Zarco aborde Aragón avec le titre de Rookie de l'année en tête

À l'amorce de la dernière partie de la saison, le pilote français entend poursuivre la bataille dans laquelle il est engagé avec son coéquipier. Pour cela, il faudra cependant dompter le circuit espagnol, qui ne lui a récemment pas réussi.

W.Z., Aragón - À Misano, c'est un Johann Zarco exténué qui avait franchi la ligne d'arrivée, au bout de ses forces, après avoir été contraint de pousser sa M1, en rade de carburant, sur des dizaines de mètres pour sauver le point de la 15e place.

Mais moins de deux semaines après cette magnifique preuve d'abnégation et de courage, ce n'est pas vraiment la consommation de carburant que craint le Français en Aragón, mais plutôt celle des pneus.

Le pilote Tech3, qui reste donc sur une série impressionnante de 13 arrivées successives dans les points – c'est bien simple, il n'a subi qu'un abandon, celui survenu lors de la première course, au Qatar – compte bien finir de nouveau, mais pas à pied cette fois-ci.

Et pour cela il faudra cerner une motricité qui promet d'être l'un des juges de paix ce week-end. "Je crois que la difficulté, ce sera la motricité, la gestion de toute la motricité de la moto, parce qu'un tour rapide, c'est faisable", commence le numéro 5. "Il y a de grandes différences entre un tour rapide et le meilleur tour en course. C'est signe que le rythme de course est important, et cette aisance qu'on peut trouver en course, pour peut-être avoir un avantage après la mi-course. Pour moi, cela peut faire une différence, en tous cas sur le sec. Je serais 'focus' là-dessus."

Mais la dégradation des gommes ne sera pas le seul écueil en travers du chemin du Cannois, peu en verve en Aragón, notamment lors de ses deux dernières participations en Moto2, et qui ne s'est d'ailleurs jamais imposé sur le MotorLand. "J'ai quelques bons souvenirs ici, avec un podium en 2014 en Moto2, mais aussi en 2011 en 125cc. Mais ces deux dernières années, j'ai eu plus de difficultés, peut-être parce que je me battais pour le titre. Cette course a été un peu difficile pour moi depuis les deux dernières années."

Nouveaux carénage et traction control au soutien

Peut-être sera-t-il en cela aidé par les diverses améliorations récemment apportées à sa Yamaha, dont un nouveau carénage et un nouveau traction control, tous deux récemment mis en place sur sa machine. "Je vais démarrer avec ce nouveau carénage, que j'ai utilisé à Misano, car je pense que ce peut être une étape supplémentaire, toujours en ce qui concerne les sensations et la stabilité de la moto", débute-t-il. "Depuis Silverstone, nous avons déjà eu ce type de traction control. Et cela marche bien en certains endroits. Nous avons été compétitifs à Misano, nous pouvons être dans le coup."

Dernière course du calendrier en Europe avant une tournée aux antipodes composée de trois courses – avant un final à Valence –, Aragón marque donc l'entrée dans la dernière portion du championnat. 

Et si Zarco ne joue pas le titre, le prix de Rookie de l'année est tout de même en ligne de mir, et constitue une belle source de motivation, à plus forte raison que son principal rival pour l'obtention de cette distinction honorifique n'est autre que son coéquipier Jonas Folger. "J'espère pouvoir être le Rookie de l'année, c'est l'objectif depuis le début de l'année. Nous étions quatre, et à la fin il n'y a plus que Jonas et moi", analyse-t-il. "Pour moi, la priorité c'est de voir la piste pour la première fois en MotoGP. Être rapide, constant, et essayer de se préparer pour être dans le top 5 ou proche des gars de devant, et ensuite voir où j'en suis en course. Mais si je suis devant Jonas, c'est une bonne chose."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Sous-évènement Jeudi
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Preview