Yamaha serait favorable au retour d'un développement libre

partages
commentaires
Yamaha serait favorable au retour d'un développement libre
Matteo Nugnes
Par : Matteo Nugnes
Co-auteur: Léna Buffa
5 oct. 2018 à 06:41

Selon le patron du clan Yamaha, un dégel du développement moteur en cours de saison pourrait favoriser la compétitivité du championnat. En attendant, Iwata doit trouver l'origine de ses problèmes…

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Lin Jarvis, Wilco Zeelenberg
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Lin Jarvis, directeur exécutif Yamaha Motor Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Yamaha traverse incontestablement une période noire sur le plan technique et celui des résultats. Pour la première fois dans son Histoire, le constructeur d'Iwata a en effet passé la ligne d'arrivée de 23 courses de la catégorie reine sans remporter de victoire, et la compétitivité affichée par la M1 après la pause estivale laisse présager que cette série pourrait encore se prolonger cet automne.

Valentino Rossi a clairement fait savoir en Aragón qu'il faudrait un miracle pour qu'une nouvelle victoire intervienne avant la fin de cette saison. Et il n'est pas étonnant que, dans ce contexte, l'Italien ait conclu l'épreuve espagnole en invoquant une révolution interne similaire à celle observée en 2004, année où il avait fait ses débuts avec la marque après avoir quitté Honda.

Lire aussi :

Lin Jarvis ne semble toutefois pas épouser cette théorie, bien qu'il convienne qu'il est essentiel de comprendre quel est le maillon faible dans la chaîne. "Je ne peux pas arriver à dire qu'il faut mettre en discussion les techniciens, mais la seule façon de sortir des problèmes actuels est de comprendre ce que nous faisons mal et repartir dans une nouvelle direction. Nous avons des hommes qui savent comment gagner, mais quelque chose que nous faisons ne fonctionne pas, et ce depuis désormais trop longtemps", souligne le directeur de Yamaha Motor Racing dans un entretien à La Gazzetta dello Sport.

En ouvrant les vannes en Aragón, Valentino Rossi s'est aussi plaint du retard pris dans la livraison de la version 2019 de la M1, bien qu'une nouvelle spécification moteur ait été testée cet été, sans convaincre le Docteur. Pour Jarvis, les problèmes à résoudre sur la M1 sont de toute façon multiples : "Notre problème n'est pas seulement le moteur, c'est le châssis qui ne génère pas suffisamment de grip mécanique, c'est l'électronique qui ne contrôle pas au mieux la distribution, que les pilotes voudraient plus douce, c'est la gestion des pneus."

Le moteur en ligne reconduit l'an prochain

Le directeur de Yamaha Motor Racing assure quoi qu'il en soit que la philosophie du quatre cylindres en ligne ne sera pas modifiée : "Je vous garantis que l'année prochaine nous aurons encore un moteur en ligne. Je ne crois pas que ce soit une typologie [de moteur] qui soit en fin de développement. Je suis convaincu qu'il peut être compétitif, mais il faut le modifier et l'améliorer."

Lin Jarvis ajoute cependant qu'il accueillerait à bras ouverts un retour au développement libre en cours de saison… "Je trouve que ce serait quelque chose de raisonnable. Nous avons vu à quel point Suzuki a eu du mal en 2017 et Honda l'année précédente : cela augmenterait la compétitivité de la grille. En principe, le système des concessions est une bonne règle, mais si dans l'intérêt commun toutes les équipes devaient décider d'aller dans ce sens, nous y serions favorables."

Prochain article MotoGP
EL1 - Les Yamaha en tête, les Ducati et Márquez en embuscade

Article précédent

EL1 - Les Yamaha en tête, les Ducati et Márquez en embuscade

Article suivant

EL2 - Dovizioso au sommet, Lorenzo à terre

EL2 - Dovizioso au sommet, Lorenzo à terre
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Thaïlande
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Matteo Nugnes
Type d'article Actualités