"Il va falloir s'adapter" anticipe Zarco face à la pluie

Le pilote Tech3 devra tenter de profiter d'une bonne qualification malgré le changement de conditions dans l'optique de la course.

Johann Zarco s'élancera de la deuxième ligne de la grille de départ, cet après-midi à Misano, qualifié sixième à moins d'une demi-seconde du poleman. Une place qu'il a décrochée sur le sec, samedi après-midi, et qui découlait du bon travail réalisé durant tout le week-end avec son team.

Samedi, le pilote français se félicitait d'avoir réalisé une bonne journée et d'avoir accompli des progrès dès les EL3, malgré une chute. Preuve en était que, contrairement à de nombreux pilotes, il a amélioré son chrono de la veille durant cette séance matinale. Les EL4 lui ont ensuite permis de travailler en pneus usés afin de préparer la course, obtenant un rythme intéressant qui confirmait son objectif d'un top 5 dans l'optique d'une course sèche.

En qualifications, Zarco a poursuivi sur sa lancée et s'est montré rapide, d'emblée à l'aise, obtenant le sixième temps quand il a attaqué. "Cela signifie que jusqu'à présent le travail avec le team a été bon. Pour le sec, je peux être prêt pour la course", annonçait-il samedi après-midi.

Le fait est cependant que la préparation d'une course sèche a été balayée ce matin par le retour de la pluie, soutenue, qui modifie complètement la donne. "Il va falloir s'adapter", prévenait le pilote Tech3 dès hier dans cette éventualité. "Que ce soit sec ou mouillé, je préfèrerais une course du début à la fin sans passage au stand pour avoir une meilleure gestion de pneus et prendre des sensations du début jusqu'à la fin", précisait Zarco. "À mon avis, si la piste est mouillée, ça peut être très glissant donc il n'y aura pas de grosse stratégie de pneus, même pour la pluie. On devrait assurer en prenant des pneus tendres et s'en servir jusqu'à la fin."

"Il faut vivre le présent, donc s'adapter et voir ce que ça donne", prévenait le pilote cannois, pas inquiet du grip qu'il trouverait sur une piste mouillée. "Ce sera pareil pour tout le monde de toute façon, donc il faudra vite analyser et savoir où on peut pousser et où il faut plutôt rester prudent."

Prudent, Johann Zarco l'a été ce matin au warm-up, préférant prendre ses sensations sans risquer de mettre en péril son avant-course dans une chute. Il en résulte un 20e temps peu représentatif.

L'autre élément météorologique qu'il faudra avoir à l'œil à 14h lorsque les MotoGP s'aligneront sur la grille est le vent, très gênant samedi matin. "Il poussait en latéral sur toute la sortie du virage 10 et à l'entrée du 11, qui est vraiment une cassure très rapide", expliquait le Français. "C'est pour ça que beaucoup de pilotes sortaient sur le rouge, parce que si on insiste on peut perdre l'avant et à cette vitesse-là… En général, sauf si on est fou, on se pose la question. Cela a empêché d'aller vite parce qu'on perd du temps dans des portions où on est à plus de 280 km/h. Ça fait perdre beaucoup de dixièmes."

Solide sixième du championnat, Johann Zarco n'a plus manqué les points depuis sa chute lorsqu'il menait le premier Grand Prix de la saison, au Qatar. Il compte à son palmarès un podium et six entrées au total dans le top 5, ce qui a fait de lui le premier pilote indépendant à ce jour.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Sous-évènement Qualifications
Circuit Misano
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Réactions