Zarco : "On touche à deux dieux, Rossi et Márquez"

La tension née du GP d'Argentine entre Valentino Rossi et Marc Márquez est suivie de près par tous les pilotes adverses.

Grand animateur des essais hivernaux puis des deux premiers Grand Prix de la saison, au Qatar et en Argentine, Johann Zarco peut, s'il voit le verre à moitié vide, nourrir des regrets par rapport à l’issue des derniers tours qataris, lors desquels il a vu sa position en piste inéluctablement rétrograder − dans l’incapacité qu’il fut de préserver ses gommes. Mais avec sa seconde position signée en Argentine, le Français occupe la troisième position du championnat du monde et a donc de quoi se montrer remonté à bloc en arrivant sur la troisième épreuve de la saison.

Le pilote Tech3 se sent aussi désormais très à l’aise en conférence de presse pour faire connaître son opinion tranchée mais argumentée sur des sujets sur lesquels ses confrères se montrent parfois plus réservés.

Ainsi, interrogé sur son sentiment dans le contexte de tension déterrée en Argentine suite au pilotage musclé de Marc Márquez sur Valentino Rossi et la suite, quelque peu théâtrale, dans le paddock et devant les micros, Zarco résume la situation comme suit : "On touche à deux dieux : Vale, le premier, et maintenant Marc, car il fait des choses impossibles. Il a eu une pénalité et n’a pas marqué de points en Argentine ; c’est sans doute le pire pour lui", commente le Français.

"Mais si l’on se souvient la Malaisie 2015, Vale a cogné Marc, et quelle a été la pénalité ? Casey Stoner a dit que ça devrait être un drapeau noir, mais Vale a fini la course, et il y a une situation politique. Ils l’ont fait partir dernier à Valence, et il a fini 4e. C’est donc dur à dire."

"C’est presque entre pilotes qu’il faudrait qu’on se parle et qu’on trouve une solution [pour trouver les limites du respect, ndlr]. On nous dit quoi faire [dans les règles] mais à la fin, chacun est libre de savoir quoi faire en piste. On a de bonnes personnes à la direction de course et on ne peut pas les changer. Ils font un super boulot pour la sécurité. Ensuite les batailles entre nous, c’est entre nous."

Les batailles psychologiques qui se profilent avec le passif créé affectent l’ensemble du plateau, selon Andrea Dovizioso. Mais pour Zarco, un peu de tension entre Márquez et Rossi ne peut finalement faire que les affaires de leurs adversaires.

"Moi, ça ne m’affecte pas personnellement en rentrant à la maison. Mais les amis te disent : 'Wow c’était quoi cette course folle ?' J’espère que ça n’amènera pas de choses négatives à notre championnat", poursuit celui qui a aussi été critiqué pour la manœuvre ayant provoqué la chute de Dani Pedrosa en Argentine. "Concernant ces pilotes, ça nous donne des opportunités de prendre des victoires et faire bouger ce championnat. Je le vois presque comme quelque chose de positif pour nous !"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Sous-évènement Jeudi
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Valentino Rossi , Marc Márquez , Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Preview