Zarco et son avenir : "D'abord faire les 3 premières courses"

Alors qu'il attire bon nombre de marques, le Français doit garder le cap sur la saison qui débute à peine au Qatar.

Johann Zarco avait quitté Losail en leader du classement, il y a refait aujourd'hui son retour avec en poche le dixième temps de la première journée d'essais libres du Grand Prix du Qatar… mais pas moins sous le feu des projecteurs pour autant ! Il faut dire qu'au lendemain de l'annonce du nouveau contrat de Valentino Rossi, tous les regards se portent sur le Français, devenu une pièce maîtresse du marché des transferts pour 2019.

Bien qu'il mette un point d'honneur à rester concentré sur son programme, le Cannois a accepté de répondre ce soir à quelques questions des journalistes sur ce sujet. Ainsi, alors que les rumeurs qui circulent à Losail font état de l'intérêt que lui porteraient Honda, Suzuki, KTM et peut-être même Ducati pour l'année prochaine, sans même parler de l'appel du pied lancé hier par Yamaha, comment pense-t-il faire son choix ? "Je ne sais pas", répond-il. "Il faut attendre et prendre les choses calmement, d'abord faire les trois premières courses, je pense, et ensuite on verra."

Pourrait-il avoir peur de devenir le coéquipier de Márquez par exemple ? "Pourquoi avoir peur ? Être le coéquipier de Márquez peut être quelque chose de bien", pointe-t-il. "Cette équipe Repsol Honda est une dream team pour tout enfant. Je me souviens des images de Mick Doohan, ensuite ça a été Valentino Rossi sur la Honda, maintenant Márquez. C'est toujours une belle équipe à voir."

Après à peine un an passé en catégorie reine, voici donc que Zarco pourrait avoir le luxe de faire son choix parmi plusieurs guidons d'usine, un scénario dans lequel les performances de la moto seront assurément importantes pour orienter sa décision. "C'est quelque chose d'important, bien sûr, mais il faut aussi voir quelles opportunités se présentent à moi. J'ai fait de très bons tests, mais faire de très bonnes courses fera la différence", souligne-t-il.

Un début mitigé

Et faire de bonnes courses, cela se travaille dès à présent, car le premier des 19 rounds du championnat se prépare sous le soleil, puis dans la nuit de Losail. Or cette première journée de roulage n'a pas replacé le Français dans les mêmes dispositions que lors du récent test et il lui faut pour l'instant retrouver ses marques.

"Une journée comme ci comme ça", résume-t-il. "Je suis content d'être dans les dix premiers, c'est toujours une chose importante, mais les sensations ne sont pas les mêmes que pendant les tests. Il faut rester calme, parce que ce seront vraiment de toutes petites choses à faire sur la moto pour se sentir bien et être parmi les premiers. Je sais que demain, même si les EL3 se dérouleront pendant la journée, avec beaucoup plus de chaleur, il va falloir être en mesure d'améliorer les chronos et d'être compétitif pour se préparer pour la Q2. Donc donner le maximum et attendre demain avec tranquillité."

"Mon principal problème est le grip arrière", explique le pilote Tech3, positionné entre les deux pilotes officiels Yamaha dans la hiérarchie du jour. "La moto est tout le temps en train de glisser un peu et cela pose problème pour bien tourner. Nous n'avons pas pu trouver de solution pendant les deux séances."

"Même avec ce problème, je ne suis pas si loin des leaders, mais il est nécessaire de pousser fort, alors on va bien analyser cela avec le team et demain, même si les EL3 seront en journée, nous allons travailler afin de progresser, d'être rapides et d'accéder directement à la Q2."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Sous-évènement Essais Libres - Vendredi
Circuit Losail International Circuit
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Réactions