Quartararo "d'une grande aide" à Zarco pour signer sa référence

Johann Zarco s'est octroyé le meilleur temps de la journée sur le tracé de Barcelone après avoir pris la roue de Fabio Quartararo dans l'ultime time-attack des EL2.

Quartararo "d'une grande aide" à Zarco pour signer sa référence

Johann Zarco a conclu une convaincante première journée sur le Grand Prix de Catalogne MotoGP, passant tout d'abord un cinquième chrono en 1'40"767 dans la matinée, à 0"389 de la référence d'Aleix Espargaró, avant de finalement devenir lui-même l'auteur de la meilleure marque en EL2 et d'ainsi signer le meilleur temps réalisé jusqu'à présent ce week-end sur le tracé de Barcelone.

Avec son chrono de 1'39"235 obtenu dans les tout derniers instants de la séance d'EL2, le pilote Pramac s'offre ainsi non seulement l'un des dix tickets d'accès provisoires pour la Q2, mais se donne aussi confiance en devançant les deux Yamaha de Franco Morbidelli et Fabio Quartararo, dont il s'est fortement inspiré, ainsi que la KTM de Brad Binder. Plus proche pilote Ducati du Français, Pecco Bagnaia se trouve à 0"525.

Lire aussi :

Tu as prolongé hier chez Pramac, aujourd’hui tu prends le meilleur temps, tout roule !

Tout roule en effet ! On performe, on a la chance de pouvoir jouer le titre cette année, donc il faut en profiter. Je n’étais pas inquiet parce que les performances depuis le Qatar et l’ambiance dans le team sont tellement bonnes qu’il va de soi que l’on puisse continuer ensemble. Je n’ai pas trop de temps à perdre, donc pour moi, avoir la chance de jouer le titre, c’est avec Ducati que ça se fera. Que ce soit cette année ou les autres années, en espérant continuer avec eux plusieurs années. Mais c’est l’équipe avec laquelle je dois rester, ou en tout cas, la moto sur laquelle je dois rester. Rester avec Pramac est une bonne chose parce que l’ambiance est bonne et mon statut de pilote satellite me va très bien parce que pour l’instant, j’ai une belle vie !

Quel bilan tires-tu de la journée ?

C’était une journée très positive sur la moto. Il y a quelques choses que l'on essaye d’améliorer, mais avec la base qu’on a, je peux être rapide. Sur les deux derniers tours, on s’est rendu compte que suivre Fabio était d’une grande aide pour être premier, pour faire un 1'39"2. Seul, j’aurais été dans le top dix : 1'39"6, 1'39"7 ou 1'39"8 était possible. Mais être capable de suivre Fabio sur un tour rapide, à la fin, était plutôt intéressant... Presque comme au Mugello, pour voir de jolies choses et faire des commentaires pour développer la moto. Donc je suis content de cette première journée ; c’est un circuit sur lequel c’est un peu plus facile pour moi parce que tu n’as pas besoin de pousser autant qu’au Mugello, tu gardes plus d’énergie et tu es encore plus en forme pour être dans le rythme le dimanche. 

Suivre Quartararo, était-ce un choix ou une coïncidence ?

On a eu un bon timing. Je suis sorti, j’ai vu au dernier moment que Fabio sortait aussi, nous ne l’avions pas vu parce que mon box est loin du sien. Donc c’était un bon timing. J’ai été chanceux qu’il pousse sur ses derniers tours, car ça m’a aidé à performer mais il fallait tout de même le faire car il y avait pas mal d'autres morts de faim ! 

Dans quelle mesure est-ce que cela t’aide d’avoir Fabio en point de mire ? Qu'as-tu pu voir, compte tenu du fait que vous n’avez pas les mêmes motos ?

On voit très bien que sa moto, à lui, semble moins nerveuse en sortie de virage. Est-ce que c’est du turn-in [prise de virage] ou du grip ? On voit que lorsqu’il accélère, moi au lieu d’aller vers l’avant, je glisse et je vais vers l’extérieur. C’est là où le suivre m’a permis de 'faire des mètres', mais en m’accrochant, sans trop aller à l’extérieur. Si je suis seul, c’est difficile de juger si la vitesse est bonne. C’est là qu’il a été fort au Mugello, alors que moi, au fur et à mesure des tours, ça devenait délicat. Et c’est là où encore, il a cette force, ici à Barcelone. En étant seul, il enchaîne deux bons chronos tip top alors que je n’étais pas le seul à lui accrocher la roue, je suis le seul peut-être à être resté proche de lui. On dit souvent que c’est la Yamaha qui donne ça, mais il sait aussi très bien rentrer dans les virages pour utiliser les deux pans.

Il semble qu’il y ait plusieurs choix différents pour les pneus. Ton avis ?

Je crois que la majorité des pilotes ont utilisé le medium à l’arrière. Les pneus tendres peuvent également être une option pour la course, mais la plupart des pilotes vont les garder pour les EL3 et les qualifications. Des pilotes ont essayé les durs, et Oliveira a fait un tour rapide avec ceux-là, c’est quelque chose que nous devons analyser. La météo était plutôt chaude aujourd’hui, et nous n’avons pas essayé tous les pneus mais il semble que le pneu dur fonctionne bien à l'arrière. Nous en saurons plus demain.

Lire aussi :

Qu’est-ce que Pramac cherchera à améliorer pour demain ?

Je pense que c’est toujours quelque chose entre l’adhérence et la prise de virage. Ce sont des choses sur lesquelles la Yamaha est très forte. Nous avons aussi nos points forts et si nous pouvons améliorer cela, nous aurons une moto fantastique pour nous battre pour la victoire. C’est ce que nous recherchons.

Tu sembles être le pilote Ducati le plus à l'aise quand les conditions d'adhérence sont faibles ; cela semblait aussi être le cas l'an dernier... 

C’est vrai. À Barcelone, le grip est étrange : on ne peut pas pousser comme nous en avons l’habitude ailleurs. Et cet aspect fait que je suis compétitif, je ne peux pas vous dire pourquoi. Aujourd’hui, la piste avait une faible adhérence et j’avais moins de mal que les autres week-ends.

On voit beaucoup de drapeaux français dans les tribunes, cela te fait-il plaisir ?

Je crois que la plupart des fans ici sont français !  C’est sympa, Barcelone est un peu le Grand Prix de France pour les Français du sud, parce que le Mans est trop loin, trop froid et trop pluvieux ! Donc les Français vivant dans le sud préfèrent venir à Barcelone !

Avec Margaux Levanto et Pierre Megel

partages
commentaires
Bien placé, Quartararo a encore "une marge de progrès"
Article précédent

Bien placé, Quartararo a encore "une marge de progrès"

Article suivant

Un Rossi "trop lent" et ralenti par de mauvais réglages

Un Rossi "trop lent" et ralenti par de mauvais réglages
Charger les commentaires