Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo

Il a beau avoir fait "une Joan Mir" en enregistrant sa seule chute de la saison juste après avoir validé son titre, Lin Jarvis salue la saison irréprochable de Fabio Quartararo, qui a porté sur ses épaules le retour au sommet de Yamaha.

Yamaha salue la "saison proche de la perfection" de Quartararo

Pour la première fois en six ans, Yamaha a fait main basse sur le titre de Champion du monde, un succès obtenu grâce à la vitesse et à la régularité de Fabio Quartararo, désormais successeur de Jorge Lorenzo au palmarès d'Iwata. La fin de saison a beau avoir été celle de l'affirmation d'un clan Ducati tout puissant, avec les succès d'un Pecco Bagnaia particulièrement menaçant mais aussi les titres des constructeurs et des équipes revenus à Borgo Panigale, Lin Jarvis veut faire la part des choses et savourer comme il se doit le succès le plus important.

"Nous sommes super heureux de ce résultat. Au final, c'est ce pour quoi nous sommes tous là, pour essayer de gagner le titre pilotes : c'est celui qui compte véritablement et celui dont on se souvient tous dans le temps", a souligné le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing. "Je suis super content. Cela faisait six années que nous n'avions pas gagné le titre pilotes, alors c'est formidable."

À partir du moment où il a remporté sa première victoire, en Aragón, Bagnaia a semblé assommer le championnat, empochant 116 points contre 72 pour Quartararo. Au milieu de cette série, sa chute alors qu'il occupait la tête du Grand Prix d'Émilie-Romagne peut même être perçue comme décisive puisqu'elle lui a coûté 25 points et a permis au Français d'en empocher deux de plus (en passant de cinquième à quatrième) : sans elle, l'écart final au championnat aurait donc pu être d'un point… en faveur du pilote Ducati.

Je pense qu'il n'y a pas de doute, tout le monde sera d'accord pour dire que Fabio méritait clairement d'être champion avec la saison qu'il a faite.

Lin Jarvis

Sur cette série de six courses lors desquelles Bagnaia s'est imposé quatre fois, Quartararo, lui, n'a plus été en mesure de dominer alors qu'il avait gagné cinq fois jusqu'alors. En qualifications, par ailleurs, il a réussi une impressionnante série de cinq pole positions au printemps avant d'occuper les autres places de la première ligne puis de s'en éloigner, même de beaucoup, en fin de championnat, dans une dynamique inverse de celle de Bagnaia.

Pour le Français, cela ne fait aucun doute : il a bel et bien gagné son titre sur l'ensemble de la saison, en sachant rester régulier même lorsque la première place s'est refusée à lui. "Mon championnat a été gagné de la première course jusqu'à Misano. J'ai gagné à Misano, donc on a réussi à obtenir beaucoup de points dans la deuxième moitié. Pour moi, j'ai gagné à la fois dans la première et la deuxième partie", affirmait-il à l'heure de conclure.

Un point de vue partagé par Lin Jarvis, admiratif du parcours du numéro 20 après sa cinquième place en ouverture de saison, au Qatar : "Le championnat de Fabio a ensuite continué à évoluer de façon très positive. Dans les courses où il a eu du mal, il n'a pas tout perdu, il a toujours réussi à marquer des points et il a obtenu cinq victoires. Je pense donc qu'il n'y a pas de doute, tout le monde sera d'accord pour dire que Fabio méritait clairement d'être champion avec la saison qu'il a faite."

Le Champion du monde Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing fête son titre avec son équipe

Fabio Quartararo et son équipe après la validation de son titre de Champion du monde

Le responsable sait qu'il n'a pratiquement aucun reproche à faire à son champion, si ce n'est qu'il a fait un faux-pas juste après avoir validé son titre : "Je crois que Fabio a fait une saison proche de la perfection. Il a un peu fait une Joan Mir : il a gagné le titre, puis il est tombé à la course suivante, malheureusement, ce qui a finalement été l'élément décisif qui a permis à Ducati de gagner un titre constructeurs mérité."

"Dans ce milieu, on voit à quel point les résultats [sont changeants]", veut relativiser le responsable. "Par exemple, à Misano ils [Ducati] ont terminé avec zéro point, puis à Portimão c'est nous qui n'avons pratiquement pas marqué de points. Alors les choses peuvent changer très vite, le championnat est très compétitif. En tout cas, c'est vraiment bien d'avoir un nouveau titre pilotes à notre palmarès."

Une réaction de toute l'équipe après 2020

S'il sait ce qu'il doit à Fabio Quartararo, Lin Jarvis estime que la clé du succès tient à un effort d'équipe, avec un rebond qui s'avérait nécessaire au vu de la tournure prise par la saison 2020. "Je crois qu'il s'agit juste du fait de réunir l'ensemble du package et de travailler ensemble en tant qu'équipe, de faire en sorte que les ingénieurs travaillent beaucoup plus étroitement entre Japonais et Européens."

"Pour gagner dans ce milieu hautement compétitif, où six constructeurs sont impliqués, il faut vraiment que tout soit aligné. C'est très compliqué et complexe, c'est imprévisible également. Parfois tout est aligné et puis un problème majeur survient, par exemple comme avec Marc [Márquez] et sa blessure totalement inattendue il y a un an, qui a changé la donne pour Honda."

"Donc je pense que nous nous sommes clairement remis de ces deux ou trois dernières années. L'année dernière a été difficile, on s'en souvient tous et notamment moi, malheureusement pas pour les bonnes raisons. Nous avons eu un souci avec les moteurs, l'histoire des soupapes. Si vous faites une erreur dans votre processus de préparation, vous n'atteignez pas votre objectif. Cette année, nous avons donc vraiment fait un pas en avant par rapport à l'année dernière."

Lire aussi :

Techniquement, Lin Jarvis sait que la Yamaha ne peut être comparée à la Ducati, qui avant même d'optimiser de plus en plus l'ensemble de son package peut compter sur une puissance pure qui fait envie aux pilotes d'Iwata. Mais les progrès malgré tout réalisés sur la spec 2021 ont compté, selon le responsable, tout comme la promotion justifiée de Fabio Quartararo. 

"Nous continuons à manquer de puissance pure comme tout le monde l'a vu, mais c'est aussi dû aux restrictions liées au COVID-19 entre la saison dernière et celle-ci, sans développement moteur, si bien que nous n'avons pas pu progresser, cependant nous avons progressé cette année sur de très nombreux autres points. Nous avons fait passer Fabio dans l'équipe d'usine avec certains membres de son staff de l'année dernière et il y a une très bonne synergie, un très bon travail entre eux. Ce n'est pas la première année de Fabio chez Yamaha, c'est sa troisième année, alors je pense qu'il a lui aussi élevé son niveau cette année."

"Nous avons réglé beaucoup des problèmes que nous avions avec la moto de l'année dernière, lorsqu'il s'agissait d'une toute nouvelle moto d'usine, une nouvelle génération, mais qui n'était pas totalement au point. Donc je pense que nous avons simplement élevé notre niveau et nous avons dès lors été capables de faire le job."

partages
commentaires

Related video

L'approche "podium ou rien d'autre" de Zarco lui a "coûté cher"
Article précédent

L'approche "podium ou rien d'autre" de Zarco lui a "coûté cher"

Article suivant

Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia

Ducati misait plus sur Miller que sur Bagnaia
Charger les commentaires