Aucun doute pour Yamaha, "il vaut mieux avoir deux cartouches qu'une"

Le responsable des troupes d'Iwata en MotoGP en est convaincu : avoir deux pilotes de pointe se révèle aujourd'hui une situation des plus précieuses face à la blessure de Valentino Rossi.

Ils sont trois constructeurs à se disputer le titre MotoGP cette année, et ce alors qu'il reste à peine cinq manches pour les départager. Si trois pilotes sont récemment sortis du lot, ils étaient cinq il y a encore peu à faire figure de sérieux prétendants. Néanmoins, la situation n'était pas tout à fait la même chez Yamaha où Rossi n'était que peu distancé avant sa blessure, et chez Honda où Pedrosa faisait de longue date office de cinquième homme de ce groupe.

Honda et Ducati avaient donc vu naturellement un leader se définir dans leur course au titre, mais cela était moins le cas de Yamaha qui conservait deux pilotes bien placés. Par la force des choses, l'accident de Valentino Rossi a soudain éclairci la situation, au point que certains se demandaient à Misano si cela n'était pas un mal pour un bien.

Une théorie catégoriquement réfutée par Lin Jarvis, directeur exécutif de Yamaha Motor Racing. "Je n'y vois aucun avantage", a-t-il fait savoir en marge du Grand Prix de Saint-Marin. "Il vaut mieux avoir deux cartouches qu'une. S'il arrive quelque chose à Marc, alors Honda sera en difficulté. Et maintenant c'est à Valentino qu'il arrive quelque chose. Imaginez si Vale avait été notre seule cartouche, nous serions en difficulté. Nous n'avons jamais douté qu'il valait mieux avoir deux pilotes qu'un seul quand on est dans la bagarre."

Le seul point positif admis par Jarvis est que le week-end de Misano a pu se dérouler dans un certain confort pour Maverick Viñales, compte tenu de la mise à disposition du nouveau châssis sur ses deux motos, et non plus sur une seule comme à Silverstone. "Pour Maverick, travailler dans le box ce week-end était un scénario nettement meilleur que s'il avait eu une moto avec un châssis et l'autre moto avec un autre châssis. Alors, à court terme, c'est un avantage pour Maverick", résume le patron.

Pourtant, le pilote espagnol s'est défendu de trouver un quelconque point positif dans l'absence de son coéquipier, qu'il espère revoir dans le stand Yamaha au plus vite. "Je pense que si Valentino revient, ça ira beaucoup mieux pour tout le monde", assure Viñales. "Valentino connait très bien la moto, il sait comment être rapide. Et pour moi le week-end est un peu plus facile, parce qu'on peut comparer les données. Si votre coéquipier est plus rapide que vous, vous pouvez pousser plus fort sur la moto ou sur vous-même, si bien que vous connaissez les limites de la moto et c'est très positif."

Une relation paisible

Si ce Grand Prix de Saint-Marin était le premier qui ne réunissait pas les deux pilotes officiels Yamaha cette saison, leur cohabitation depuis l'arrivée de Maverick Viñales en remplacement de Jorge Lorenzo semble être des plus paisibles, loin de la concurrence interne qu'ont menée le Docteur et Por Fuera durant sept ans.

"C'est très, très différent comparé au passé parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'expérience ensemble, ils n'ont pas vécu beaucoup de situations conflictuelles ensemble. C'est donc complètement différent", observe Lin Jarvis. "Jusqu'à présent il n'y a vraiment eu aucun problème à gérer leur cohabitation. La relation est très bonne, nous n'avons pas eu de problème. On a vu à plusieurs reprises qu'ils étaient sur la même trajectoire en essais, mais c'est le quotidien en MotoGP."

Dans une récente interview accordée au site officiel du MotoGP, Rossi expliquait : "J'apprécie Maverick, nous avons du respect en dehors de la piste. Il a beaucoup de talent, il est hyper jeune ! Il est très fort, on peut beaucoup apprendre de lui, de son style de pilotage et de ses compétences. Et pour le développement de la moto, on est toujours d'accord."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Valentino Rossi , Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités
Tags lin jarvis