Yamaha met le paquet sur les expérimentations aérodynamiques

Parmi les solutions innovantes aperçues à Losail pendant les essais de pré-saison MotoGP, Yamaha a étrenné un garde-boue ouvert, mais aussi testé différentes configurations aéro grâce à trois M1 expérimentales.

Yamaha met le paquet sur les expérimentations aérodynamiques

Yamaha n'avait pas lésiné sur les moyens pour mener ses essais de pré-saison, au Qatar. Outre les quatre pilotes titulaires, concentrés sur la M1 dont ils disposeront pour entamer le championnat la semaine prochaine, trois essayeurs étaient aux affaires avec le test team dirigé par Silvano Galbusera, ancien chef mécanicien de Valentino Rossi.

S'il a pu par le passé sous-estimer le soutien que les pilotes d'essais sont susceptibles d'apporter dans la phase initiale d'écrémage et de mise au point de nouvelles solutions, le constructeur japonais avait cette fois mis le paquet en préparant trois M1 expérimentales, dotées de différents châssis, moteurs et configurations aéro. Cal Crutchlow, qui débutait dans son nouveau rôle, Katsuyuki Nakasuga et Kohta Nozane se sont ainsi partagé le travail afin de recueillir des informations précieuses pour le développement mené par Iwata.

Lire aussi :

Sur les feuilles des temps, les noms des pilotes essayeurs n'étaient pas mentionnés, seules  étaient distinguées les trois motos, dotées de trois châssis différents. On a ainsi vu Cal Crutchlow et les deux testeurs japonais se relayer sur des machines baptisées Yamaha Test 1 (basée sur une M1 de 2020), Yamaha Test 2 (M1 2021) et Yamaha Test 3 (M1 2019). Les trois machines se distinguaient par leurs châssis et leurs moteurs, tout en étant enveloppées par une aéro en constante évolution.

Crutchlow s'est principalement concentré sur la "Yamaha Test 2", qui se caractérisait par un carénage ouvert sur les côtés et doté de différents designs d'ailettes, tandis que le bas du carénage en forme de quille semblait plus petit que sur les machines de ses collègues. Le pilote anglais a par ailleurs roulé avec le bras oscillant en aluminium.

Katsuyuki Nakasuga, Yamaha Factory Racing

Katsuyuki Nakasuga sur l'une des Yamaha expérimentales

Katsuyuki Nakasuga, au guidon de la "Yamaha Test 1", a travaillé avec une moto à la face avant légèrement moins effilée, aux lignes moins anguleuses et plus arrondies, et un carénage plus proche de la roue avant dans sa partie la plus basse et plus petit à l'arrière, creusé sous la selle.

Ecco la Yamaha Test 3 la moto con il forcellone in carbonio e la carena molto avvolgente

La Yamaha Test 3 et son bras oscillant en carbone

Enfin, avec la "Yamaha Test 3", Kohta Nozane s'est consacré à une face avant très ouverte sur les côtés et un carénage équipé des ailettes les plus grandes et de sorties d'air elles aussi augmentées. Il utilisait par contre le bras oscillant en carbone, une évolution qui avait été écartée l'année dernière.

Un garde-boue ouvert

Les machines des pilotes officiels de course ont, elles, étrenné un nouveau châssis, longuement évalué et commenté par les principaux concernés tout au long de leurs cinq jours d'essais. Mais on a aussi vu apparaître de curieux garde-boue, notamment à l'avant. Cette nouvelle pièce laisse la partie supérieure ouverte, sans que le pneu ne dépasse. Le but est d'y trouver un avantage aérodynamique, puisque le flux d'air qui pourrait créer un blocage de la roue est ainsi libéré, mais aussi d'améliorer le refroidissement du moteur puisque l'air est dirigé vers les radiateurs.

Gros plan sur la Yamaha officielle

Le garde-boue avant aéré de la Yamaha

"On avait un garde-boue très particulier que Yamaha a fait pour améliorer l'aérodynamique et aussi le refroidissement, d'après ce que j'ai compris", a expliqué Valentino Rossi, l'un de ceux qui ont testé cette nouveauté. "Mais il ne me plait pas beaucoup, parce que la moto devient plus difficile à piloter", a-t-il jugé.

La M1 a également affiché un carénage en carbone de la tige de suspension avant, formant un corps unique avec le garde-boue afin là aussi d'offrir un avantage dans la gestion du flux d'air vers le système de refroidissement du moteur. Par ailleurs, on a aussi pu apercevoir un garde-boue très aéré à l'arrière de la moto de Valentino Rossi, dans la lignée des fentes déjà expérimentées par Yamaha sur cette pièce par le passé.

Gros plan sur la Yamaha officielle

Garde-boue et suspension avant de la Yamaha

D'une manière générale, ces essais auront été un réservoir d'innovations particulièrement intéressantes, avec une recherche aérodynamique de toute évidence poussée par les constructeurs pour faire face au gel du développement des moteurs. Rappelons en effet que, pour les quatre constructeurs qui ne bénéficiaient pas l'an dernier des concessions règlementaires, les moteurs et les packages aéro homologués 2020 devront être conservés pour le premier Grand Prix de cette saison, puis ces marques, ainsi que KTM (qui a perdu ses concessions entre-temps) n'auront droit qu'à une évolution aéro en cours de championnat et devront conserver leur moteur. Aprilia pourra, dès le deuxième Grand Prix, retrouver toute la jouissance des concessions.

Lire aussi :

Ces différentes configurations aérodynamiques apparues chez les uns et les autres sont donc la meilleure réponse des ingénieurs à un contexte technique inédit, mais n'est-il pas à craindre que le développement aéro règne en maître sur le MotoGP de 2021 ? "C'est bien", a jugé au contraire Rossi. "On est en MotoGP, c'est la Formule 1 des motos. C'est vraiment bien que les motos soient aussi sophistiquées, que ce soit au niveau de l'aéro ou de l'électronique, parce qu'il faut qu'on soit le top, avec les meilleures motos et les meilleurs pilotes."

"Le niveau est très élevé en MotoGP et c'est bien aussi pour les fans. Ce qui est important, c'est que les courses restent spectaculaires, parce qu'à mon avis cela a toujours été le point fort du MotoGP. Et, vu les temps et le nivellement en piste, il y aura de grandes bagarres", promettait le pilote italien en marge de ces tests.

partages
commentaires

Related video

Marc Márquez de retour au guidon d'une grosse cylindrée

Article précédent

Marc Márquez de retour au guidon d'une grosse cylindrée

Article suivant

Le retard de KTM moins grave qu'il n'y paraît selon les pilotes

Le retard de KTM moins grave qu'il n'y paraît selon les pilotes
Charger les commentaires