œil", a confié le directeur général de Yamaha Motor Racing à Motorsport.com, ne pouvant que constater le sérieux déséquilibre face aux Ducati quatre fois mieux représentées : "Est-ce normal que Ducati ait huit motos ? Non. Est-ce bon pour le championnat ? Non. Est-ce bon pour Yamaha ? Non."

Lire aussi :

"Nous aimerions retrouver quatre Yamaha en 2024, c'est notre souhait", a ajouté Jarvis, confronté à une situation complexe puisque toutes les équipes sont engagées avec leur constructeur au moins jusqu'en 2024, et la plupart jusqu'en 2026. Pour atteindre son objectif, Yamaha devra donc compter sur l'arrivée d'une structure indépendante, possible après le départ de Suzuki mais peu probable puisque le MotoGP souhaite réserver cette place à un constructeur, ou espérer une rupture de contrat entre une équipe et son fournisseur actuel.

Jorge Viegas, qui ne "voit pas d'un bon œil" non plus la situation dans laquelle est plongé Yamaha, a évoqué la possibilité que VR46 quitte Ducati pour s'associer à la marque japonaise en 2024, en marge de sa réélection à la tête Fédération internationale de motocyclisme (FIM). Jarvis n'a pas cité de nom mais a confirmé des "discussions" avec un potentiel un team satellite. "Il faudra voir si les obstacles seront surmontables", a-t-il précisé, faisant référence au besoin de dénouer un contrat en place.

Comment Aprilia a chipé RNF à Yamaha

Yamaha aurait pu éviter cette déconvenue en verrouillant la présence de RNF à ses côtés mais depuis le changement de nom de l'équipe, fin 2020, aucun accord à long terme n'a été envisagé par le constructeur. La formation de Razlan Razali était la seule à devoir renégocier l'accord avec son fournisseur cette année et Aprilia, très désireux d'étendre sa présence sur la grille, a profité de la frilosité de Yamaha et sauté sur l'occasion.

"Fin 2021, ce qui était alors le Sepang Racing Team [SRT] a perdu Petronas comme sponsor principal pour 2022", a rappelé Jarvis. "Juste après, nous avons dû renouveler notre accord avec l'équipe de Razlan, mais nous ne l'avons fait que pour une saison [2022] parce que nous avions des inquiétudes concernant la viabilité financière du projet."

"En même temps, Aprilia a été très agressif dans son intention d'augmenter son nombre de motos et a proposé à RNF un contrat sur plus d'un an, ce que Yamaha ne voulait pas faire."

Propos recueillis par Oriol Puigdemont

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Les titres depuis 2020 : "Le meilleur n'était pas là" pour Lorenzo

VR46 affirme vouloir respecter son contrat avec Ducati