Yamaha hésite à renouveler son contrat avec Forward

Avec le risque de perdre le soutien de Yamaha, l'avenir de Forward Racing pourrait s'obscurcir encore un peu plus.

Forward Racing a beau avoir fait son retour en piste ce week-end à Brno, les soucis sont loin d'être réglés pour l'équipe italo-suisse. Malgré la fin de son incarcération préventive, le feuilleton judiciaire se poursuit pour son propriétaire, Giovanni Cuzari, et surtout il n'existe à ce jour aucune garantie quant à l'avenir du programme MotoGP.

Le team poursuit ses efforts pour réunir le budget nécessaire à sa fin de saison. Selon les informations de Motorsport.com, les manches de Silverstone et Misano sont assurées et celle d'Aragón devrait l'être prochainement. C'est en revanche beaucoup plus compliqué pour les Grands Prix outremers au programme à l'automne, compte tenu des coûts de logistique qu'implique le déplacement d'une équipe de 40 personnes. Voilà pourquoi Forward continue d’œuvrer pour convaincre de nouveaux partenaires financiers de la rejoindre et de compenser le départ de certains sponsors, embarrassés par l'affaire.

Vient ensuite un grand point d'interrogation pour la saison 2016, une incertitude dans laquelle Yamaha pèse fortement. Le renouvellement du partenariat entre les deux parties était sur le point d'être scellé lorsque le tourbillon judiciaire a commencé, au lendemain du Grand Prix d'Allemagne. Un coup de théâtre qui a poussé Yamaha à suspendre la négociation, préférant jouer la carte de la prudence et attendre des garanties.

"Nous ferons en sorte d'aider l'équipe à finir le Championnat, mais compte tenu de la situation actuelle, nous ne pouvons bien entendu pas nous engager pour l'avenir," indique Lin Jarvis, Directeur Exécutif de Yamaha, à GPone. Cette frilosité ne signifie pas que les deux parties se séparent, mais bien que les négociations sont mises en stand-by. L'équipe Forward Racing nous confirme en effet qu'elle continue d’œuvrer pour convaincre Yamaha et qu'un accord est espéré dans les jours à venir. 

"Le problème, ce sont les délais : ils sont déjà pratiquement dépassés pour lancer la production des pièces au Japon," rappelle à juste titre Lin Jarvis. "En effet, Yamaha commence d'abord par produire celles qui sont destinées aux M1 Open, puis aux deux motos du team Tech3 et, enfin, aux machines officielles. Nous avons déjà dépassé la date limite."

Les prochaines étapes judiciaires

Les délais sont serrés et il sera impossible d'attendre la fin de l'affaire Cuzari pour que le constructeur se prononce. En effet, une fois l'enquête terminée, le propriétaire de l'équipe risque fort de devoir répondre devant la justice des faits qui lui reprochés, et notamment de blanchiment d'argent. Ce processus s'annonce long et cela repousse probablement de plusieurs mois le dénouement de cette affaire.

Forward Racing survivra-t-elle à la mauvaise image qui pèsera sur elle durant cette longue enquête et, s'il a effectivement lieu, durant le procès de son patron? Le premier objectif est de terminer la saison en cours, ce qui n'est pour l'heure pas garanti compte tenu des budgets impliqués. Monter le programme 2016 ne se fera que dans un second temps et la perspective de maintenir l'engagement actuel est donc pour le moins floue.

Rappelons que Yamaha fournit à Forward Racing deux YZR-M1 Open confiées à Loris Baz et, depuis Brno, Claudio Corti - remplaçant d'un Stefan Bradl parti sauver sa peau vers d'autres horizons. En Moto2, l'équipe aligne Simone Corsi et Lorenzo Baldassarri sur des Kalex.

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Claudio Corti , Loris Baz , Lorenzo Baldassarri , Simone Corsi
Équipes Forward Racing
Type d'article Actualités
Tags contrat, forward racing, giovanni cuzari, motogp, yamaha